Les qualifications
Le Japon s'est bonifié au fil de sa campagne de qualification marathon de deux ans. Confiés à Alberto Zaccheroni dans le sillage de leur belle performance en Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™, les Samouraïs bleus ont peiné à s'adapter à la stratégie de l'Italien. Ils connaissent ainsi un départ poussif ponctué par des défaites contre l'Ouzbékistan et la RDP Corée, mais parviennent tout de même à accéder au quatrième tour.

C'est à ce stade que sous l'impulsion de pointures du calibre de Keisuke Honda, Shinji Kagawa et Shinji Okazaki, la formation nipponne commence à se souder. Patronne du groupe après sa large victoire sur Oman (3:0) et la Jordanie (6:0), elle marque une pause face à l'Australie (1:1), avant de l'emporter sur Oman et l'Irak.

Alors qu'ils s'apprêtent à sabrer le champagne, les Japonais trébuchent devant la Jordanie (1:2) à la surprise générale. Mais ce n'est que partie remise. Le nul 1:1 arraché à l'Australie leur offre le point nécessaire à leur cinquième qualification consécutive pour la Coupe du Monde de la FIFA™.

Passé en Coupe du Monde de la FIFA™

Pour leurs débuts mondialistes, les Japonais n’ont pas été à la fête, avec trois défaites en autant de matches. Mais ils ont bien redressé la barre à la maison, lors de Corée/Japon 2002. Non contents de remporter leur groupe au détriment de la Russie, la Belgique et la Tunisie, ils ont malmené le futur troisième de la compétition, la Turquie, qui a fini par s’imposer sur le score de 1:0 en huitième. À Allemagne 2006, les Asiatiques n’ont pas vraiment pu confirmer leur belle prestation, éliminés dès les poules avec un point en poche. Mais ils se sont bien refaits à Afrique du Sud 2010, en se qualifiant pour la phase à élimination directe aux dépens du Danemark et du Cameroun. Face au Paraguay, ils sont passés tout près de l’exploit, cédant finalement au bout de la séance de tirs au but.

Les joueurs-clés
Très en vue lors de la dernière Coupe du Monde et de la récente Coupe d’Asie, le milieu Keisuke Honda est rapidement devenu le maître à jouer de la nouvelle génération, comblant ainsi le vide laissé par le départ de Hidetoshi Nakata et Shunsuke Nakamura. Shinji Kagawa et Shinji Okazaki sont les principaux fers de lance de cette équipe, eux qui ont signé trois buts chacun lors de la dernière compétition continentale. Aux côtés de Honda, prend place Yasuhito Endo, l’expert des coups de pied arrêtés, tandis que Atsuto Uchida veille sur la défense.

À savoir
Sélectionneur : Alberto Zaccheroni
Meilleures performances en compétition FIFA : Troisième du Tournoi Olympique de Football Masculin (1968) ; finaliste de la Coupe du Monde U-20 de la FIFA (1999) ; quart de finaliste de la Coupe du Monde U-17 de la FIFA (2011)
Stars du passé : Kazuyoshi Miura, Shunsuke Nakamura, Hidetoshi Nakata