Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™

Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™

12 juin - 13 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

González, homme de confiance

England's forward Wayne Rooney (L) looks on as Uruguay's midfielder Alvaro Gonzalez controls the ball
© AFP

Álvaro González inspire la confiance. Son regard, son élocution, ses réponses posées, la façon dont il souligne ses propos d'un léger haussement de voix :  tout en lui dénote un homme de cœur, doté d'un courage de lion quand il revêt le maillot de l'Uruguay. Capable de gestes techniques parfaits, il irait jusqu'à saisir le ballon avec les dents s'il le fallait.

C'est sans doute la raison pour laquelle Oscar Tabárez l'a aligné dans le onze de départ lors de la rencontre face à l'Angleterre dans le cadre du Groupe D, où la Celeste jouait son destin brésilien. El Tata était entré quelques minutes contre le Costa Rica, mais le duel avec les Trois Lions était son premier match en tant que titulaire en Coupe du Monde de la FIFA™… à 29 ans !

"C'était énorme", avoue-t-il à la FIFA. "J'ai été très heureux de la confiance que l'entraîneur m'a accordée et de ne pas l'avoir déçu", ajoute le milieu, qui a fait ses débuts en sélection sous la férule de Tabárez en 2006 et a disputé les qualifications pour Afrique du Sud 2010, sans pour autant prendre part à la phase finale. "Et le plus énorme, c'est d'avoir vaincu une équipe du calibre de l'Angleterre", se réjouit-il à propos du succès 2:1. "Cela nous a remis en confiance au bon moment. Nous avons gagné un bras de fer, mais il nous en reste encore un face à l'Italie, un adversaire qui est, comme nous, habitué à ce type de chocs", admet le pensionnaire de la Lazio.

Une question de fierté
Pour ne rien arranger, seule une victoire permettra à l'Uruguay de se qualifier pour les huitièmes aux côtés du Costa Rica. "On sait qu'un nul suffit aux Italiens, mais ils viennent de perdre et ils voudront sûrement se rattraper. C'est une excellente équipe, tant au niveau individuel que collectif. S'ils font circuler le ballon comme ils savent le faire, ce sera dur", analyse-t-il.

González n'imagine pas d'autre scénario que la victoire pour des motifs qui n'ont rien de mathématique. "C’est une question de fierté. Nous attendons beaucoup de nous-mêmes, en raison de nos succès en Afrique du Sud, en Copa América et en Coupe des Confédérations. Nous devons être à la hauteur chaque fois que nous entrons sur un terrain", estime El Tata, qui compte 45 sélections avec la Celeste.

Quelles sont ses attentes ? "Rester au Brésil le plus longtemps possible. Il y a quatre ans, nous avons disputé le match pour la troisième place. Aujourd'hui, nous visons la finale. C'est notre rêve et nous ne voulons pas qu'il s'arrête déjà. Croire à un rêve permet d'accomplir de grandes choses. Nous sommes confiants", conclut González.

Explorer le sujet

Articles recommandés

Le saviez-vous : le foot en Uruguay

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

Le saviez-vous : le foot en Uruguay

12 mai 2014

Matteo Darmian of Italy dribbles pas Cristian Gamboa of Costa Rica

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

Darmian, rêveur débutant

23 juin 2014

Silvestre Varela of Portugal celebrates

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

Varela accepte la mission impossible

23 juin 2014