Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™

Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™

11 juin - 11 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2010™

L’Espagne au firmament

Vicente del Bosque head coach of Spain lifts the World Cup with his team
© Getty Images

Après une succession de désillusions sur la grande scène mondialiste, la *Roja *a fini par décrocher la gloire. Quand Iker Casillas a levé vers le ciel étoilé de Johannesburg le trophée de la Coupe du Monde de la FIFA le 11 juillet, le football espagnol a écrit la plus belle page de son histoire.

Le succès de l’Espagne en finale d’Afrique du Sud 2010 a été le triomphe du football à une touche de balle, du jeu en combinaisons, du talent et de la technique, du travail et du sacrifice, et surtout, de l’esprit d’équipe. "Nous sommes fiers de tous les joueurs, ceux qui sont entrés en jeu et ceux qui sont restés sur le banc. Nous avons travaillé pendant plus d’un mois et demi sans rencontrer le moindre problème. Ce groupe s’est attaché non seulement à la victoire, mais aussi à d’autres valeurs", a déclaré avec émotion le sélectionneur Vicente del Bosque.

Des valeurs comme la fidélité à leur style de jeu. Un jeu à vocation offensive mais basé sur la solidité et la qualité d’un milieu de terrain de rêve. "La conquête de ce titre a commencé en juin 2008 avec notre succès au Championnat d’Europe. La Coupe du Monde n’a été que la continuité du travail alors accompli par le groupe. Avec cette sélection, nous avons essayé de conserver l’héritage que nous avons reçu pour ne pas renier notre passé, sans pour autant suivre un chemin tout tracé. Tout cela en incorporant de nouveaux éléments au groupe, ce qui est indispensable par ailleurs", ajoutait le technicien, rendant ainsi hommage à ceux qui, il y a deux ans, ont travaillé d’arrache-pied pour décrocher le sacre européen. Mais Del Bosque a également joué une large part dans cette réussite historique. Non seulement par ses compétences tactiques et sa connaissance du football, mais également par son caractère discret, travailleur et familial, qui a su emporter l’adhésion et la fidélité de ses joueurs.

*Défense solide et buteur inspiré *Le jeu déployélors d’Afrique du Sud 2010 n’a peut-être pas été aussi brillant que celui observé à l’UEFA EURO 2008 ou en qualifications (10 victoires en 10 matches), mais en se relevant de sa défaite initiale, le groupe a fait preuve d’une grande force mentale qui faisait défaut aux générations précédentes.

Et pour cause : l’épopée sud-africaine avait plutôt mal démarré, avec une défaite inattendue contre la Suisse qui compliquait d’emblée la tâche des Ibères. Un mal pour un bien diront certains, puisque cette déconvenue aura eu l’avantage de mettre l’Espagne au pied du mur dès le début. La *Roja *a ensuite pris le meilleur face au Honduras et au Chili, sans parvenir pour autant à concrétiser sa domination par un écart significatif au tableau d’affichage.

Avant la finale, la deuxième phase s’est soldée par trois petits succès 1:0 sur le Portugal, le Paraguay et l’Allemagne. Le plus laborieux fut celui contre l’Albirroja, avec un penalty manqué de chaque côté et un ballon qui a frappé trois fois le poteau avant de rentrer. Mais l’Espagne a su vaincre la malédiction des quarts de finale, en misant à nouveau sur deux de ses principaux atouts : la solidité d’Iker Casillas, qui n’a concédé que 2 buts lors de la compétition, et l’inspiration de l’attaquant David Villa, auteur de 5 des 8 buts espagnols.

Si le nouveau sociétaire du FC Barcelone a vu le Soulier d’Or lui échapper, le portier du Real Madrid n’a pas laissé passer le trophée de Gant d’Or. Mais pour ce dernier, la plus grande satisfaction reste d’avoir soulevé la Coupe du Monde de la FIFA. "C’est quelque chose dont on rêve quand on est enfant. Cette coupe, nous l’avons vue soulevée par le Brésil, la France, l’Italie. On la voit dans les jeux vidéo ou à la télévision, on la voit partout, mais on n’imagine jamais qu’on puisse la soulever un jour. Je n’arrive pas encore à le croire", glisse-t-il la voix tremblante.

Ce sentiment d’incrédulité a été partagé par l’ensemble des 23 héros espagnols, qui ont déclaré vivre un moment inoubliable et surtout historique. Car l’Espagne a rejoint le cercle très fermé des nations championnes du monde, qui compte désormais huit membres depuis le 11 juillet 2010.

Explorer le sujet

Articles recommandés

Andres Iniesta of Spain holds the trophy in the Spanish dressing room

Coupe du Monde de la FIFA 2010™

Le jour de gloire d'Iniesta

12 juil. 2010

L'Espagne fête la victoire

Coupe du Monde de la FIFA™

L'Espagne fête la victoire

11 juil. 2010