Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022™

Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022™

21 novembre - 18 décembre

Qatar 2022 - Angleterre

Calvert-Lewin : "Je veux que l’Angleterre puisse compter sur moi"

England's Dominic Calvert-Lewin
© imago images
  • Dominic Calvert-Lewin est l’actuel meilleur buteur de Premier League ex aequo
  • Il évoque son jeu de tête et son désir de s’imposer en équipe d’Angleterre
  • Il fait part de son admiration pour James Rodriguez, Richarlison, Rashford et Lewandowski

Depuis quelques mois, les meilleurs passeurs d'Everton, à l’image de James Rodriguez ou de Lucas Digne, ont pris l’habitude d’ajuster leurs centres sur les appels de Dominic Calvert-Lewin, ce qui permet à l’international anglais de faire apprécier son efficacité dans le jeu de tête.

L’attaquant de 23 ans reste sur 11 réalisations en neuf matches avec les Toffees. Il fait actuellement la course en tête du classement des buteurs, malgré la concurrence d'attaquants confirmés comme Mohamed Salah, Jamie Vardy ou Harry Kane. Pour ses débuts avec l’Angleterre, Calvert-Lewin s’est offert un but. De la tête, évidemment.

D’autres attaquants de légende comme Gary Lineker, Alan Shearer et Wayne Rooney ne tarissent pas d’éloges à son sujet. On le compare volontiers à Didier Drogba ; sa détente verticale rappelle celle de Cristiano Ronaldo. Les supporters du Real Madrid ou de l'Inter Milan, quant à eux, voient en lui le digne successeur d'Ivan Zamorano, l’attaquant chilien qui régnait en maître dans le domaine aérien.

FIFA.com a rencontré l’étoile montante du football anglais pour discuter de son début de saison tonitruant, de la qualité de son jeu de tête, mais aussi des objectifs d’Everton et de l’Angleterre.

Dominic, avec 11 buts en neuf matches avec Everton, comment jugez-vous votre début de saison ?

Je suis très satisfait. Dès le départ, j’ai eu un bon pressentiment. J’avais travaillé dur de mon côté et le club a fait un excellent recrutement. Ça s’annonçait bien. Je voulais partir sur les chapeaux de roues et c’est ce que nous avons fait. Mais le plus important, c’est la régularité. Si je maintiens mon niveau de jeu, je sais que je continuerai à marquer.

Votre détente verticale est-elle naturelle ou est-ce quelque chose que vous avez travaillé ?

J’ai toujours eu ça en moi. J’ai toujours sauté très haut. Je suis relativement chanceux car je possède un gros potentiel athlétique. Bien entendu, j’ai dû travailler pour perfectionner certains détails : mes courses, mes sauts, mon timing... Cette capacité à monter très haut fait partie de mes atouts naturels, mais il fallait encore faire en sorte que je puisse m’en servir efficacement sur le terrain. Déjà à l’école, j’étais redoutable au saut en longueur. Je ne crois pas avoir jamais été battu.

Vous a-t-on conseillé de vous orienter vers d’autres sports ?

Le 100 mètres, le 200 mètres, le saut en longueur... j’étais bon dans ces disciplines. Je pense que j’aurais peut-être pu faire carrière dans l’athlétisme, mais le football a toujours eu ma préférence. J’ai toujours voulu être footballeur et c’est pour ça que je suis conscient d'avoir beaucoup de chance.

Êtes-vous le meilleur joueur au monde dans le domaine aérien à l’heure actuelle ?

(rires) J’ai entendu dire ce genre de choses, récemment. C’est toujours agréable de se sentir apprécié, en tout cas. Mon jeu ne se résume pas à ça, mais il faut savoir s’appuyer sur ses points forts. Si une occasion se présente sur une balle haute, je vais tout faire pour essayer de la convertir. Je suis assez fier de ce que je réalise dans le domaine aérien.

Comment avez-vous réagi quand vous avez appris que James Rodriguez allait venir à Everton ?

Un club comme Everton, compte tenu de ses ambitions, est en droit d’espérer recruter des joueurs de ce calibre. En ce qui me concerne, j’étais impatient de le voir arriver car je savais de quoi il était capable. Il a joué dans de très grands clubs et il a inscrit des buts spectaculaires. C’est un excellent joueur. Pour un attaquant comme moi, c’est aussi l’assurance d’avoir un bon service. Avec un tel passeur, il ne me reste plus qu’à être à la hauteur. Jusqu’à présent, la réussite est au rendez-vous et je prends beaucoup de plaisir à jouer à ses côtés. Franchement, il a un niveau incroyable. C’est un grand meneur de jeu. Il peut éliminer un adversaire sur une touche de balle. Il a une façon de manier le ballon qui le rend extrêmement difficile à contrer. Je ne crois pas l’avoir vu se faire tacler, même à l’entraînement.

Comment se passe votre entente aux avant-postes avec Richarlison ?

Richy est génial. Ça fait un moment que nous jouons ensemble et nous avons appris à mieux nous connaître, sur le terrain et en dehors. Il a une mentalité de gagnant. Il travaille dur pour le groupe. On ne s’en rend pas toujours compte depuis les tribunes, mais il apporte énormément à ses partenaires par son énergie et son énorme abattage sur le terrain. Mais c’est aussi un redoutable attaquant. C’est vraiment une chance de jouer avec un tel partenaire. Chacun contribue à la réussite de l’autre, que ce soit en marquant ou en offrant une passe décisive. Je suis heureux pour lui quand il trouve le chemin des filets et je suis sûr que la réciproque est vraie. Il a encore une belle marge de progression. Quand on le voit jouer en ce moment, on se rend compte qu’il excelle dans tous les domaines.

Interview de Richarlison

Lire également

Interview de Richarlison

Parlons de l’Angleterre. Comment s’est passé votre première sélection ?

Quel bonheur ! Tous les internationaux vous disent qu’ils en rêvaient depuis leur plus jeune âge mais, dans mon cas, c’est vrai. Quand j’ai vu le maillot floqué du numéro 9 à côté de mon nom dans le vestiaire et quand je l’ai enfilé, j’étais fou de joie. J’étais très ému en voyant le ballon au fond des filets. Je n’ai pas pu m’empêcher de penser à la fierté que ma famille devait ressentir. Tout était exactement comme dans mes plus beaux rêves. Pourtant, rien n’est acquis d’avance. En football, tout va très vite. On joue bien, on marque, on gagne. On a à peine le temps de se réjouir qu'il faut déjà passer au match suivant. J’ai donc essayé de profiter de l’instant présent. Mais je ne compte pas en rester là. Maintenant, je suis accro. Je veux revenir en équipe d’Angleterre et marquer encore beaucoup de buts.

Vous avez été titulaire à deux reprises et vous vous avez marqué un but. Quel bilan tirez-vous de cette première convocation à titre personnel ?

Je pense que ça s’est bien passé. Parfois, on se demande si vous serez capable d’évoluer à ce niveau, si vous avez votre place dans le groupe. Il faut donc faire ses preuves et montrer que l’on n’est pas là par hasard. Mais, moi, je ne voulais pas me contenter de ça. Je voulais montrer que je pouvais influer sur le cours de la rencontre et apporter quelque chose de différent à l’équipe. De ce point de vue, je suis satisfait.

Espérez-vous vous imposer en tant que titulaire ?

C’est le but. Je suis encore en pleine ascension personnelle et professionnelle, mais il faut être ambitieux. Je veux jouer en équipe d’Angleterre le plus souvent et le plus régulièrement possible. Je n’ai jamais dévié de mon objectif initial. Même quand on ne parlait pas de moi, même quand je n’étais pas titulaire à Everton, j’ai toujours eu l’ambition de monter très haut. Voilà ce qui m’intéresse : je veux me retrouver à la pointe de l’attaque de l’équipe dans de grandes compétitions. Je veux que l’équipe puisse compter sur moi.

Vous avez marqué le but de la victoire en finale de la Coupe du Monde U-20 de la FIFA en 2017. Quel souvenir en gardez-vous ?

C’était magique ! Toute l’équipe avait marché sur l’eau pendant ce tournoi. En arrivant en finale, je me suis dit : "C’est là que je veux être. Je suis à ma place ici". Après le match, j’ai couru voir ma famille et nous avons fait la fête toute la nuit. Mes proches étaient venus spécialement en Corée du Sud pour me voir jouer. On n’a pas tous les jours l’occasion d’inscrire le seul but dans une finale. Je n’oublierai jamais ce moment.

L’Angleterre peut-elle remporter la Coupe du Monde de la FIFA™ 2022 au Qatar ?

Je ne suis pas là depuis longtemps. Je n’ai participé qu’à un stage, mais je suis confiant. Les joueurs brillent chaque semaine avec leur club. Il y a tellement de talent dans cette équipe. Nous devons tous être conscients de notre valeur. Nous pouvons soutenir la comparaison avec les meilleurs. J’ai envie de faire partie de cette aventure. Quel que soit mon adversaire, je suis confiant et je suis sûr que les autres internationaux anglais aussi. Il y a beaucoup de très bonnes équipes dans le monde. J’ai eu l’occasion de jouer contre la Belgique, en tête du classement mondial. J’ai eu beaucoup de chance d’affronter une telle équipe pour mes débuts. Ça m’a donné une idée de ce qu’est le très haut niveau. Désormais, je suis prêt à relever les prochains défis. Nous avons gagné et avec la manière. Ça prouve que l’Angleterre est capable de tenir tête aux meilleurs.

Qui est, selon vous, le meilleur joueur anglais du moment ?

Pour moi, c’est Marcus Rashford. Je l’observe depuis longtemps et il est incroyable. Je n’avais jamais joué avec lui et j’ai pu constater qu’il était encore plus fort que je ne l’imaginais. Il a tout pour lui : la vitesse, la puissance, la technique. Il est tellement efficace dans le dernier geste. Il sait conclure et il est bon de la tête. C’est un bonheur pour un attaquant de jouer aux côtés d’un tel joueur. Avec lui, j’ai le sentiment de pouvoir battre n’importe qui. Il ne fait aucun doute à mes yeux qu’il a un très bel avenir devant lui.

Et qui est le meilleur joueur au monde ?

Robert Lewandowski. Il marque énormément de buts. Je suis un jeune attaquant et je m’intéresse naturellement à ce que font les meilleurs à mon poste. C’est la raison pour laquelle je suis très attentivement ses déplacements sur le terrain. Et j’ai le sentiment que nous avons des qualités similaires.

Explorer le sujet

Articles recommandés