Suivez nous sur
Jeux Olympiques de la Jeunesse

Une finale sous le signe des stars

(FIFA.com)
Romina Orellana of Chile bites her gold medal
© Getty Images

La finale de mardi fut incontestablement le point d'orgue du Tournoi Olympique de Football Filles, Singapour 2010. Au terme d'un long combat de quatre-vingt minutes et d'une séance de tirs au but riche en suspense, les Chiliennes sont venues à bout de leurs adversaires guinéennes. Les deux équipes ont proposé au public singapourien une rencontre haletante et très enlevée, à l'image de ce tournoi rassemblant six équipes de haut niveau.

Parmi toutes ces futures championnes, Romina Orellana est sans doute celle qui a le plus brillé. Non contente d'ouvrir le score en finale sur coup franc, la milieu de terrain chilienne a scellé la victoire de son équipe en transformant le dernier tir au but. "C'est un grand moment. Nous avons bataillé dur pour remporter ce titre", confiait-elle au micro de FIFA.com, quelques minutes après avoir reçu la médaille d'or des mains de l'ancienne internationale américaine Brandi Chastain. "Ce succès est de bon augure pour la suite de nos carrières. Personnellement, j'espère intégrer la sélection U-17 au plus vite."

Sans doute marquées par le souvenir de la victoire (4:1) de la Guinée Equatoriale au premier tour, les joueuses ont débuté la rencontre sur un rythme prudent. Après un premier round d'observation relativement pauvre en occasions de but, les Africaines ont commencé à hausser le ton. Mais alors que la rencontre semblait tourner en leur faveur, un coup franc chilien sur la gauche de la surface de réparation allait bouleverser le cours de la partie. Forte de sa réussite dans cet exercice lors de la première confrontation entre les deux formations, Orellana n'a pas hésité à prendre ses responsabilités. Cette fois encore, la jeune prodige chilienne a fait montre de toute son adresse en plaçant une frappe imparable pour donner l'avantage à son équipe.

Mes filles ont beaucoup appris pendant ce tournoi. Elles représentent l'avenir

La Guinée Equatoriale a égalisé en deuxième mi-temps sur un penalty signé Judit Ndong sans qu'aucune des deux équipes ne parvienne à prendre l'avantage par la suite. Visiblement ravies d'avoir repoussé les derniers assauts guinéens, les Chiliennes ont sans doute abordé la séance de tirs au but avec un léger avantage psychologique. Comme de juste, le mot de la fin est revenu à Orellana, qui n'a pas tremblé au moment de tromper la gardienne adverse, quelques secondes après que Justina Alene eut manqué sa tentative.

"Nous avions perdu contre elles au premier tour. C'était donc un véritable défi pour nous", conclut l'héroïne du jour. "Nous avons tiré les leçons de nos erreurs. Cette fois, nous étions mieux préparées. Nous avons réussi à endiguer leurs attaques et nous avons été plus habiles en contre. C'était un beau match."

"Mes filles ont montré de quoi elles étaient capables", se réjouit Rodrigo Valdés au micro de FIFA.com. "Elles ont beaucoup appris pendant ce tournoi et je m'attends à retrouver la majorité de ce groupe lors du Championnat d'Amérique du Sud U-17 2012. Elles représentent l'avenir. La Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA organisée dans notre pays deux ans auparavant a laissé une trace indélébile. Notre victoire dans ces Jeux Olympiques de la Jeunesse marque notre deuxième exploit dans l'histoire du football féminin mondial."

Une star déçueForte de sa victoire au premier tour, la Guinée Equatoriale abordait quant à elle la finale en position de favorite. De fait, les Africaines ont bien failli emporter la décision en deuxième période, Felicidad Avomo et Veronica Nchama manquant tour à tour l'occasion de prendre l'avantage. Malgré l'échec de son équipe en finale, Ndong figure logiquement parmi les grandes révélations de ce tournoi. Sa capacité à éliminer ses adversaires balle au pied et son instinct de buteuse ont enchanté le public tout au long de la compétition.

"La pression était énorme car tout le monde s'attendait à nous voir gagner. Je crois que certaines d'entre nous n'ont pas évolué à leur meilleur niveau", regrette la capitaine guinéenne, qui termine néanmoins meilleure réalisatrice de Singapour 2010 avec cinq unités au compteur, à égalité avec Avomo. "J'ai tenté de montrer l'exemple en deuxième mi-temps mais nous avons fini par payer notre manque de réalisme. Nous avons gâché trop d'occasions."

"Si nous voulons nous imposer au niveau international, nous devons tirer les leçons de nos échecs, poursuit la petite attaquante. Il faudra se souvenir que, pour gagner, il ne faut jamais perdre espoir et lutter jusqu'au bout."

Articles recommandés

Tournoi Olympique de Football Filles

Singapore 2010: TUR 3-0 IRN

24 août 2010

Tournoi Olympique de Football Filles

Spectacle garanti chez les filles

20 août 2010

Tournoi Olympique de Football Filles

Rivales et amies

21 août 2010

Tournoi Olympique de Football Filles

Chili et Guinée équatoriale en finale

21 août 2010