Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™

Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™

14 juin - 15 juillet

Russie 2018 - Australie

Des U-12 à la Coupe du Monde

Australia's Jackson Irvine (R) and Jamie Maclaren
© Others
  • Les Australiens Jamie Maclaren et Jackson Irvine jouent ensemble depuis les U-12
  • Le premier a été appelé dans le groupe australien alors qu’il était déjà parti en vacances
  • Les Socceroos affrontent la France à Kazan pour leur entrée en lice dans le Groupe C

Nous sommes en 2005. De jeunes garçons âgés de 11 à 12 ans courent sur les terrains de Victoria, en Australie. Deux jeunes talents se distinguent parmi les autres. Ils évoluent côte à côte, sans se douter de ce que leur réserve l’avenir.

Treize ans plus tard, Jackson Irvine et Jamie Maclaren sont à nouveau coéquipiers et, cette fois, ils arborent tout deux l’écusson de la sélection australienne sur leur maillot. Ils sont désormais en Russie et le 16 juin, ils feront leurs débuts en Coupe du Monde de la FIFA™, contre la France.

"Nous en avons sûrement rêvé pendant des années, mais je ne sais pas si on prend ce genre de choses très au sérieux quand on est enfant", confie Irvine à la FIFA au moment d’évoquer ces vieux souvenirs.

Jackson Irvine (third from left) and Jamie Maclaren (fourth from left) in the U-12s
© Others

(ci-dessus, Irvine et Maclaren, 3ème et 4ème de g. à d.)

Mclaren fait partie des invités de la dernière heure. Écarté de la liste des 26 initialement composée par le sélectionneur Bert van Marwijk, il était en vacances à Dubaï lorsqu’il a reçu un appel qui a changé le cours de son existence... et écourté son séjour aux Émirats Arabes Unis. "J’avais emmené une paire de chaussures à crampons avec moi à Dubaï, au cas où...", explique l’intéressé.

Tourmenté par les blessures, Tomi Juric a dû laisser sa place à Mclaren, qui s’est immédiatement envolé pour la Turquie afin de venir prêter main-forte à l’attaque australienne. Confirmé dans la liste des 23 pour le tournoi en Russie, Maclaren se félicite de pouvoir compter sur la présence d'un ami de longue date. "Nous nous connaissons depuis nos 11 ans et nos liens n’ont fait que se renforcer. Nos familles sont très proches. Je suis sûr que nos pères auront l’occasion de trinquer lorsqu’ils se retrouveront ici, en Russie", plaisante-t-il.

Tous deux nés de pères écossais anciens footballeurs, et de mères maltaises, Irvine et Maclaren ont fait leurs classes au Royaume-Uni et leurs deux familles feront le voyage pour les soutenir pendant le tournoi mondial. La liste des points communs est longue, comme celle de leurs souvenirs partagés. Ils espèrent évidemment en rajouter d'autres à la liste lors de leur séjour en Russie.

Explorer le sujet

Articles recommandés