Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™

14 juin - 15 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2018™

Capela : "Ravi de voir mes amis gagner la Coupe du Monde !"

© NBAE/Getty Images
  • Le basketteur Clint Capela évoque sa passion pour le football au micro de FIFA.com
  • Il admire Henry, Mbappé, Pulisic, Ronaldo, Shaqiri et Weah
  • Capela rêve de faire carrière dans le football, après le basketball

Au cœur de l’année 2018, Clint Capela a négocié un contrat de 90 millions de dollars aux termes duquel il continuera à enchaîner les slams aux côtés de The Beard et CP3, alias James Harden et Chris Paul, pour le compte des Houston Rockets. Le géant de 2m08 aurait pourtant volontiers délaissé les ballons de basket pour chasser le Telstar 18 sous les couleurs de la Suisse en Coupe du Monde de la FIFA™.

En effet, Capela est un passionné de football. Pendant que Lebron James enchaînait les paniers à l’échauffement le mois dernier, le jeune prodige de 24 ans émerveillait le public du STAPLES Center en jonglant avec un ballon de 24 centimètres de diamètre. Sur son compte Instagram, on peut le voir en compagnie d’Ousmane Dembélé, d’Antoine Griezmann, d’Eden Hazard, de Thierry Henry, de Kaka, de Paul Pogba et de Cristiano Ronaldo.

La vie d’un joueur de NBA n’est pas de tout repos, en raison des nombreux déplacements. Malgré cet emploi du temps chargé, Capela joue à FIFA d’EA Sports comme un pro et ne manque jamais une occasion de suivre un match à la télévision.

Meilleur marqueur, avec 24 points, du match contre les Denver Nuggets ce 13 novembre, Capela évoque pour FIFA.com sa première passion.

Clint, parlez-nous un peu de votre passion pour le football...
J’adore le football depuis mes six ans. Avec mes amis, nous étions toujours en train de jouer. Nous faisions des matches à l’école, tous les jours, partout. Je rêvais de devenir footballeur, de disputer la Ligue des champions et la Coupe du Monde. J’y pensais sans arrêt. J’étais plutôt rapide et j’avais une bonne technique. À 13 ans, j’ai découvert le basketball, mais le football tient toujours une place importante dans ma vie. Quand j’ai un moment de libre, je regarde du football à la télévision ou je joue à FIFA. Je m’intéresse beaucoup aux matches. Je ne me contente pas de regarder, j’essaye d’analyser ce qui se passe. Je suis vraiment ce qu’on appelle un passionné.

Qui étaient vos idoles, à l’époque ?
Plus jeune, je suivais de près l’équipe de France. J’aimais tous les joueurs : Zidane, Thuram, Desailly, Pires, Karembeu, Makélélé... mais surtout Thierry Henry. Je l’ai rencontré l’année dernière. Il était venu voir un match. C’était à San Antonio, car il est très proche de Tony Parker. Quand je l’ai remarqué près du terrain, je n’arrivais pas à en croire mes yeux ! Je suis allé le voir et je lui ai dit que je l’admirais énormément. J’étais complètement sous le choc. Je me tenais à côté de Thierry Henry ! Nous avons échangé nos coordonnées et il m’a invité chez lui, à Londres. C’était l’une des plus belles expériences de toute ma vie.

À propos d’anciens footballeurs, vous et Joel Embiid (Philadelphia 76ers) avez participé au match UEFA Ultimate Champions l’année dernière, en compagnie de Cafu, Deco, Marcel Desailly, Luis Figo, Ryan Giggs, Roberto Carlos ou encore Clarence Seedorf. Quel souvenir en gardez-vous ?
C’était magique. J’ai grandi en les regardant à la télévision et, d’un seul coup, j’étais parmi eux. C’était vraiment fantastique. Vous aurez peut-être du mal à le croire, mais j’avais le trac. Je ne me sentais pas très à l’aise. Je n’arrêtais pas de me dire : "wow". J’ai dû leur poser des dizaines de questions. Mais au final, on s’est bien amusé.

Vous avez des footballeurs parmi vos amis ?
Oui. Je connais bien Paul Pogba, Antoine Griezmann et Ousmane Dembélé. J’étais donc ravi de voir mes amis gagner la Coupe du Monde. La France a fait un très beau parcours. Marquer quatre buts contre l’Argentine, rééditer l’exploit en finale et battre une très belle équipe de Belgique, ce n’est vraiment pas donné à tout le monde. Et Mbappé a été magnifique. J’étais sidéré de le voir réussir toutes ces choses à un si jeune âge. Pour moi, cette Coupe du Monde était l’une des plus réussies.

On imagine que vous étiez très pris en juin et en juillet. Avez-vous tout de même réussi à suivre les matches ?
J’ai essayé de regarder un maximum de rencontres. J’étais à Houston, Genève, au Mexique, en Serbie... partout ! Mais j’ai tout de même pu voir tous les matches de la Suisse, de la France et du Brésil, ainsi que toutes les grandes affiches. Si j’avais pu, j’aurais tout regardé.

Que pensez-vous du parcours de la Suisse ?
En général, nous sommes plutôt performants en Coupe du Monde. Nous obtenons de bons résultats en phase de groupes et nous perdons de peu en huitièmes de finale. Nous avons perdu 1-0 contre la Suède et 1-0 contre l’Argentine en 2014. En 2006, nous avions échoué aux tirs au but face à l’Ukraine. J’aimerais vraiment voir la Suisse accéder un jour aux demi-finales de la Coupe du Monde. Nous avons de très bons joueurs comme Xherdan Shaqiri, Granit Xhaka ou Breel Embolo. Ce serait bien d’atteindre au moins les quarts de finale.

Jusqu’où Xherdan Shaqiri peut-il aller ?
Il est phénoménal. C’est le meilleur footballeur suisse de ces dernières années. Son pied gauche est magique. Il est rapide, il sait dribbler et il peut tirer de loin. Il marque des buts spectaculaires, à l’image de son retourné acrobatique contre Manchester United pendant la préparation d'avant-saison. Quand il a signé à Liverpool, tout le monde s’attendait à le retrouver sur le banc de touche. Dans un premier temps, il a dû se contenter du rôle de doublure de Sadio Mané et Mohamed Salah. Mais il a travaillé dur pour gagner sa place. Aujourd’hui, il maîtrise parfaitement son nouveau poste. Franchement, je pense qu’il peut jouer n’importe où : au milieu, en attaque ou sur l’aile.

Les États-Unis ont manqué la Coupe du Monde. Que leur réserve l’avenir ?
Je crois que les supporters américains ont toutes les raisons d’être optimistes. Christian Pulisic réalise de très belles choses à Dortmund. C’est déjà un grand joueur et j’attends également beaucoup de Timothy Weah. L’effectif du PSG est très riche. J’espère que ça ne l’empêchera pas de gagner du temps de jeu car je crois qu’il a toutes les qualités nécessaires pour devenir un immense champion.

En parlant de champions, pour vous, qui est le meilleur : Lionel Messi ou Cristiano Ronaldo ?
Je préfère Ronaldo. Il a travaillé dur pour en arriver là. Bien sûr, Messi est un génie. Ils sont tous les deux extraordinaires, mais j’admire davantage Ronaldo car il a énormément donné de sa personne au cours de sa carrière.

Vous êtes encore jeune, mais avez-vous envisagé de travailler dans le football une fois votre carrière de basketteur terminée ?
Absolument. J’aimerais devenir entraîneur. Le rôle de consultant m’intéresse beaucoup aussi. Je regarde et j’analyse déjà les matches pour le plaisir. Ce serait l’un de mes plus grands rêves.

Explorer le sujet

Articles recommandés

Coupe du Monde de la FIFA 2018™

Résumé : France 4-3 Argentine

30 juin 2018

Coupe du Monde de la FIFA 2018™

Russie 2018 : POR 3-3 ESP, Cristiano Ronaldo

15 juin 2018

Coupe du Monde U-17 de la FIFA 2017

Tim Weah (USA)

30 oct. 2017

Coupe du Monde de la FIFA 2018™

Résumé : France 4-2 Croatie

15 juil. 2018