Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™

Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™

11 juin - 11 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2010™

La confiance, premier objectif de Petrovic

En septembre, Vladimir Petrovic est peut-être devenu le cinquième technicien étranger à prendre les commandes de la sélection chinoise, mais il est loin d'être un inconnu dans l'Empire du Milieu. Ainsi, pour les supporters de Dalian Shide, club que le Serbe a conduit à un doublé coupe - championnat en 2005, la fédération chinoise a fait un choix tout à fait logique.

Bien que l'ancien international yougoslave ait déjà fait ses preuves dans le pays, il s'attaque là au plus grand défi de sa carrière, qui consistera à qualifier l'équipe nationale pour la Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010. FIFA.com s'est entretenu avec Petrovic afin d'écouter son avis sur ses nouveaux protégés et sur leurs chances dans un groupe relevé, qui comporte notamment l'Australie et le champion d'Asie, l'Irak.

De tous les sélectionneurs étrangers recrutés par la fédération chinoise, vous êtes le premier à être passé auparavant par la Super League chinoise. L'expérience acquise à Dalian Shide vous aidera-t-elle à mieux appréhender votre nouvelle mission ?Mon passage à Dalian ne m'a pas seulement apporté des connaissances de base sur le football chinois. Je pense qu'il a également convaincu la fédération chinoise de me confier les commandes de l'équipe nationale. Le plus gros avantage pour moi, par rapport à mes prédécesseurs étrangers, c'est que je n'ai pas besoin de gaspiller trop de temps et d'énergie à découvrir les joueurs. La plupart d'entre eux évoluent dans le championnat national, que je connais plutôt bien maintenant. Du coup, cela m'a fait gagner du temps pour bâtir une sélection au nouveau visage.

Quels sont vos projets pour cette équipe new-look ? Quels seront vos critères de sélection ?
Le critère le plus important, c'est le niveau affiché en club. Seuls ceux qui alignent les performances de haut niveau en championnat méritent leur place en équipe nationale. Ensuite, je m'attacherai davantage à la forme du moment et à la condition physique qu'à la cote de popularité.

Quel est le chantier le plus important de cette opération de reconstruction ?
Quand j'ai pris mes fonctions il y a trois mois, j'ai pensé qu'il était grand temps que cette équipe retrouve la confiance. Seuls les joueurs qui ont la gagne dans le sang et un gros amour propre peuvent rivaliser avec de bons adversaires. Par ailleurs, il ne faut pas oublier le besoin de solidarité au sein de l'équipe. Je fais tout pour construire un groupe solidaire qui se bat avec un objectif en tête : la victoire.

Dans quels domaines l'équipe doit-elle progresser ?
Tout d'abord, nous devons adopter le bon comportement. Quoi que nous fassions, sérieux et rigueur doivent être nos maître-mots. Au niveau technique, les joueurs ne doivent pas se contenter de jouer quand ils ont le ballon ; ils doivent également se battre et défendre pour récupérer la possession.

La Chinea été versée dans le même groupe que l'Australie, l'Irak et le Qatar. Que pensez-vous de ce tirage ?
C'est clair que c'est un groupe difficile, peut-être bien le plus difficile de tous. Nous nous attendons à des périodes difficiles, notamment en juin, où nous devons jouer quatre matches. Mais c'est pareil pour tout le monde. Et puis ce n'est pas forcément une mauvaise chose d'affronter de grosses équipes car nous allons être obligés de nous serrer les coudes pour évoluer à notre meilleur niveau.

Quel est votre avis sur les équipes de votre groupe ?
Les trois équipes sont redoutables. L'Australie s'est montrée très à son avantage à la Coupe du Monde l'an dernier. Grâce à ses qualités physiques, elle a pu mettre en pratique un jeu à l'anglaise de bonne qualité. L'Irak est le tenant de la Coupe de l'AFC et le Qatar est tout aussi redoutable, il possède des joueurs naturalisés très talentueux. Comme ils l'ont montré à la Coupe d'Asie en juillet, l'Irak et le Qatar sont aujourd'hui habitués à mettre en pratique des stratégies efficaces. Ils savent comment se comporter face à des adversaires qui leur sont supérieurs. Ils savent comment s'y prendre pour gagner, même si ça doit passer par les tirs au but.

Le 6 février, la Chine va ouvrir sa campagne qualificative contre l'Irak. Comment envisagez-vous la préparation de l'équipe ? Avez-vous programmé des matches amicaux ?
Tout se passe bien. En ce moment, l'équipe travaille pour afficher plus de condition physique et d'énergie sur les matches à venir. Nous avons programmé quelques matches amicaux, nous allons essayer de disputer un maximum de rencontres de préparation.

La Chines'est montrée décevante en juillet à la Coupe d'Asie, où elle n'a même pas passé la phase de groupes. Quels enseignements l'équipe doit-elle tirer dans l'optique des éliminatoires de la Coupe du Monde de la FIFA ?
Qu'il faut avoir fait une bonne préparation pour être performant. Nous devons jouer de bons matches amicaux contre des équipes de haut niveau afin de mettre le doigt sur nos erreurs et d'engranger de la confiance.

Compte tenu du niveau du groupe, même les supporters chinois affirment que leur équipe fait figure d'outsider. Vous sentez-vous capable d'emmener la sélection à sa deuxième phase finale de Coupe du Monde de la FIFA ?
Si je ne me sentais pas capable de qualifier la Chine pour Afrique du Sud 2010, je n'aurais pas accepté ce poste. Quand j'ai travaillé à Dalian Shide, nous nous sommes qualifiés pour la Ligue des Champions de l'AFC, où nous nous sommes bien comportés et où nous aurions dû faire mieux. Je pense que la Chine est largement capable de rivaliser avec n'importe quelle équipe asiatique si elle travaille dur sur les détails.

Explorer le sujet

Articles recommandés

Coupe du Monde de la FIFA 2010™

John Aloisi : "Nous devons avoir confiance"

25 nov. 2007

Coupe du Monde de la FIFA 2010™

L'Australie mise à l'épreuve

25 nov. 2007

Coupe du Monde de la FIFA 2010™

Le tirage… et ce qui s'en dégage

25 nov. 2007