Suivez nous sur
Coupe d'Asie Féminine de l'AFC

Des Philippines revigorées se mettent à rêver

(FIFA.com)
Philippines celebrate a goal against Tajikistan
© FIFA.com
  • Les Philippines se préparent pour leur première Coupe d'Asie Féminine depuis 15 ans
  • Le nouveau sélectionneur Rabah Benlarbi espère entrer dans l'histoire
  • Les *Malditas *vont-elles se qualifier pour leur première Coupe du Monde Féminine de la FIFA™ ?

Alors que tous les projecteurs seront tournés vers les grosses écuries comme l'Australie, le Japon et la RP Chine à l'occasion de la Coupe d'Asie Féminine de l'AFC en Jordanie, des revenantes espèrent bien leur voler la vedette. Cela fait 15 ans que l'équipe féminine des Philippines n'a plus bravé la scène internationale, elle qui a pourtant fait partie des habitués de ces joutes pendant dix ans. Pour son retour, elle n'a pas l'intention de faire figuration parmi les huit candidats à la qualification pour le Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019™. Cinq billets sont à pourvoir.

En revanche, pour ce faire, elle devra composer avec une équipe complètement remaniée par rapport aux qualifications, il y a un an. Pour commencer, la fédération a nommé un nouveau sélectionneur, le Français Rabah Benlarbi, tout juste trois semaines avant le coup d'envoi de la phase finale. Seules six joueuses ayant pris part à la phase qualificative seront présentes en Jordanie. Pour Benlarbi, concocter un groupe compétitif fut, selon ses propres dires, une véritable "opération commando".

Cela ne veut pas dire pour autant que son équipe n'est pas en pleine confiance, ni même qu'elle ne nourrit aucune ambition dans cette Coupe d'Asie Féminine. Benlarbi a suffisamment d'expérience pour savoir ce qu'il veut. Après tout, ce véritable globe-trotter a été préparateur physique à la Juventus et en équipe nationale des Émirats Arabes Unis avant de devenir sélectionneur adjoint de l'équipe féminine de RP Chine puis sélectionneur des U-18 de Myanmar.

"Cette équipe est jeune et motivée, il y a des joueuses talentueuses qui ont une mentalité de gagnantes", explique-t-il à FIFA.com. S'il souhaiterait, à l'image de son idole Pep Guardiola, mettre en place un jeu fait de passes courtes développé par une équipe rapide et agressive, il sait aussi qu'il n'a pas vraiment eu le temps d'imposer sa philosophie. "Lors des préparatifs, nous avons dû nous cantonner à travailler notre capacité à contrôler le jeu au niveau collectif et tactique pour palier le fait que nous n'avons pas bénéficié du même temps que les autres équipes. Les filles ont travaillé très dur. J'espère qu'elles seront récompensées."

La récompense en question pour les Malditas, ce serait une qualification historique pour la Coupe du Monde Féminine. Elles pourraient en plus faire naitre des vocations dans leur pays, les hommes ayant déjà fait des vagues cette année en terminant premiers de leur groupe en Coupe d'Asie de l'AFC.

Alors que ses protégées devront affronter le pays hôte, ainsi que la RP Chine et la Thaïlande – qui s'étaient toutes deux qualifiées pour Canada 2015 – dans le Groupe A, Benlarbi estime qu'une place en Coupe du Monde n'est pas utopique. "Nous n'avons rien à perdre et il est possible qu'on ne nous prenne pas au sérieux, ce qui pourrait nous profiter. Le fait est que ce groupe est plus ouvert que celui de l'Australie, de la République de Corée et du Japon. C'est un point positif."

Les Philippines en qualifications

  • 4:0, Émirats arabes unis
  • 4:0, Irak
  • 8:0, Tadjikistan
  • 1:1, Bahreïn
  • 1:5, Jordanie

Alors que deux "troisièmes" disputeront un barrage pour décrocher le cinquième sésame qualificatif pour la France, deux victoires pourraient suffire à s'envoler pour l'Hexagone. Et Benlarbi connaît bien un des adversaires du groupe, ce qui constitue un atout supplémentaire.

En effet, le technicien a fait partie du staff de l'équipe féminine de RP Chine, aux côtés de Bruno Bini. Ensemble, les deux hommes ont atteint les quarts de finale du Tournoi Olympique de Football Féminin, Rio 2016. "Je me souviendrai toujours des moments que nous avons partagés", dit-il, impatient de retrouver ses anciennes protégées. "La Chine est sans doute l'une des équipes favorites du tournoi car elles disposent de joueuses exceptionnelles comme Wang Shanshan et Wang Shuang, ou encore d'internationales expérimentées comme Wu Haiyan et Liu Shanshan."

Il estime cependant que les Philippines peuvent créer la surprise après une année compliquée pour les Chinoises. "Je vais bien évidemment me servir de mes connaissances. Je connais leurs points forts et leurs faiblesses. Elles sont moins explosives qu'avant et tactiquement, elles sont vulnérables lorsqu'elles jouent en 4-2-3-1."

Le dernier match de groupe des Philippines, face à la Thaïlande, pourrait décider de leur qualification pour la Coupe du Monde Féminine. Benlarbi et ses joueuses savent parfaitement que la plus petite des marges peut changer le cours d'une vie. En effet, une courte défaite 1:0 face à cet adversaire en qualifications pour la Coupe d'Asie Féminine 2014 avait empêché les Philippines de se qualifier, au profit des Thaïlandaises. Celles-ci ont ensuite disputé leur première Coupe du Monde Féminine au Canada. Et si l'histoire s'inversait...

L'équipe féminine des Philippines regarde son homologue masculine atteindre sa première Coupe d'Asie de l'AFC

Articles recommandés

FIFA Women's World Cup France 2019

Un retour des Thaïs pour un objectif de taille

05 avr. 2018

FIFA Women's World Cup France 2019

Utsugi fer de lance d’un Japon rajeuni

03 avr. 2018

FIFA Women's World Cup France 2019

Le Viêt-Nam veut rejoindre l'élite des dames

30 mars 2018

FIFA Women's World Cup France 2019

Les bienfaits des USA pour les Matildas

21 mars 2018