Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™

11 juin - 11 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2010™

Avec le cœur, mais sur le carreau

© Getty Images

"Nous sommes arrivés ici dans la peau d’un outsider. En tant que nouvel arrivant, nous rêvions de surprendre, et nous y sommes déjà parvenus", déclarait Robert Vittek à la FIFA avant le huitième de finale de la Slovaquie contre les Pays-Bas. A l’image de son atout numéro un en attaque, la Slovaquie ne se cachait pas de vouloir jouer la carte de la surprise à l’occasion de sa première Coupe du Monde de la FIFA de son histoire. Si les Bataves ont finalement gagné la bataille, la Slovaquie aura eu le mérite d’essayer de la créer jusqu’au bout. Et cette première participation à l’épreuve reine restera avant tout une réussite.

Son entame de tournoi avait toutefois été difficile. Contre la Nouvelle-Zélande lors de son match inaugural, les espoirs de victoires de la Repre se sont écroulés tel un château de cartes à l’ultime minute de la rencontre (1:1). "Le premier match nous a marqués psychologiquement", avouait le sélectionneur Vladimir Weiss. Dès lors, il décida de les brouiller variant son onze et ses tactiques, mais en gardant le même moteur : le cœur.

Une victoire qui tombe à pic
Contre le Paraguay, il opta pour un 4-5-1 plutôt que son classique 4-4-2, et décidait notamment de placer Jan Durica habituel arrière central sur le flanc gauche de la défense, Robert Vittek avant-centre de formation en tant que milieu de terrain. Mais le coup de poker n’allait pas être payant. La Slovaquie concédait une défaite 2:0 qui la poussait à faire tapis lors de son ultime match de groupe contre la Reine Italie, championne du monde en titre.

Cela n’a pas pas fait un pli. Pour ce choc, Weiss surprenait encore son monde en se passant de Stanislav Sestak, et de son fils Vladimir Weiss pourtant incontournables sous le maillot de la Repre. Il titularisait l’ailier gauche Miroslav Stoch à droite, l’avant-centre Erik Jendrisek à gauche. Cette équipe new-look mais héroïque allait en effet venir à bout d’une Squadra Azzurra sans idée (3:2) et valider un billet inespéré pour le deuxième tour de la compétition.

"C’est un succès immense. Nous avons repoussé les limites du football slovaque. Nous n’aurions jamais osé rêver de cela. Je suis très heureux. Nous avons prouvé que nous sommes capables de grandes choses", soufflait Vittek, roi d’une soirée qui l’a vu inscrire à la fois un doublé décisif et devenir co-meilleur buteur de l’histoire de la Slovaquie (22 buts), avant de s'emparer seul de ce titre honorifique lors du dernier match. Face aux Pays-Bas, restait à "rééditer une performance proche de celle contre l’Italie."

Les cartes en main pour l’avenir
Une fois encore, le sélectionneur Weiss déjouait tous les pronostics, alignant Marek Hamsik en milieu défensif, et Weiss-fils en numéro 10 dans un 4-5-1 toujours plus surprenant. Mais à force, la surprise ne prend plus. Weiss a eu beau multiplier les combinaisons durant le match, changeant pas moins de trois fois de schéma de jeu, "le meilleur l’a emporté, et c’était l’équipe néerlandaise", avouait Weiss-père "bien que l’on parte d’Afrique du Sud avec les honneurs." Et avec un bel avenir devant eux.

"Certes le rêve touche à sa fin, mais on a fait une très belle Coupe du Monde. Nous sommes parvenus à rivaliser avec certaines des plus grandes équipes du monde. Aujourd’hui il ne nous a pas manqué grand-chose, juste l’égalisation à 1:1. Mais l’avenir nous sourit, on a une très jeune équipe, les perspectives dans les sept ou huit ans à venir sont excellentes", confirme le gardien slovaque Jan Mucha au micro de la FIFA.

"Pour un petit pays comme le nôtre, c’est magnifique d’avoir atteint ce stade de la compétition. On a eu des occasions ce soir pour poursuivre le rêve mais on n'a pas à rougir de notre prestation ce soir, ni sur l’ensemble du tournoi. On a une jeune équipe, et l’objectif est de gagner en maturité et revenir encore plus fort dans quatre ans", conclut le jeune Vladimir Weiss, l’une des révélations de cette équipe.

Il n’y a pas besoin d’un jeu de tarot pour deviner que l’avenir de la "petite" Slovaquie est assuré. Elle a en tout cas toutes les cartes entre les mains pour devenir grande.

Explorer le sujet

Articles recommandés

Coupe du Monde de la FIFA™

Netherlands - Slovakia

28 juin 2010

Coupe du Monde de la FIFA™

Paraguay-Nueva Zelanda

24 juin 2010

Coupe du Monde de la FIFA™

Slovakia - Italy

24 juin 2010

Coupe du Monde de la FIFA™

Slovakia - Paraguay

20 juin 2010

Coupe du Monde de la FIFA 2010™

Quand Schmeichel parle des penalties

29 juin 2010

Coupe du Monde de la FIFA 2010™

Oranjes et Auriverdes passent au vert

28 juin 2010