Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™

Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™

12 juin - 13 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

Di María brille à l'ombre de Messi

Angel di Maria (L) and Lionel Messi of Argentina warm up
© Getty Images

Ángel Di María sait qu'un jour il pourra raconter à ses petits-enfants qu'il a évolué aux côtés de Lionel Messi. Ça peut paraître anecdotique à la veille d'un match clé qui peut permettre à l'Argentine de terminer en tête du Groupe F de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™.

Pourtant, le fait que Di María côtoie la Pulga permet d'effectuer une comparaison intéressante entre l'actuelle sélection argentine et celle qui remporta la compétition en 1986. Au Mexique, l'Albiceleste comptait déjà dans ses rangs un leader qui laissait bien peu de place à ses coéquipiers en la personne de Diego Maradona.

"Je pense que ceux qui ont eu la possibilité de jouer avec Diego à l'époque et ceux qui évoluent aujourd'hui avec Leo ont beaucoup de chance", rétorque El Fideo au micro de la FIFA. "L'équipe avait alors su tirer le meilleur de Maradona et c'est à nous d'en faire autant avec Messi. Je pense qu'il traverse une excellente période et nous espérons que cela va continuer", ajoute le milieu de terrain de 26 ans, déjà sélectionné aux côtés du Barcelonais à Afrique du Sud 2010.

"Peut-être que notre groupe possède des joueurs plus techniques qu'à l'époque. Mais ce qui compte, c'est de savoir comment aider *Leo *à l'heure actuelle. Il faut qu'il soit le plus à l'aise possible. Au final, c'est le facteur le plus important pour chacun d'entre nous", poursuit le milieu de terrain du Real Madrid. "Il y a eu deux matches compliqués durant lesquels nous n'avons pas été en mesure de trouver des espaces malgré tous nos efforts et lui a su trouver la faille dans des moments cruciaux. Le plus important, c'est que l'on soit qualifiés pour les huitièmes de finale", poursuit celui qui honorera sa 50ème sélection face au Nigeria, contre qui il avait marqué le but de la victoire en finale du Tournoi Olympique de Football en 2008.

Rester vigilants
"Il s'agit là aussi d'une équipe solide", juge le Merengue. "On en a eu la preuve contre la Bosnie, que tout le monde voyait au tour suivant. Le Nigeria tentera certainement de défendre au mieux et de procéder par contres, même s'il possède des joueurs susceptibles de marquer à tout moment."

Étant donné les difficultés éprouvées face à ses deux précédents adversaires, la question se pose de savoir si l'Argentine doit prévoir un plan B. "Cette décision appartient au sélectionneur", affirme Di María sans s'avancer. "C'est à lui d'opter pour tel ou tel système. De notre côté, nous tentons de nous adapter en fonction de son choix et de faire de notre mieux sur le terrain pour nous imposer."

Malgré tout, l'Argentin a sa propre idée sur ce qui pourrait faire la différence contre les Super Eagles. "Il faudra se montrer patients, comme nous l'avons fait jusqu'à maintenant, afin de trouver des espaces libres dans les derniers mètres et de marquer. Pour cela, il faudra donc faire circuler le ballon et chercher un partenaire libre, ce qui implique que l'on soit continuellement en mouvement", analyse l'intéressé.

En dernier recours, l'Albiceleste pourra toujours s'appuyer sur Messi car, comme le souligne son compatriote : "On peut s'estimer heureux qu'il soit Argentin !".

Explorer le sujet