Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019™

7 juin - 7 juillet

France 2019 - Pays-Bas

Wiegman : "Nous serons l'une des équipes à battre"

  • La sélectionneuse néerlandaise se penche sur la Coupe du Monde Féminine
  • Wiegman était sélectionneuse adjointe lors des débuts mondiaux des Pays-Bas
  • "Tout le monde veut nous battre", estime-t-elle quatre ans plus tard

Dès les premières paroles échangées, Sarina Wiegman dégage une impression de détermination et de concentration. Chaque question est étudiée minutieusement ; chaque réponse est mesurée et assurée. La sélectionneuse néerlandaise ne manque toutefois pas d’humour. Certains sujets la font volontiers rire ou sourire. Pour autant, on a le sentiment d’être en présence d’une stratège arrivée au sommet de son art.

Wiegman a été élue The Best - Entraîneur de la FIFA 2017 pour le football féminin, suite au triomphe des Pays-Bas en finale de l’UEFA Euro féminin organisé sur leurs terres. Désormais, elle rêve de prolonger ce succès sur la scène mondiale. Avec FIFA.com, elle évoque ses ambitions en Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019™, la génération dorée néerlandaise et l’expérience acquise il y a quatre ans au Canada.

Il y a quatre ans au Canada, vous étiez sélectionneuse adjointe. Cette expérience vous sera-t-elle utile au moment d’aborder France 2019 ?
Les Pays-Bas ont fait leurs débuts en Coupe du Monde Féminine en 2015. Nous avions besoin de cette expérience pour mieux cerner les réalités d’un tel tournoi. Les déplacements, les médias, les stades... Les joueuses et les membres de l’encadrement ont dû apprivoiser ce nouvel environnement. Bien entendu, nous emporterons ce savoir avec nous en partant pour la France. Depuis 2009, nous avons également participé à l’Euro. Pour nous, tout a changé depuis l’Euro 2017. Avant le tournoi, personne ne comptait vraiment sur nous. De notre côté, nous voulions faire un beau parcours et montrer aux gens ce que nous valions vraiment. Aujourd’hui, nous nous savons attendues au tournant. L’expérience de ces dernières années nous sera donc très précieuse.

Les Pays-Bas sont champions d’Europe et, donc, l’une des équipes à battre. Comment utiliser cette pression supplémentaire à votre avantage ?
C’est vrai, la pression est plus forte aujourd’hui. C’est normal, car nous sommes championnes d’Europe en titre. Mais nous avons prouvé que notre succès ne devait rien au hasard. Nous avons obtenu des résultats solides en qualification. Nous sommes passées à côté de notre sujet contre la Norvège, ce qui nous a contraintes à disputer les barrages. Au bout du compte, c’est une bonne chose car nous avons pu faire l’expérience de rencontres disputées sous haute tension. Nous voulions montrer ce dont nous étions capables et l’Euro nous en a donné l’occasion. Mais au-delà de ça, nous cherchons à progresser jour après jour. Comme toutes les autres équipes, nous irons en France pour rêver, mais je crois effectivement que nous serons l’un des concurrents à battre. De notre côté, nous allons chercher à gagner nos matches en jouant sur notre vraie valeur, en travaillant toutes ensemble sur le terrain.

Votre sélection compte dans ses rangs des joueuses de classe mondiale, comme Lieke Martens, Vivianne Miedema et Danielle van de Donk. Quelle place occupent-elles au sein de l'équipe ?
Le collectif reste ce que nous avons de plus précieux. Nous avons une stratégie collective. Chaque joueuse a une idée précise de ce que nous voulons réaliser sur le terrain. Nous savons qui nous sommes et comment nous voulons jouer. Quand l’équipe tourne bien, les qualités individuelles sont naturellement mises en valeur. Nous avons de la vitesse, de l’intelligence et de l’efficacité ; en défense aussi, nous avons du talent. Mais chez nous, tout commence par le collectif.

Pendant l’Euro, vous avez pu compter sur le soutien du public. Quel rôle vos supporters ont-ils joué dans votre succès ?
Depuis l’Euro, nous sommes devenues très populaires aux Pays-Bas. C’est extraordinaire. Nous voulons faire en sorte que nos supporters soient toujours fiers de nous, en leur offrant du spectacle. Évidemment, la victoire reste l’objectif final, mais si nous jouons bien et que nous donnons le meilleur de nous-mêmes sur le terrain, l’enthousiasme qui entoure la sélection va se prolonger. C’est ce qui s’est passé l’année dernière, pendant les qualifications. Nous espérons que nos fans seront nombreux à venir en France pour nous encourager. Nous sommes là pour leur faire plaisir et leur faire vivre une belle aventure.

Selon vous, qui sont les favoris de France 2019 ?
Les États-Unis sont naturellement candidats. Le Japon possède aussi de sérieux atouts. La France, en tant que pays hôte, bénéficiera d’un avantage supplémentaire. D’autres pays ont beaucoup progressé ces dernières années, à l’image de l’Angleterre. L’Allemagne a souffert pendant le dernier Euro, mais elle semble être de retour au plus haut niveau. Les favoris sont nombreux, mais il y a toujours des surprises. On ne sait jamais.

Que représente le slogan "Le moment de briller" à vos yeux ?
Je le vois comme une invitation à montrer qui nous sommes vraiment, ce que nous valons. Il faut prendre des risques et s’amuser sur le terrain. En général, la victoire est synonyme de plaisir, mais le plus important reste de montrer sa personnalité et de se donner à fond. C’est justement ce que nous allons essayer de faire.

Lire également

Wiegman-Panico, collaboration florissante à Florence

Explorer le sujet

Articles recommandés