Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™

Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™

11 juin - 11 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2010™

Groupe F : Paraguay au paradis, champion au tapis

The Paraguay players celebrate
© Getty Images

Le Groupe F avait été qualifié de largement abordable pour l’Italie, candidate à sa propre succession. Il faut dire qu’avec le Paraguay, la Slovaquie et la Nouvelle-Zélande, les Azzurri auraient pu plus mal tomber. Tombés, ils le sont de très haut en quittant la compétition sans aucune victoire au compteur, devancés par des Paraguayens solides, des Slovaques vaillants et des Néo-Zélandais surprenants.

Classement final1. Paraguay, 5 points
2. Slovaquie, 4 points
3. Nouvelle-Zélande, 3 points
4. Italie, 2 point

La RétroParaguay : *C’est une tradition dans l’histoire de l’Albirroja* : pas de star, un effectif solide, capable de bien défendre, relancer proprement et marquer en contre. C’est exactement ce qu’ont fait les Guaranis contre l’Italie, appliquant à la lettre la tactique historique de leurs adversaires. Mais les hommes de Gerardo Martino ont ajouté à leur solidité défensive une animation offensive capable de donner le tournis à n’importe quelle équipe, avec Nelson Valdez, Lucas Barrios, Roque Santa Cruz ou Oscar Cardozo. Pourtant, les trois buts paraguayens ont été inscrits par un défenseur (Antolin Alcaraz) et deux milieux (Enrique Vera et Cristian Riveros). Le meilleur est-il donc encore à venir ?

Slovaquie : *Facile contre la Nouvelle-Zélande, mais peut-être trop, au point de se faire rejoindre dans les arrêts de jeu (1:1), puis dépassée par le Paraguay (0:2), la *Repre a tout joué sur son dernier match contre la Squadra Azzurra. Et ce fut un coup de maître, avec un succès 3:2 grâce à un Robert Vittek de gala, auteur d’un doublé, un Martin Skrtel impérial derrière, et un Marek Hamsik décisif à la baguette.

Nouvelle-Zélande : *Les *Kiwis n’auront pas montré grand-chose en termes de jeu. Mais peut-on vraiment le leur reprocher ? Petits poucets du groupe, voire du tournoi, ils quittent l’Afrique du Sud invaincus, après avoir égalisé contre la Slovaquie (1:1), mené contre l’Italie (1:1) et résisté au Paraguay (0:0). Pour leur retour sur la scène mondiale 28 ans après leur seule participation, les Océaniens ont beaucoup appris, mais aussi séduit.

Italie : *Plusieurs signes laissaient entrevoir que l’Italie aurait du mal à conserver son titre, voire subirait une grosse désillusion. Mais dans l’imagination collective, l’expérience de Marcello Lippi sur le banc et le talent de Fabio Cannavaro, Andrea Pirlo, Gianluigi Buffon et autres Gennaro Gattuso étaient suffisant pour éviter le naufrage. Hélas le miracle n’a pas eu lieu, et la *Nazionale abandonne son titre dès le premier tour, tenue en échec par le Paraguay et la Nouvelle-Zélande avant de sombrer face à la Slovaquie (2:3). La fin d’une ère.

Les moments clésEn pensant aux absents
*S’il s’est brillamment qualifié
*pour Afrique du Sud 2010, le Paraguay le doit grandement à son attaquant Salvador Cabañas. Gravement blessé par balle, il n’est pas du voyage, mais ses coéquipiers n’ont pas oublié de lui dédier chaque victoire et chaque but marqué. Nul doute que l’intéressé doit être partagé entre la joie de voir ses coéquipiers briller et la frustration de ne pas les aider.

*Une entrée fracassante
*Pour sa première participation en tant que nation indépendante, la Slovaquie a d’abord empoché son premier point, avant de concéder sa première défaite, puis de décrocher sa première victoire. Beaucoup de premières, donc, pour arriver à la plus belle : une première qualification pour les huitièmes de finale au terme d’un match haletant contre les tenants du titre.

Leçon de gestion
*Après trois défaites en trois matches pour sa première apparition en 1982, la Nouvelle-Zélande espérait faire mieux en 2010. Et elle l’a fait en décrochant trois matches nuls. Si les *Kiwis
ont capitalisé trois points, peut-être le doivent-ils à leur milieu de terrain Andy Barron, banquier de son état. Habitué à gérer des fonds et à placer l′argent de ses clients, il a transformé pendant quelques jours son quotidien en gérant les scores et en plaçant de bons ballons pour ses coéquipiers…

Changements non-payants
*Marcello Lippi a changé de système - passant du 4-4-2 au 4-3-3 -, de gardien - lançant Federico Marchetti à la place de Buffon blessé - et même de style vestimentaire, passant du costume-cravate au survêtement. Malheureusement pour les *tifosi
, les résultats aussi ont changé : la Nazionale n’avait encaissé que deux buts en sept matches en 2006, contre cinq en trois matches en 2010…

La stat0.L’Italie n’a toujours pas gagné un seul match en 2010 et quitte la compétition avec la cuillère de bois du groupe.

Le mot de la fin"J’assume l’entière responsabilité de cet échec. Quand une équipe se présente dans un rendez-vous aussi important avec la peur au ventre et les jambes coupées, c’est que son entraîneur ne l’a pas assez bien préparée " - Marcello Lippi, sélectionneur de l'Italie

Explorer le sujet

Articles recommandés

Paraguay - New Zealand

Coupe du Monde de la FIFA™

Paraguay - New Zealand

24 juin 2010

Slovakia - Italy

Coupe du Monde de la FIFA™

Slovakia - Italy

24 juin 2010