Coupe du Monde de la FIFA, Allemagne 2006™

Coupe du Monde de la FIFA, Allemagne 2006™

9 juin - 9 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2006™

ALLEMAGNE 0 - 2 ITALIE (a.p.)

L'Italie est le premier pays qualifié pour la finale de la Coupe du Monde de la FIFA, Allemagne 2006. Les Italiens se sont imposés 2-0 face à l'Allemagne lors de la demi-finale disputée le 4 juillet 2006 à Dortmund.

Dans un Stade de la Coupe du Monde de la FIFA de Dortmund plein comme un oeuf, la Squadra Azzurra est venue à bout de la Mannschaft.

C'est Fabio Grosso qui a enfilé le costume de héros en ouvrant la marque en fin de prolongation (119', 1-0). Deux minutes plus tard, Alessandro Del Piero enterrait définitivement les espoirs allemands sur un dernier contre (121', 2-0).

Pendant le temps réglementaire, aucune équipe n'est parvenue à faire la différence, la faute notamment à deux gardiens en grande forme et des défenseurs très inspirés. C'est donc après prolongation que cette rencontre de haut niveau a livré son verdict.

Deux buts dans les arrêts de jeu de la prolongation, après la victoire 1-0 face à l'Australie à l'ultime minute en huitième de finale : le réalisme à l'italienne fait son grand retour sur le sol allemand.

L'Italie est le premier qualifié pour la finale qui aura lieu le 9 juillet prochain à 20h00 à l'Olympiastadion de Berlin. Elle affrontera le vainqueur de la rencontre Portugal - France qui sera disputée demain à Munich.

De son côté, L'Allemagne sort de "sa" Coupe du Monde et se contentera du match pour la troisième place le 8 juillet à Stuttgart.

Le film du match :

5' : L'entame de cette première demi-finale est emballante, les deux équipes cherchant immédiatement à verticaliser leur jeu. La première tentative est l'œuvre de l'Italien Francesco Totti, dont la frappe des 30 mètres, déviée par une tête allemande, atterrit mollement dans les bras de Jens Lehmann.

8' : La Mannschaft riposte par le biais de Miroslav Klose, qui offre un bon ballon à son comparse de l'attaque, Lukas Podolski. Celui-ci alerte ensuite Michael Ballack, qui envoie sa frappe largement à côté.

12' : L'ambiance est électrique dans le Stade de la Coupe du Monde de la FIFA de Dortmund. Le onze de Klinsmann fait frissonner son public lorsqu'une belle combinaison débouche sur un tir de Podolski. Mais Fabio Cannavaro veille au grain et dégage à temps.

16' : Profitant de la bonne maîtrise du ballon de ses coéquipiers, Francesco Totti offre un joli service en profondeur à Simone Perrotta. Cette première vraie occasion transalpine est finalement gâchée par le Romain, qui pousse trop le ballon et permet à Jens Lehmann de s'en emparer, non sans subir la pression des attaquants azzurri.

29' : Nouvelle opportunité italienne, cette fois sur un bon coup franc de Mauro Camoranesi à destination de Totti. La frappe du droit du Giallorosso semble bien partie, mais elle est repoussée par la mêlée allemande.

34' : La plus belle occasion de cette mi-temps échoit sur Bernd Schneider, superbement lancé par Klose sur la droite après une interception en milieu de terrain. Alors qu'il vient de pénétrer dans la surface, le milieu droit décoche une puissante frappe qui frôle la transversale. Les fans allemands donnent de la voix.

41' : L'orage allemand est passé, les Azzurri en profitent pour se créer quelques demi-occasions. La plus intéressante voit Camoranesi placer une tête juste au-dessus sur un coup franc sortant d'Andrea Pirlo.

Klose tout près

50' : Les Allemands attaquent la seconde période comme des avions. Dans son style caractéristique, tout en vivacité et en puissance, Klose transperce l'arrière-garde italienne, mais voit Buffon, courageux, sortir dans ses pieds.

51' : Pas le temps de souffler. Les débats se portent aussitôt à l'autre bout du terrain. D'une passe en profondeur tranchante, Perrotta lance Fabio Grosso, qui se joue du piège du hors-jeu allemand. Mais une fois dans la surface, le défenseur palermitain hésite entre la frappe et la passe, preuve qu'il n'est pas un habitué des lieux. Lehmann n'en demande pas tant, qui s'empare du cuir sans problème.

61' : Podolski se crée une occasion avec deux bouts de ficelle. Se jouant de Materazzi, le néo-Munichois s'aménage une bonne position de tir aux huit mètres. Le ballon part bien, mais pour la énième fois depuis le début de la compétition, les réflexes de Buffon sauvent la Squadra. Le cuir est encore exploitable pour Arne Friedrich, mais l'arrière droit allemand n'en profite pas.

73' : Voyant son équipe dominer la seconde période mais manquer d'inspiration dans les derniers mètres, Jürgen Klinsmann revient sur le changement qu'il avait apporté à son onze de départ. Tim Borowski laisse ainsi sa place à Bastian Schweinsteiger, réputé plus offensif.

78' : Après de longues minutes extrêmement calmes pour les deux gardiens, Lehmann est mis à contribution sur une frappe lointaine de Pirlo. Le gardien d'Arsenal assure sans broncher.

82' : Suite à une faute de Cannavaro sur Podolski, Michael Ballack gâche un coup franc bien placé à l'entrée de la surface, ne parvenant pas à faire plonger le Teamgeist derrière le mur. Quelques secondes plus tard, Klinsmann tente d'apporter un peu de mordant à son attaque en lançant le dragster David Odonkor à la place de Schneider.

85' : Perrotta s'échappe dans le dos de la défense blanche, mais Lehmann sort bien et boxe le cuir au nez et à la barbe du Romain.

Prolongation

91' : Dès la première minute de la prolongation, Alberto Gilardino se crée la meilleure occasion jusque-là. Sur la droite de la surface, il élimine Metzelder, longe la ligne de but, crochète Ballack et frappe du gauche. Lehmann est battu, mais il est sauvé par son montant gauche. Le camp allemand souffle un grand coup.

92' : Moins d'une minute plus tard, sur un corner mal dégagé, Gianluca Zambrotta trouve la transversale d'une belle frappe du droit à l'orée de la surface.

105' : Dans les derniers instants de la première période, un centre millimétré d'Odonkor offre à Podolski une occasion en or de faire la différence. Libre de tout marquage au premier poteau, le jeune attaquant ne parvient pas à décroiser son coup de tête, qui atterrit dans les panneaux publicitaires.

108' : C'est clair et net, les deux équipes visent le K.O. et non la séance de tirs au but. Entré en cours de jeu, Vincenzo Iaquinta manque de faire la différence pour les Transalpins, tandis que la frappe de Phillip Lahm ne passe pas loin du cadre pour les locaux.

111' : La tension est à son comble. Le temps s'arrête dans toute l'Allemagne lorsque Alessandro Del Piero, lui aussi entré en cours de partie, se retrouve seul face à Lehmann. Le Juventino ne trouve pas l'angle nécessaire pour envoyer le ballon au fond des filets.

112' : Dans la foulée, l'Allemagne se rue à l'attaque. Depuis le côté gauche de la surface, Podolski contraint Buffon à sortir le ballon d'une admirable claquette à une main.

114' : Les jambes sont de plus en plus lourdes dans les deux camps, mais la bataille n'a jamais été aussi intense. Après un bon travail d'approche des Italiens autour de la surface allemande, Del Piero cafouille sa frappe du droit, qui passe largement à côté du deuxième poteau.

116' : Les secondes s'égrènent et la séance de tirs au but approche à grands pas. Odonkor surgit sur la droite et envoie une frappe qui échoue bien loin du poteau gauche de Buffon.

118' : Pirlo s'offre ensuite une belle percée en diagonale depuis le flanc droit, conclue par une bonne frappe du gauche des 25 mètres. Toujours vigilant, Lehmann écarte en corner.

119' : Un corner qui va s'avérer fatal pour la Mannschaft. Le ballon est repoussé dans les pieds de Pirlo, à l'entrée de la surface, qui semble tergiverser mais qui cherche en fait un partenaire dans les 16 mètres. Il alerte finalement Grosso, lequel trouve le petit filet droit de Lehmann d'un bon tir enroulé du gauche en première intention (0-1).

120+1' : Les Allemands tentent désespérément de profiter des secondes restantes pour égaliser. Il n'en faut pas plus aux Italiens pour doubler la mise. Au bout d'une contre-attaque d'école, Gilardino dépose un superbe ballon dans la course de Del Piero, qui fait étalage de toute sa classe en un seul geste. Sans contrôle, il bat Lehmann d'un petit ballon piqué qui termine sa course dans la lucarne opposée. L'Italie est en finale.

En conclusion...

Il aura fallu deux buts extraordinaires de l'Italie pour séparer ces deux formations, qui ont offert un spectacle de grande qualité à Dortmund. Encore une fois, la Squadra de Marcello Lippi a rendu une copie vierge. Gianluigi Buffon, admirable ce soir, n'a toujours pas été battu par un joueur adverse depuis le début d'Allemagne 2006. Cependant, malgré cette défaite qui les prive de la grande finale de Berlin, les Allemands, battus à Dortmund pour la première fois de leur histoire, peuvent quitter la compétition la tête haute.

Explorer le sujet