Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™

Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™

11 juin - 11 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2010™

La fable de la mouche et de l'âne

PORT ELIZABETH, SOUTH AFRICA - JULY 02:  Referee Yuichi Nishimura issues a red card to Felipe Melo o
© Getty Images

Deux buts néerlandais et un carton rouge brésilien en 20 minutes : les mouches ont changé d'âne sans crier gare vendredi au Nelson Mandela Bay Stadium. Les* Oranjes*, persévérants, ont su renverser une tendance initiale négative. Avec réussite et opportunisme.

Si l’âne est un animal têtu, la mouche elle, est un insecte volage : quand un baudet ne lui sied plus, elle passe au voisin. Vendredi à Port Elizabeth, l’expression populaire n’a jamais été aussi probante de sens.

Impérial, souverain, serein pendant 45 minutes, l’âne bleu brésilien a laissé les mouches du succès promptement voler sur le dos de l’opportuniste rival orange. En quelques minutes seulement, au retour des vestiaires. Un infortuné coup de tête de Felipe Melo a complètement complètement modifié la donne. "On a de la réussite sur ce but et il change tout. Il est arrivé au meilleur moment pour nous. Tout commence là, puis la confiance devient énorme. A ce moment là, on se dit qu’on va y arriver", explique en exclusvité pour la FIFA Giovanni van Bronckhorst

"Il suffit de revoir la joie du banc sur notre égalisation pour comprendre que tout le groupe pense alors 'c’est notre jour'. On n’avait pas perdu la foi car on savait qu’on pouvait les battre, mais revenir aussi rapidement a été le déclic", confirme pour la FIFAArjan Robben. Bien tenu en première période par Michel Bastos et l’axe central auriverde, l’ailier batave a littéralement volé sur son aile droite après quinze minutes d’un break salvateur. Au préalable de ce remake du quart de finale d’Etats-Unis 1994, Dunga craignait le vent de Port Elizabeth. Il peut maudire celui de la réussite qui a porté les Oranjes en seconde période.

"Plus de confiance et d'ambitions"
"On a pu développer notre jeu en première mi-temps, mais on n'a pas su le faire en seconde, on n'a pas réussi à maintenir ce niveau, ni la concentration nécessaire", analyse le sélectionneur brésilien. Le constat de Juan transpire le même message. "Sur deux moments isolés on manque d’attention défensive et ces erreurs ont tué notre plan de jeu. Dans un match comme celui là, deux instants de laxisme décident du sort de la rencontre", regrette le défenseur central.

Dans ce quart de finale historique, quatrième opposition entre les deux nations en Coupe du Monde de la FIFA, les Oranjes ont su faire le dos rond pour contourner l’obstacle. Mais sans la maladresse de Juan et une parade de Maarten Stekelenburg sur une frappe de Kaka, la messe était quasiment dite à la pause. Le capitaine néerlandais avait pourtant déjà senti le retour de ses troupes. "Nous étions nerveux en début de rencontre et eux jouaient vraiment bien. Mais après 30 minutes, j’avais ce sentiment qu’on avait déjà redressé la tête", nous commente le seul Néerlandais présent lors la demi-finale perdue de France 1998.

Le mot de la fin revient à Robben qui confirme alors l’ambition d’une sélection invaincue depuis 24 matches : "On s’était dit après le premier tour qu’on avait quatre finales à jouer. Il en reste deux. Depuis le début, on veut aller au bout. La seule ambition est de soulever la coupe." Et chasser les mouches qui tournaient autour des Oranjes lors de leurs deux finales perdues en 1974 et 1978...

Explorer le sujet

Articles recommandés

Netherlands - Brazil

Coupe du Monde de la FIFA™

Netherlands - Brazil

02 juil. 2010

Players celebrate with Wesley Sneijder of the Netherlands

Coupe du Monde de la FIFA 2010™

Les déclarations

02 juil. 2010