Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™

Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™

11 juin - 11 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2010™

Le Groupe H au bout du suspense

Francesc Fabregas of Spain kicks the corner flag
© Getty Images

On connaîtra le tableau final de cette Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010 à l’issue des derniers matches des Groupes G et H aujourd’hui. Trois nouveaux qualifiés seront connus. Le Brésil, fidèles à ses habitudes depuis 32 ans, étant déjà assuré de son billet.

Les jeux sont pratiquement faits dans le Groupe G. Le Portugal, qui compte trois points d'avance et une confortable différence de buts, disputera un match de prestige contre ses cousins brésiliens. La Côte d'Ivoire peut encore entretenir un faible espoir qui passe par un score fleuve face à la RDP Corée.

En revanche dans le Groupe H, c'est la bouteille à l'encre. Les quatre équipes peuvent encore prétendre aux deux sésames. Le Chili, avec ses six points, se retrouve en position de force et peut se contenter d'un nul contre l'Espagne pour remporter la poule. Pour en faire de même, les champions d'Europe, sous la menace de la Suisse qui joue le Honduras, doivent impérativement battre le Chili, de préférence en soignant leur différence de but. En cas de victoire espagnole et suisse, on retrouverait trois équipes à égalité et tout pourrait se jouer à la différence de buts, voire au nombre de buts inscrits. Suspense garanti.

Les matches du jour
RDP Corée - Côte d'Ivoire, Groupe G, Nelspruit, 16h00
Portugal - Brésil, Groupe G, Durban, 16h00
Chili - Espagne, Groupe H, Tshwane/Pretoria, 20h30
Suisse - Honduras, Groupe H, Mangaung/Bloemfontein, 20h30

L’affiche
Chili – Espagne

La Furia Roja inquiète. Le football développé par les Ibères depuis leur arrivée en Afrique du Sud n'est qu'une pâle copie de leurs prestations habituelles sur le Vieux Continent. Surpris par la Suisse (0:1), les hommes de Vicente del Bosque ont bien ensuite dominé le Honduras (2:0). Mais ils ont gâché un nombre incalculable d'occasions tout en s'offrant aux contres honduriens. Oublié ce football fluide à une touche de balle qui faisait tant de merveilles depuis deux saisons. Pression de l'enjeu, fatigue après une longue saison : sans doute un peu des deux pour une formation qui, à l'image de la plupart des Européens, n'évolue pas à son meilleur niveau. Le Chili pour sa part a remporté ses deux premiers matches sur un même score (1:0) qui ne reflète pas leur mainmise sur ces rencontres. C'est pratiquement le seul problème que doit régler Marcelo Bielsa. L’Argentin compte beaucoup sur la montée en puissance d'Humberto Suazo, meilleur buteur des qualifications de la zone Amérique du Sud avec 10 réalisations. Aussi, l'Espagne aurait intérêt à faire la différence assez tôt, avant que le doute ne la fasse déjouer.

Le duel
Tiago (POR) - Júlio Baptista (BRA)

Quelle lourde tache que celle de remplacer l’une des stars de son équipe ! C’est ce qui attend aujourd’hui ces deux joueurs, appelés à suppléer Deco d’un côté et Kaká de l’autre. Si le Portugais l’a déjà fait à merveille face à la RDP Corée (deux buts et un impact indéniable sur le jeu lusitanien), le Brésilien disputera lui ses premières minutes dans la compétition. Même si cette rencontre ne devrait avoir qu’une valeur symbolique, on peut tout de même s’attendre à des chocs intenses entre l'ancien lyonnais et La Bestia.

Entendu…
"La Côte d'Ivoire est l'équipe la plus souriante que j'ai entraîné dans ma carrière. Et pourtant, j'ai entraîné de nombreuses équipes" - Sven-Göran Eriksson, entraîneur de Côte d'Ivoire


Le bouchon a sauté. Cristiano Ronaldo avait vu juste. Le bouchon de la bouteille de ketchup a finalement sauté et "les buts sont arrivés tous en même temps" comme l'avait prédit. Le joueur du Real Madrid a même été de la fête contre la RDP Corée (7:0), inscrivant son premier but depuis 18 mois sous le maillot du Portugal. Elu Homme du Match, il a cependant estimé que son coéquipier Tiago, notamment auteur d'un doublé, méritait plus que lui cette récompense et il a lui remis le trophée dans le vestiaire. Un bien joli geste de plus dans cette rencontre.

Gladiator. Le gardien suisse Diego Benaglio, 26 ans, a des allures de gladiateur (1m94 pour 90kg). Ce n’est pas pour rien que le chef d’œuvre de Ridley Scott est son film préféré. Mais il possède surtout des mains énormes d'une envergure de 25 centimètres, ce qui l'oblige a porter des gants de taille 11, les plus grands sur le marché. Il en utilise 50 paires par saison. Et comme un buteur fait assurer ses jambes, lui a fait assurer ses mains pour 16 millions d'euros.

L'Espagne voit rouge. Le surnom de la sélection espagnole est la Furia Roja (la furie rouge), référence notamment à la couleur de son maillot. Selon des études menées par des psychologues spécialisés dans le domaine du sport, le rouge serait la couleur qui transmettrait force, agressivité, confiance et équilibre. Les quintuples champions du monde brésiliens quant à eux sont très fiers de leur maillot jaune qui porte en lui l'idée de clarté et de sérénité.


Explorer le sujet