Suivez nous sur
Brésil 2014

BRA-GER : Les déclarations

(FIFA.com)
Head coach Luiz Felipe Scolari of Brazil looks on after conceding five goals in the first half during the 2014 FIFA World Cup Brazil Semi Final
© Getty Images

Joachim Löw, sélectionneur de l'Allemagne
Après avoir échoué face à l'Italie en demi-finale de la Coupe du Monde 2006, nous sommes bien placés pour savoir ce que le Brésil, les joueurs, M. Scolari et les supporteurs ressentent. Dans une situation comme celle-ci, il faut rester humble et modeste. Les émotions sont fortes. Nous avons gagné et nous sommes en finale. Nous avons su maîtriser la passion brésilienne. Nous savions qu'en jouant à notre meilleur niveau, nous l'emporterions. Mais impossible d'imaginer s'imposer sur un tel score. Nous avons bien mené nos actions, tandis que les Brésiliens ont craqué sous la pression après l'ouverture du score. L'Argentine et les Pays-Bas possèdent de grandes qualités. Quel que soit l'adversaire, la finale sera difficile. Miroslav Klose est officiellement devenu le meilleur buteur de l'histoire de la Coupe du Monde. Ça représente beaucoup à nos yeux. C'est formidable pour lui et pour l'équipe. On ne devient pas meilleur buteur de la Coupe du Monde par hasard. Après toutes ces années, il évolue encore à son meilleur niveau et il marque toujours.  

Toni Kroos,Homme du Match Budweiser (GER)
C'était une performance impressionnante. Depuis que je joue avec l'Allemagne, je n'avais jamais vu ça. Nous y avons cru dès le début, car nous avons senti les Brésiliens un peu hésitants. Nous en avons tout de suite profité. Après le premier but, tout est allé très vite. Si on nous avait dit que nous gagnerions 1:7, nous ne l'aurions pas cru. Nous avons été extraordinaires, c'est tout ce que je peux dire. Nous sommes venus au Brésil pour gagner le titre. Le bonheur et le soulagement d'être en finale sont au rendez-vous, mais il reste encore un match important à disputer. Une Coupe du Monde ne se gagne pas en demi-finale.

Luiz Felipe Scolari, sélectionneur du Brésil
Ce soir, j'ai vécu le pire moment de ma carrière et de mon histoire avec le football. Mais la vie continue. Qui est responsable de ce résultat ? Moi, bien entendu. Nous avons tous joué notre rôle dans cette catastrophe mais, au bout du compte, c'est moi qui ai choisi la composition de l'équipe et la stratégie à mettre en place. J'assume mes décisions. Nous avons fait ce que nous avons pu. Nous avons tout donné mais nous sommes tombés sur une grande Allemagne. Nous n'avons pas su réagir après l'ouverture du score. Nous nous sommes désorganisés et nous avons paniqué. Ensuite, tout s'est enchaîné. Même les Allemands ne peuvent pas vraiment expliquer ce qui s'est passé. Ce résultat, ils le doivent à leur talent et c'est quelque chose que nous devons respecter. Il va falloir digérer ce résultat. Au peuple brésilien, je souhaite dire ceci : excusez-nous pour cette performance indigne. Je suis désolé que nous n'ayons pas réussi à atteindre la finale. Nous allons tout faire pour gagner le match pour la troisième place. Notre tâche n'est pas encore achevée.