Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™

12 juin - 13 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

Ils ont marqué les esprits

© Getty Images

Pour la plupart des sportifs, les Jeux Olympiques constituent l'apothéose d'une carrière. Les footballeurs font cependant exception à la règle : dans leur liste des priorités, le premier rang est occupé par la Coupe du Monde de la FIFA™, le Tournoi Olympique de Football Masculin faisant office de tremplin vers l'épreuve suprême de la discipline à l'échelle planétaire.

FIFA.comdresse le bilan des footballeurs qui ont fait la plus forte impression lors des Jeux Olympiques qui viennent de se terminer.

Contre-pied de Damiao
Côté mexicain, la médaille d'or n'est pas la seule bonne nouvelle. Les Aztèques ont vu éclore au Royaume-Uni Oribe Peralta. À 28 ans, l'attaquant de Santos Laguna a été décisif lors de la finale contre le Brésil, inscrivant un doublé. Peralta est déjà très courtisé en Europe. "L'Angleterre, l'Italie ou l'Espagne. J'ai le choix", a-t-il confié récemment. "C'est le genre d'expérience qui peut changer une vie." Peralta a fait la une des journaux, mais son coéquipier de 21 ans Jorge Enriquez n'a pas été en reste. Milieu de terrain puissant et infatigable, il avait déjà joué un grand rôle lors de la troisième place mexicaine dans la Coupe du Monde U-20 de la FIFA, Colombie 2011. Il a une nouvelle fois été l'un des fers de lance de la sélection aztèque en Grande-Bretagne.

Évidemment déçu de sa défaite en finale de Londres 2012, le Brésil pourra se consoler en se disant qu'il s'est trouvé un vrai numéro 10 en la personne d'Oscar. La nouvelle recrue de Chelsea semble en effet promise au rôle de meneur de jeu de la Seleção en vue de 2014. Neymar et Marcelo ont eux aussi fait honneur à leur réputation. Mais la vraie révélation pour Mano Menezes a été Leandro Damiao, qui n'avait pas trouvé le chemin des filets lors de ses huit précédentes apparitions sous le maillot brésilien avant le coup d'envoi de Londres 2012.

A la veille du Tournoi Olympique de Football Masculin, l'attaquant de l'Internacional était même annoncé comme le maillon faible du Brésil. Il a fait taire toutes les critiques en quittant la compétition avec l'étiquette de meilleur buteur. "Maintenant, il ne tient qu'à moi de maintenir ce niveau pour continuer de jouer en équipe nationale. J'espère que j'y parviendrai. Nous n'avons pas gagné la médaille d'or, mais Mano nous a assuré de sa confiance."

Tout pour rester dans la lumière
Si Leandro Damiao est amené à porter le numéro 9 auriverde à Brésil 2014, il risque d'avoir en face de lui son dauphin au classement des meilleurs buteurs de Londres 2012. Le Sénégalais Moussa Konate, 19 ans, a ainsi marqué un but toutes les 76 minutes avant de quitter la compétition au stade des quarts de finale. Les offres vont bon train pour s'attacher ses services en vue de la saison 2012/13. Chez les Lions de la Teranga, l'arrière latéral Pape Souare a lui aussi été très impressionnant sur coups de pied arrêtés et à chacune de ses montées dans le couloir.

Lors des qualifications pour la prochaine Coupe du Monde de la FIFA™, on est à peu près sûr de rencontrer deux joueurs très efficaces pour la République de Corée. Ki Sungyueng et KooJacheol ont ainsi largement contribué à la troisième place historique décrochée par les Guerriers Taeguk à Londres. Même constat pour le meneur de jeu japonais Yuki Otsu, qui a battu à lui seul l'Espagne et a été le chef d'orchestre du secteur offensif nippon. Toujours chez les Samouraïs bleus, Maya Yoshida a été impérial en défense. C'est à son autorité que le Japon doit en partie le fait de ne pas avoir encaissé le moindre but lors de ses quatre premières sorties à Londres 2012.

Les attaquantsRoger Espinoza et Jerry Bengtson sont les principaux responsables de l'excellent parcours du Honduras tandis que le pour le Maroc, le jeune Zakaria Labyad a éclaté au plius haut niveau. Il a notamment été l'auteur de l'un des buts les plus spectaculaires du tournoi.

Âgé de 18 ans, le meneur de jeu néo-zélandais Tim Payne a, de son côté, montré une maturité et une intelligence de jeu rares pour cet âge. "Il a fait preuve d'une confiance en lui étonnante étant donné son poste et ses responsabilités. Surtout dans un tournoi aussi prestigieux, " analyse le sélectionneur kiwi Neil Emblem. "Il ira loin, c'est une certitude".

Loin, c'est-à-dire jusqu'à Brésil 2014 ? C'est tout le mal qu'on souhaite à Payne et aux autres joueurs qui ont éclaboussé de leur talent le Tournoi Olympique de Football 2012. Ce faisant, ils ont sérieusement augmenté leurs chances en vue de la prochaine Coupe du Monde de la FIFA™.

Votre opinion !Quel joueur vous a le plus impressionné à Londres 2012 ?

Explorer le sujet

Articles recommandés

Coupe du Monde de la FIFA™

Les stars de Londres 2012

21 août 2012