Suivez nous sur
Jeux Olympiques de la Jeunesse

Deux équipes déjà dos au mur

(FIFA.com)
Romina Orellana of Chile battles with Marlique Asson of Trinidad & Tobago
© Getty Images

Après avoir connu la défaite pour leur entrée en matière contre la Turquie et le Chili respectivement, l'Iran et Trinité-et-Tobago abordent leur deuxième match dans le tournoi parfaitement conscients que seule une victoire leur permettra de continuer à rêver d'une place dans le dernier carré. Les Iraniennes seront opposées à une sélection de Papouasie-Nouvelle-Guinée qui fait quelque peu figure d'inconnue, tandis que les Trinitéennes en découdront avec une équipe de Guinée Équatoriale extrêmement motivée.

Le match du jour
Iran - Papouasie-Nouvelle-Guinée, Jalan Besar Stadium, dimanche 15 août, 18h00 (heure locale)

Lors de sa première sortie dans l'épreuve, l'Iran a impressionné, notamment grâce à sa virevoltante attaquante Shahin Alfaki. Si elle ne manque pas de créativité dans le secteur offensif, la jeune Melli est en revanche plus fragile en défense, comme en témoignent les deux buts concédés en fin de partie contre la Turquie. L'entraîneur Shahrzad Mozafar sait mieux que quiconque que ses joueuses se sont mises en difficulté en s'inclinant lors du match d'ouverture. "Nous n'avons plus le choix. Il faut battre la Papouasie-Nouvelle-Guinée pour atteindre les demi-finales", annonce l'ancien coach de futsal à FIFA.com. "Pour cela, nous devrons resserrer les rangs derrière et essayer de marquer le plus de buts possibles." La bonne nouvelle pour l'Iran est que Sharshin Kamangar, blessée contre la Turquie, est complètement rétablie. Elle devrait donc pouvoir débuter la rencontre.

Pour la Papouasie-Nouvelle-Guinée, qui fera ses débuts dans le tournoi, le principal objectif sera de ne pas passer à côté de ce baptême du feu. L'entraîneur Michael Robinson n'ignore pas que ses joueuses disposent d'une occasion rare de placer leur pays sur la carte du football mondial et de se positionner sur le grand échiquier du football féminin. "Nous allons essayer d'obtenir un bon résultat. Si nous y parvenons, alors tout sera possible", explique à FIFA.com le stratège né en Angleterre. "Je rappelle sans arrêt aux filles qu'elles doivent jouer sans complexe, mais sans oublier les consignes tactiques. Nous allons essayer de pratiquer un football attrayant."

L'autre rencontreTrinité-et-Tobago - Guinée Équatoriale, Jalan Besar Stadium, dimanche 15 août, 20h45 (heure locale)

Malgré sa défaite contre le Chili sur la plus petite des marges, Trinité-et-Tobago a montré des dispositions prometteuses en termes d'organisation tactique. Suite à ce revers initial, l'entraîneur Marlon Charles a préféré insister sur les points positifs en demandant plus de percussion à ses joueuses athlétiques, dimanche face à la Guinée Équatoriale. Les Africaines, pour leur part, sont arrivées en pleine forme à Singapour, après un stage préparatoire de deux mois. Jean Paul Mpile, leur entraîneur, est optimiste. "Nous visons la médaille d'or", a-t-il notamment annoncé dans un entretien avec FIFA.com plus tôt dans la semaine.

*Le chiffre6. *Comme le nombre de joueuses de la sélection U-15 de Papouasie-Nouvelle-Guinée qui ont déjà évolué avec les U-17 de leurs pays.

Le saviez-vous ?Le sélectionneur Marlon Charles fait partie de l'encadrement technique des U-17 trinitéennes, entraînées par l'ancien coach des seniors norvégiennes et canadiennes, Even Pellerud.

Entendu…
"Étant donné l'importance du match, nous allons nous appliquer à ne pas encaisser de but au cours de la première période. Ensuite, après la reprise, nous utiliserons un système permettant de percer leur défense et de gagner le match." - Marlon Charles, sélectionneur de Trinité-et-Tobago

Articles recommandés

Tournoi Olympique de Football Filles

Tournoi Féminin, Présentation de la 3ème journée, ...

14 août 2010