Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022™

Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022™

21 novembre - 18 décembre

Qatar 2022 - Asie

Entre impatience et prudence

Portugal's national football team coach Paulo Bento gives a press conference
© AFP
  • Le tirage au sort du 2ème tour des qualifications asiatiques pour Qatar 2022 a eu lieu
  • Les sélectionneurs livrent leurs réactions à FIFA.com
  • Un thème récurrent : la nécessité de respecter tous les adversaires

Dès la fin du tirage au sort des groupes du deuxième tour des qualifications asiatiques pour la Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022™, les sélectionneurs des 40 équipes en lice ont reporté leur attention sur leurs futurs adversaires et la prochaine étape vers le grand rendez-vous mondial. FIFA.com a recueilli leurs réactions teintées de prudence et d'impatience.

Graham Arnold, sélectionneur de l’Australie :

"Nous sommes contents du résultat. Mon premier match à la tête de l’équipe était au Koweït et nous avions gagné 4-0. Nous savons donc à quoi nous attendre. Il y a deux équipes dans ce groupe que nous connaissons bien, le Koweït et la Jordanie, et deux autres qui nous sont moins familières. Nous allons faire de notre mieux et prendre les matches les uns après les autres, en respectant chaque adversaire. J’ai côtoyé 80 joueurs au sein de l’équipe nationale et de l’équipe olympique l’année dernière. Avec le talent dont nous disposons, je pense que nous pouvons réussir de bonnes choses."

Vital Boelmans, sélectionneur de la Jordanie :

"Nous allons à nouveau rencontrer l’Australie, mais je suis tout de même satisfait de ce tirage au sort. Nous allons devoir faire de notre mieux si nous voulons atteindre nos objectifs. J’ai confiance en mes joueurs. Je sais qu’ils sont capables d’accéder au tour suivant."

Hector Cuper, sélectionneur de l’Ouzbékistan :

"Difficile de prédire comment les équipes de notre groupe vont jouer. Nous allons devoir nous préparer soigneusement. Il faut rappeler qu’à ce niveau, toutes les équipes ont des qualités qui leur sont propres. Il ne faut sous-estimer personne. Nous respectons tous nos adversaires dans ce groupe. Nous aurons intérêt à bien aborder ces affiches. Chaque match sera important pour nous, mais nous devons absolument nous qualifier pour le tour suivant."

Igor Stimac, sélectionneur de l’Inde :

"Ces qualifications représentent un vrai défi pour cette jeune équipe, d’autant que nous avons hérité d’un groupe difficile. Il faut respecter tout le monde. Je vais demander à mes joueurs de respecter chaque adversaire mais, sur le terrain, nous allons tout faire pour gagner. Je vais préparer mon équipe dans ce sens. Nous ne sommes qu’au début de notre voyage. J’espère qu’il sera le plus long possible."

Alexander Krestinin, sélectionneur de la République kirghize :

"C’est le genre de groupe auquel nous nous attendions. Nous allons nous battre et jouer notre jeu. Nous avons déjà prouvé que nous avions du caractère et que nous pouvions nous sublimer dans les moments difficiles. Mon équipe est courageuse. Il va falloir qu’elle puise dans ses réserves mentales. En football, tout est possible."

Valery Kichin, capitaine de la République kirghize :

"C’est un groupe intéressant. Nous avons une chance de continuer l’aventure et de nous qualifier. Tout dépend de nous. Nous allons jouer notre jeu et essayer de gagner chaque match. Le Japon est favori, évidemment, mais nous allons nous battre jusqu’au bout. Nous allons tenter d’entrer dans l’histoire et de gagner un maximum de matches."

Tan Cheng Hoe, sélectionneur de la Malaisie :

"C’est le meilleur tirage possible. Personne ne s’attendait à ce que la majorité des équipes viennent de la région ASEAN. Nous connaissons très bien les autres équipes de la région, notamment le Viêtnam, la Thaïlande et l’Indonésie. Évidemment, les EAU sont un cran au-dessus et ils partiront logiquement favoris. Nos supporters seront ravis de nous voir affronter d’autres équipes de l’ASEAN. Ils aiment ces rencontres. Mais le plus important, c’est que nous n’aurons pas à effectuer de longs déplacements pour ces matches. Le facteur temps ne devrait pas jouer un rôle trop important. En tout cas, il n’aura pas d’impact négatif sur les joueurs."

Paulo Bento, sélectionneur de la République de Corée :

"Il va falloir étudier nos adversaires. Nous devons analyser les performances des équipes que nous avons rencontrées par le passé. Par ailleurs, nous allons affronter le Turkménistan pour la première fois. De toute façon, il faut prendre les résultats du tirage au sort comme ils sont. Nous aborderons les matches contre la RDP Corée exactement de la même manière que les autres affiches du groupe. Nous devons tout faire pour gagner tous nos matches, sans oublier de toujours respecter les autres équipes."

Documents connexes

Explorer le sujet

Articles recommandés