Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™

Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™

12 juin - 13 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

Gerland, éleveur de champions du monde

Bastian Schweinsteiger of Bayern Muenchen, jokes with assistent coach Hermann Gerland
© Getty Images

La Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™ a vu l'Allemagne s'imposer en finale contre l'Argentine, un triomphe qui porte la marque du Bayern Munich. Philipp Lahm, qui portait le brassard de la Nationalmannschaft, est aussi le capitaine du géant de la Bundesliga. Cinq des 11 titulaires le 13 juillet dernier au Maracanã sont issus du centre de formation munichois. Outre Lahm, le défenseur central Mats Hummels, le milieu de terrain Bastian Schweinsteiger et l'attaquant Thomas Müller, deuxième meilleur buteur de Brésil 2014, sont passés par les équipes de jeunes du Bayern. À cette liste, il convient d'ajouter Toni Kroos, qui a rejoint les rangs du Bayern en U-19.

Tous ces joueurs ont en commun d'avoir été entraînés, couvés et préparés au monde professionnel par un même homme, Hermann Gerland, une véritable institution. Entre 2001 et 2009, le technicien était en charge de l'équipe réserve du Bayern Munich. Il a ainsi ouvert les portes de l'équipe première à de nombreux jeunes talents. Mais pour lui, hors de question de s'attribuer une quelconque part du succès allemand au Brésil. "Je devrais mettre ça à mon crédit ? Non, certainement pas, ce serait bien trop présomptueux. Mais je suis bien sûr très heureux que les garçons aient gagné", avoue-t-il à FIFA.com.

Gerland est extrêmement apprécié au sein du club, que ce soit par les supporters, les joueurs ou les dirigeants. "Le Bayern a énormément de chance d'avoir Hermann. Dans ma vie, j'ai rarement rencontré quelqu'un d'aussi intègre et digne de confiance", assure Uli Hoeneß au sujet du Munichois d'adoption, qui a fait un premier passage à la tête de l'équipe réserve du FCB entre 1990 et 1995. Né à Bochum, c'est également là-bas qu'il a passé l'intégralité de sa carrière de joueur, avec une huitième place en Bundesliga en guise de meilleur résultat.

*Pas de baguette magique
*
Lors de sa première expérience en Bavière dans les années 90, il a permis à Uwe Gospodarek, Dietmar Hamann ou encore Samuel Kuffour de passer professionnels. Zvjezdan Misimovic, Owen Hargreaves, David Alaba et Holger Badstuber ne sont que quelques-uns des autres joueurs que l'on doit à l'ancien défenseur, jadis surnommé le Tigre. "Il ne faut pas croire que je prends des joueurs au hasard et qu'ils deviennent bons d'un coup de baguette magique", tempère-t-il, assurant que les carrières réussies sont le fruit d'un travail de longue haleine, de nombreuses discussions et d'un potentiel correctement exploité. Gerland estime en outre que cette réussite est également due au fait que les entraîneurs du groupe professionnel, au premier rang desquels Louis van Gaal, ont rarement hésite à donner leur chance aux espoirs du club.

Gerland, par ailleurs passionné par les chevaux, a toujours travaillé sans relâche. Tous les matins, il se rendait à l'internat et s'assurait que ses protégés ne connaissent pas de panne de réveil. Il n'a jamais rechigné non plus à se lancer dans des expérimentations. C'est notamment lui qui a décidé d'installer au poste de milieu de terrain un Hummels alors en difficulté, afin qu'il améliore sa vision et sa construction du jeu, avec le succès que l'on sait.

Au grand désarroi de son éducateur, Hummels est parti quelques années plus tard au Borussia Dortmund, un destin que Müller a failli connaître eux aussi. Tous les détails étaient réglés avec Hoffenheim, avant que Gerland ne débarque dans les bureaux de ses dirigeants. "Il a un jeu peu orthodoxe, mais il marque tout le temps", avançait-il alors pour défendre Müller, qui reconnaît que le *Tigre *a été très important dans son évolution bien qu'il soit "connu pour être un dur à cuire".

L'insolent Schweinsteiger, le surdoué Lahm
Schweinsteiger, aujourd'hui clé de voûte de l'équipe nationale, a lui aussi pu vérifier que cette réputation n'était pas usurpée. Le formateur a parfois dû lui remettre les idées en place, la faute à un comportement jugé un peu insolent. "Un jour, il est arrivé avec les cheveux teints en noir. Je lui ai dit qu'il allait m'enchaîner les tours de terrain jusqu'à ce qu'il redevienne blond", se souvient le formateur en souriant, avant d'évoquer Lahm, qu'il a connu à l'âge de 17 ans, et qui lui a donné beaucoup moins de fil à retordre. "Son premier match était contre Burghausen. Je n'avais encore jamais eu un joueur aussi fort que lui à 17 ans", estime-t-il. "Il ne faisait pas une seule erreur. En match comme à l'entraînement. À son âge, je n'ai jamais eu mieux".

Depuis 2009, Gerland est devenu adjoint chez les professionnels, un rôle qui ne l'empêche pas de continuer à faire le lien entre l'équipe première et le centre de formation. Lors de la dernière trêve internationale, alors que de nombreux joueurs étaient retenus par leurs sélections respectives, Pep Guardiola lui a demandé d'aller chercher des jeunes susceptibles d'intégrer ses séances d'entraînement. Peu importait "l'âge et la taille des joueurs. Le principal était qu'ils sachent jouer au football". Deux garçons de 14 ans se sont ainsi retrouvés à manier le cuir avec Lahm, Xabi Alonso et consorts, sans démériter le moins du monde.

Explorer le sujet

Articles recommandés

Célébration de l'Allemagne

Coupe du Monde de la FIFA™

Célébration de l'Allemagne

13 juil. 2014

Thomas Mueller shows the adidas silver Ball and the adidas silver boot

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

Müller couvert d'argent

06 oct. 2014