Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™

Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™

12 juin - 13 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

Des montants démontants

(L-R) Mauricio Isla, Francisco Silva, Felipe Gutierrez, Marcelo Diaz, Jose Rojas, Charles Aranguiz, Eugenio Mena, Gonzalo Jara and Alexis Sanchez of Chile look on.
© Getty Images

Rarement la différence entre la victoire et la défaite aura-t-elle été aussi mince en Coupe du Monde de la FIFA™. À Belo Horizonte, tout s’est joué à quelques centimètres. Quelques centimètres suffisants pour que Mauricio Pinilla trouve la transversale au lieu d’offrir la victoire aux siens et pour que Gonzalo Jara voie son tir au but repoussé par le poteau.

"On aurait pu faire un Mineirazo", regrette le sélectionneur du Chili, Jorge Sampaoli, en faisant référence au célèbre Maracanazo, qui avait vu l’Uruguay priver le Brésil de sacre chez lui en 1950."Nous aurions marqué l’histoire à jamais." Après la séance de tirs au but, les Chiliens sont revenus avec fierté sur une performance qualifiée - à juste titre - de "magnifique" par leur entraîneur, sans cacher l’amertume que suscite chez eux le résultat final. "Dans de telles situations, les victoires morales ne comptent pas", constate le technicien argentin.

Compte tenu de l’enjeu, les joueurs andins ne peuvent s’empêcher de se repasser le film du match. Infatigable milieu de terrain qui incarne parfaitement l’état d’esprit et le style de la formation chilienne, Marcelo Diaz verra longtemps la frappe de Pinilla et les rêves chiliens s’écraser sur la transversale de Julio Cesar. "On était si près", confie-t-il à la FIFA. "Mais quand celle-là n’est pas allée au fond, j’ai commencé à me dire qu’on n’avait peut-être pas la chance avec nous aujourd’hui. Il était peut-être écrit qu’on ne gagnerait pas ce match. Mais on s’est beaucoup investis pour cette compétition et on rentre chez nous pleins de fierté, la tête haute."

Avant ce huitième de finale, Sampaoli avait lancé un défi à ses joueurs : "Si nous ne faisons pas preuve de courage contre une équipe qui aura non seulement un stade mais également un pays tout entier derrière elle, alors il n’y aura pas photo. Nous ne pouvons pas nous permettre d’avoir peur". Sur cet aspect-là, le contrat a été rempli. À Belo Horizonte, la *Roja *ne s’est pas échappée, loin de là. À chaud, la douleur prend naturellement le dessus sur la fierté, mais avec le temps, les Chiliens réaliseront qu’ils ont conquis des millions de nouveaux admirateurs.

L'hommage d'Alves
Au sein de leur fan club élargi, ils peuvent être sûrs de compter leurs bourreaux du jour, parmi lesquels Dani Alves. "Le Chili a été l’une des grandes équipes de cette Coupe du Monde, ça ne fait aucun doute", assure le défenseur du FC Barcelone à FIFA.com. "Aujourd’hui, la chance était de notre côté, mais ils méritent toutes les louanges. Je suis impressionné par la pression qu’ils mettent sur la défense adverse. On savait que ce match allait être l’un des tests les plus difficiles pour nous. On vient de passer un obstacle gigantesque."

Les paroles de l’arrière latéral *auriverde *sont bien senties, mais elles ne sont sûrement pas de nature à consoler les Chiliens, pas tout de suite en tout cas. Difficile en effet de se remettre d’une défaite concédée dans des conditions aussi cruelles. Malgré tout, Diaz reconnaît que lui et ses coéquipiers peuvent au moins rentrer au pays avec l’esprit tranquille sur un point : "On a tout donné", reconnaît celui qui avait maintenu son équipe à flots dans la séance de tirs au but avant l’échec fatal de Jara. "On n’a jamais rien lâché et on a regardé le Brésil dans les yeux. On savait que ça allait être dur car on affrontait l’une des plus grandes nations de football du monde. Mais on a fait jeu égal et on a fait un super match. On peut tous être fiers de notre performance. C’est l’issue de cette rencontre qui est difficile à digérer pour l’instant. On a beau dire ce qu’on veut, c’est toujours très douloureux de perdre de cette façon."

Explorer le sujet

Articles recommandés

Brésil-Chili en images

Coupe du Monde de la FIFA™

Brésil-Chili en images

28 juin 2014

Former Chilean footballer Ivan Zamorano (R) arrives before the start of a Group B football match between Spain and Chile in the Maracana Stadium in Rio de Janeiro during the 2014 FIFA World Cup on June 18, 2014.  AFP PHOTO / LLUIS GENE

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

Zamorano : "Des bons joueurs à tous les postes"

27 juin 2014

RIO DE JANEIRO, BRAZIL - JUNE 18: Eduardo Vargas of Chile (R) celebrates scoring his team's first goal with Eugenio Mena (L) and Gonzalo Jara (C) during the 2014 FIFA World Cup Brazil Group B match between Spain and Chile at Maracana on June 18, 2014 in

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

La Roja grandit dans le respect

27 juin 2014

Julio Cesar of Brazil celebrates

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

Julio Cesar, loin des yeux et près du coeur

29 juin 2014

Julio Cesar (1st R) of Brazil is congratulated by his teammates after the win

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

La Seleção coiffe le Chili au poteau (1:1, 3:2 t.a.b)

28 juin 2014