Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™

Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™

11 juin - 11 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2010™

Forlán s’invite au panthéon

Lors du nul 3:3 de l’Uruguay face au Sénégal à Corée/Japon 2002, Diego Forlán avait eu une occasion en or d'offrir la victoire aux siens. Mais il l’avait gâchée et s’en était pris à un panneau publicitaire. La rage de l’attaquant de 23 ans était d’autant plus compréhensible que son erreur avait finalement coûté à son équipe une qualification pour les huitièmes de finale.

Ce raté n’avait pas surpris les fans de Manchester United qui le suivaient au jour le jour. Car Forlán avait eu besoin de 27 matches et d’un penalty pour débloquer enfin son compteur au sein des Red Devils. Autant dire que sa présence dans une nouvelle Coupe du Monde de la FIFA n’était pas vraiment à l’ordre du jour à cette époque-là. Quant à la possibilité de le voir briller sur la plus prestigieuse des scènes…

Pourtant, c’est exactement ce qu’il a fait en Afrique du Sud, malgré l’échec de son équipe aux portes de la finale. Ses innombrables efforts sous le maillot bleu ciel ne sont pas passés inaperçus pour les experts de la FIFA, qui ont décidé de lui décerner la distinction individuelle la plus prestigieuse d’une Coupe du Monde de la FIFA : le Ballon d’Or adidas. Il succède au palmarès à des joueurs tels que Diego Maradona, Romario, Ronaldo et Zinédine Zidane.

Premier lauréat non finaliste
Auteur de cinq réalisations dans le courant de la compétition, il s’est replacé au deuxième rang des meilleurs buteurs de l’histoire de son pays et a joué un rôle déterminant dans le parcours de son équipe. Ces performances lui ont permis de récolter 23,4 % des votes exprimés par les membres de la presse pendant la finale. Il devient le premier Ballon d’Or depuis le lancement de la récompense, en 1982, à s’imposer sans avoir disputé la finale.

Wesley Sneijder et David Villa, avec 21,8 % et 16,9 % des voix respectivement, décrochent le Ballon d’Argent adidas et le Ballon de Bronze adidas, une récompense somme toute logique pour deux footballeurs qui brillent au plus haut niveau européen depuis deux ans. En revanche, on attendait beaucoup moins le joueur de l’Atlético de Madrid, a fortiori quand on sait que l’Uruguay a abordé l’avant-dernière journée des qualifications sud-américaines dans une position très délicate. Si les Charrúas s’en sont sortis, c’est qu’ils ont finalement décroché la cinquième place synonyme de barrages.

A la 68ème minute de ce match contre l’Équateur, la situation s’est pourtant compliquée avec l’ouverture du score des locaux. Ayant absolument besoin des trois points de la victoire, l’équipe d’Uruguay a égalisé par Luis Suárez avant de signer le but décisif par Forlán, sur penalty, au bout du temps réglementaire. Ce résultat s’est ensuite avéré précieux pour l'accession au double barrage contre le Costa Rica, que la Celeste allait remporter facilement.

Contre les statistiques...
Déjà en Afrique du Sud, l’Uruguay était considéré comme un outsider au sein d’une poule composée de la France et du Mexique, deux équipes mieux classées que lui au Classement mondial FIFA/Coca-Cola, et d’une équipe locale poussée par des fans incandescents. Même les statistiques lui étaient défavorables, puisqu’elles indiquaient qu’aucun pays hôte n’avait jamais quitté la compétition dès la fin des poules.

Après un nul sans but contre la France où Forlán a impressionné par ses capacités balle au pied, le blond attaquant a signé une magnifique ouverture du score face à l’Afrique du Sud. C’est lui ensuite qui a doublé le score sur penalty, avant que le score ne soit scellé à 3:0.

Passeur décisif face au Mexique, Forlán a contribué directement à la première place décrochée par les *Charrúas *dans leur poule. Et c’est encore lui qui a offert à Luis Suárez l’ouverture du score dans le succès 2:1 sur la République de Corée en huitième de finale. L’ancien attaquant d’Independiente a brillé face au Ghana, en quart, en signant un superbe coup franc lors du nul 1:1. Costaud dans sa tête, il a réussi son tir au but lors de l'épreuve de vérité, remportée sur le score de 4:2.

Prix de consolation
Les Uruguayens sont finalement tombés sur le score de 3:2 contre les Pays-Bas en demi-finale, mais le résultat ne reflétait pas la performance de Forlán. Alors que le tableau d’affichage indiquait 1:0 pour les Pays-Bas et que ses coéquipiers commençaient à baisser la tête, c’est lui qui leur a rendu l’envie de se battre en signant un superbe but longue distance du gauche. Par son activité incessante, il a constamment empoisonné la défense néerlandaise.

Même scénario lors de la finale pour la 3ème place, où l’Uruguay a perdu malgré un Forlán des grands soirs. D’une volée magnifique, il a d’ailleurs donné l’avantage 2:1 aux Charrúas, avant que les poulains de Joachim Löw ne retournent la situation et s’imposent 3:2.

Après avoir raté de peu les médailles, les Uruguayens peuvent se consoler avec le prix reçu par Forlán. Le panthéon de la Coupe du Monde de la FIFA a un nouveau pensionnaire bien inattendu.

Explorer le sujet