Suivez nous sur
Nankin 2014 - Filles

Les Kurakums tissent leur toile

(FIFA.com)
Papua New Guinea coach Margaret Aka reacts
© Getty Images

Les Jeux Olympiques de la Jeunesse ont permis à la Papouasie-Nouvelle-Guinée de se faire une place sur la carte du football mondial. Déjà présentes à Singapour lors de la première édition du Tournoi de Football Féminin, les Kurakums ("fourmis tisserandes") ont effectué leur retour sur la scène internationale avec une défaite 7:0 face au Venezuela en match d’ouverture.

Les Océaniennes s’étaient déjà inclinées à trois reprises, sans inscrire le moindre but, pour leur première apparition, en 2010. Une performance que la sélectionneuse, Margaret Aka, avait l’intention d’améliorer à l’aube de cette nouvelle campagne, en demandant à ses filles de "jouer pour marquer et pour gagner".

Malgré la défaite, l’ancienne attaquante internationale trouvait quelques motifs de satisfaction. "Les joueuses ont fait de leur mieux, il faut saluer leur performance", a confié Aka à FIFA.com à l’issue de la rencontre. "Elles ont bien défendu en première mi-temps, en respectant à merveille les consignes tactiques. Elles ont vraiment répondu à nos attentes."

*L’effet olympique *Ces propos doivent être mis en perspective. La Papouasie-Nouvelle-Guinée revient en effet de loin. Jeune nation footballistique, l’île du Pacifique a attendu 1962 pour se doter d’une fédération et quatre ans de plus avant de rejoindre le giron de la FIFA. Sa participation aux J.O. de la jeunesse est donc avant tout un vecteur de développement. Malgré des résultats décevants, Aka se souvient de l’enthousiasme généré au pays par l’aventure des jeunes Papouasiennes à Singapour, il y a quatre ans : "Tout le monde était très excité de nous voir participer à ce tournoi", raconte-t-elle. "J’avais déjà commencé à travailler comme entraîneur et nous suivions les matches de près avec mes joueuses."

Cette première expérience dans une compétition internationale a permis selon elle au football féminin de se développer dans le pays. "Des programmes ont été mis en place après les JO, à destination des garçons comme des filles de tous les âges", explique encore la sélectionneuse. "Nous avons organisé l’an dernier, un championnat national féminin pour les jeunes, ce qui nous a permis de constituer la colonne vertébrale de cette équipe olympique. Nous y avons ajouté de nouvelles joueuses depuis ma prise de fonction cette année."

*Préparer l’avenir *On ne se rend toujours pas bien compte des difficultés logistiques qu’il peut y avoir à mettre sur pied une équipe de football dans un pays constitué de plus de 600 îles. "Nous fixons normalement une date pour l’entraînement et faisons en sorte que les joueuses situées sur différentes îles puissent voyager par avion ou par bateau jusqu’au lieu choisi", explique Aka. "Nous sommes ainsi parvenues à organiser trois regroupements et autant de matches de préparation, dont un contre les garçons de la sélection nationale U-15 et un autre contre une équipe composée de joueuses U-18 et U-20. Après être arrivées à Nankin, nous avons disputé deux autres rencontres face à des équipes locales à Jiangsu."

La sélectionneuse de la Papouasie-Nouvelle-Guinée espère que ce premier match a permis à ses jeunes protégées de prendre leurs marques dans le tournoi. "Quand elles sont arrivées à Nankin, les filles ont découvert des installations impressionnantes, à la fois pour l’entraînement et la compétition. Elles ont rencontré des gens du monde entier. C’est un choc culturel, qui va leur permettre de progresser."

Défaites lors de leur premier match, les Kurakums voient déjà les demi-finales s’éloigner, d’autant que la Slovaquie se profile à l’horizon. Aka attend encore mieux de ses joueuses face à la discipline des Européennes : "Maintenant qu’elles ont découvert la compétition, les filles ne seront plus aussi nerveuses. Elles devraient mieux jouer. Nous allons nous préparer au mieux pour réaliser une performance encore plus aboutie."

La sélectionneuse voit même encore plus loin. "Beaucoup de joueuses de l’équipe d’il y a quatre ans constituent le noyau dur de la sélection qui a obtenu de très bons résultats lors du Championnat Féminin U-20 de l’OFC cette année", relève-t-elle, les insulaires ayant pris la deuxième place grâce à deux victoires 4:0 contre les Tonga et le Vanuatu, avant une défaite honorable 3:0 face à la Nouvelle-Zélande en finale. "Certaines joueuses ont même été appelées en équipe nationale pour la Coupe des Nations Féminine de l’OFC et notre capitaine, Margret Joseph, a eu l’honneur de s’entraîner avec les seniors", souligne Aka avec fierté. "J’espère que mes joueuses nourrissent beaucoup d’espoirs, car elles représentent l’avenir du football féminin dans notre pays."

Articles recommandés

Tournoi Olympique de la Jeunesse

Dix choses à savoir sur Nankin 2014

13 août 2014

Tournoi Olympique de la Jeunesse

Nankin accueille les champions de demain

12 août 2014

Tournoi Olympique de Football Filles

Le rêve olympique prend forme

14 mai 2014

Tournoi Olympique de Football Filles

Nankin 2014 : Venezuela - Papouasie-Nouvelle-Guiné...

14 août 2014