Suivez nous sur
Buenos Aires 2018 - Filles

Iturbides tombe souvent et se relève toujours

(FIFA.com)
Goalkeeper Pia Iturbides #1 of the Dominican Republic 
© Getty Images
  • La République Dominicaine fait ses débuts dans un tournoi FIFA
  • Elle a subi deux lourdes défaites en deux matches
  • La gardienne assure que la vie lui a appris à toujours relever la tête

"C'est l'histoire de ma vie, être par terre et apprendre à me relever." Pour Pía Iturbides, cette phrase est tout sauf un cliché. La République Dominicaine vient de subir sa deuxième lourde défaite lors du Tournoi Olympique de la Jeunesse de Futsal Féminin, Buenos Aires 2018, et la gardienne passe par des émotions qui se suivent et ne se ressemblent pas : rires, pleurs, puis une pensée soudaine qui la fait rire à nouveau.

Ces réactions sont à mettre sur le compte de beaucoup plus de choses que deux matches perdus : quand elle avait 12 ans, une tragédie familiale l'a obligée à quitter Punta Cana pour Saint-Domingue, la capitale du pays. Lourde chute. Mais elle s'est relevée.

"Ce genre de morale ou d'enseignement ne se limitent pas à des mots, ils sont vécus. Il faut toujours faire de son mieux, et c'est ce que je fais", explique Iturbides, qui a réalisé d'excellents arrêts, mais a encaissé 14 des 23 buts concédés par son équipe jusqu'ici.

Là-bas, à Saint-Domingue, pendant ses études secondaires, elle a croisé le chemin du futsal. "C'était dans un cours d'éducation physique. Comme tous les enfants voulaient jouer sur le terrain et que j'étais la seule fille, le professeur m'a envoyée dans les buts. J'ai eu de bons réflexes et j'ai été convoquée dans l'équipe de l'école", se souvient-elle avec fierté.

Elle a ensuite évolué successivement pour trois clubs différents, tous amateurs et en combinaison avec ses études secondaires, avant de rejoindre l'équipe olympique, la première sélection dominicaine à participer à une compétition de la FIFA. "Nous avons eu environ 10 mois de préparation et nous savions que nous aurions affaire à des équipes de haut niveau. C'est cela l'apprentissage : même si nous perdons, nous devons apprendre de nos erreurs et aller de l'avant."

L'optimisme est l'un des traits forts de sa personnalité et Pía le transmet sur le terrain, avec son sourire et son attitude positive. Lors du match contre le Portugal, un groupe de supporters a même chanté son nom. Après le match, elle est allée les saluer et prendre des photos avec eux. "Je crois que j'ai touché leur cœur", s'exclame-t-elle avec enthousiasme, avant d'éclater d'un rire franc.

"Il faut en profiter au maximum. La République Dominicaine est un pays qui produit en très grosse majorité des joueurs de base-ball. Alors avoir l'occasion de jouer pour la sélection olympique de futsal et d'affronter une grande équipe comme le Portugal, vous imaginez !"

Quoi qu'il arrive dans la suite du tournoi, Pía a un objectif à moyen terme : avant juin 2019, trouver une université qui lui permettra de continuer à jouer au futsal pendant ses études supérieures. La raison ? "Au début, c'était juste un sport qui me déstressait, mais aujourd'hui j'adore ça. J'espère que ce groupe servira de base à quelque chose de plus important."

Articles recommandés

Tournois de Futsal des Jeux Olympiques de la Jeunesse, 2018 - Femmes

Espagne et Portugal évitent le faux pas

10 oct. 2018

Tournois de Futsal des Jeux Olympiques de la Jeunesse, 2018 - Femmes

Bonnes opérations pour Bolivie et Japon

09 oct. 2018

Tournois de Futsal des Jeux Olympiques de la Jeunesse, 2018 - Femmes

Premier tour de piste pour De las Heras

07 oct. 2018

Tournois de Futsal des Jeux Olympiques de la Jeunesse, 2018 - Hommes

Les tournois de futsal de Buenos Aires 2018 en direct sur FIFA.com

05 oct. 2018