Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™

14 juin - 15 juillet

Coupe du Monde de la FIFA™

Dalic, sauveur surprise d'une Croatie en crise

© Getty Images
  • Entretien avec le sélectionneur de la Croatie, Zlatko Dalic
  • Il ravivé les espoirs d'une sélection croate dont la qualification était compromise
  • Il évoque son style, ses souvenirs de Coupe du Monde et ses adversaires à Russie 2018

Il y a un an, Zlatko Dalic aurait probablement éclaté de rire si on lui avait suggéré qu'il allait avoir un grand rôle à jouer avec la Croatie dans la prochaine Coupe du Monde de la FIFA™. À l'époque, il était alors l'entraîneur du club émirati d'Al Ain et venait de voir ses joueurs s'incliner de justesse en finale de la Ligue des champions de l'AFC. Dans le même temps, la Croatie était sur la voie royale conduisant à Russie 2018, après avoir enregistré une victoire convaincante 2:0 sur l'Islande dans les qualifications mondialistes.

Mais en octobre 2017, des défaites en Islande et en Turquie, suivies d'un nul à domicile contre la Finlande, faisaient que la Croatie ne pouvait plus se qualifier directement pour la Russie. Même la place de barragiste était compromise. La fédération croate réussit alors à convaincre Dalic de quitter ses fonctions aux Émirats Arabes Unis pour prendre en main le destin des Vatreni. En guise d'accueil, ses joueurs lui offrent une victoire 2:0 en Ukraine, puis un succès 4:1 - en score cumulé - sur la Grèce en barrage.

Depuis, Dalic s'est vu proposer un contrat en bonne et due forme à la tête de la sélection. À 51 ans, il se prépare donc à vivre ce qu'il pensait inimaginable. "Mon rêve s'est réalisé", assure-t-il à FIFA.com

L'opportunité est d'autant plus précieuse pour Dalic que ce dernier, malgré une carrière respectable comme joueur avec des clubs de son pays comme Varteks ou Hajduk Split, n'a jamais porté le maillot à damier rouge et blanc, même s'il a officié comme entraîneur adjoint des U-21. "Beaucoup de joueurs avec lesquels j'ai eu l'occasion de travailler en U-21 sont maintenant chez les seniors, comme Mario Mandzukic, Nikola Kalinic ou Dejan Lovren", fait remarquer celui qui, après sept sept années passées au Moyen-Orient, dirigera la Croatie pour sa cinquième participation à la Coupe du Monde de la FIFA.

*M. Dalic, quelle est été votre approche pour relancer l'équipe après avoir été nommé si tard dans cette campagne qualificative ? *Tout le crédit revient aux joueurs. Il n'y avait plus beaucoup de temps pour l'entraînement et la préparation, donc j'ai axé tout mon travail sur les réunions, la communication et la motivation. Nous avons changé quelques petites choses sur le plan tactique, mais le plus important a été de faire prendre conscience aux joueurs que c'était la dernière chance d'aller en Coupe du Monde. Ils ont su passer la vitesse supérieure au bon moment.

Luka Modric a dit que vous aviez réalisé "un travail phénoménal". Était-il important d'avoir le soutien de joueurs essentiels comme lui ?
C'est évidemment le genre de paroles que tous les entraîneurs aiment entendre. Si un joueur comme Luka est satisfait de votre travail, cela veut dire que vous avez fait quelque chose de bien. J'essaie toujours de pousser chaque joueur pour qu'il atteigne son potentiel, et je veille à avoir une relation de qualité avec mes joueurs. Ce n'est pas toujours recommandé, mais c'est mon style : je veux apporter tout mon soutien aux joueurs et je communique beaucoup avec eux. Avoir la confiance des garçons est la chose la plus importante pour moi. Avec l'équipe nationale, le facteur-clé était précisément que ça fonctionne entre les joueurs et moi. Nous avons un groupe solide, avec de très bons joueurs, qui avaient juste besoin d'un petit coup de pouce dans la bonne direction.

Vous étiez aux Émirats Arabes Unis pour voir Modric élu meilleur joueur de la dernière Coupe du Monde des Clubs. Quelle est son importance pour le Real Madrid et la Croatie ?
Cela a montré une fois de plus l'importance de Luka pour le Real Madrid. Il a montré des choses fantastiques et pour moi, il a été le meilleur joueur de ce tournoi, et même assez largement. Pour la Croatie, il est tout simplement notre meilleur joueur, il est le moteur de l'équipe. C'est également le capitaine et dans ce rôle, il sait montrer l'exemple en donnant toujours le maximum de lui-même. Il place la barre haut en termes d'attitude, d'agressivité et d'énergie sur le terrain, et son comportement en dehors est exemplaire.

Quelles seront vos priorités dans la préparation pour la Coupe du Monde ?
J'ai prévu de pas mal voyager pour rencontrer les joueurs et les entraîneurs des différents clubs où ils évoluent, pour parler de leur statut et de leur état de forme. Je ne retiendrai que des joueurs qui seront au maximum de leurs capacités, et ils le savent. Nous allons également disputer deux rencontres amicales en mars, contre le Pérou et le Mexique. J'espère que nous aurons l'occasion d'en jouer deux autres, contre des adversaires encore plus forts, début juin. Nous avons besoin de nous tester pour voir où nous en sommes et ce que nous devons améliorer avant la Coupe du Monde. Pour cela, il est important d'affronter des équipes qui ont des styles similaires à ceux de nos futurs adversaires en Russie.

Justement, quelles sont les plus forces des équipes que vous allez défier en Russie ? *
L'Islande était la meilleure équipe de notre groupe dans les qualifications européennes. Nous les connaissons très bien et avons subi contre eux une défaite qui a fait mal, à Reykjavik. L'Argentine est évidemment l'un des favoris pour le sacre final dans cette Coupe du Monde, tandis que le Nigeria possède une équipe jeune, puissante et qui a faim. Elle a vraiment un gros potentiel.
*
Et quelle est la plus grande force de la Croatie ?

Nous avons de bons joueurs dans plusieurs grands clubs européens, des garçons avec de grandes qualités individuelles comme Modric, Mandzukic, Rakitic, Perisic, Kalinic et d'autres. Mais notre plus grande force reste le collectif. La fierté et le patriotisme dont nos joueurs font preuve lorsqu'ils jouent pour la Croatie sont peut-être notre plus grande force. C'est quelque chose que nous devons combiner avec notre qualité.

Quels souvenirs conservez-vous du *parcours de la Croatie dans la Coupe du Monde 1998 et quelle importance a-t-il eu pour votre pays ? *C'était ma première Coupe du Monde en tant que spectateur et rien que d'en parler, ça me donne des frissons. Quand je repense aux différents matches et à certaines victoires, j'en ai la chair de poule. Le pays était devenu indépendant au début des années 1990 et cette Coupe du Monde est arrivée assez vite après ça. Cette équipe et cette Coupe du Monde ont été notre façon de présenter le pays au reste du monde. Grâce aux victoires contre l'Allemagne et aux Pays-Bas notamment, grâce aussi à Davor Suker qui a gagné le Soulier d'Or, le monde entier connaissait désormais la Croatie et son maillot à damier rouge et blanc. On ne dira jamais assez à quel point cette Coupe du Monde a été importante pour la Croatie en tant que pays. Cela nous a apporté la reconnaissance de l'extérieur et beaucoup de confiance en nous-mêmes.

Explorer le sujet

Articles recommandés

Coupe du Monde de la FIFA 1998™

Souvenirs de Coupe du Monde : Luka Modric

01 août 2016

Coupe du Monde de la FIFA™

La Croatie sera de la fête (0:0)

12 nov. 2017

Coupe du Monde de la FIFA 1998™

Boban et Goran se renvoient la balle

30 mars 2017