Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 1950™

Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 1950™

24 juin - 16 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 1950™

L'Uruguay couronné dans un Maracanã dévasté

The president of the Federation Internationale de Football Association (FIFA), Frenchman Jules Rimet (C) presents the Jules Rimet trophy to Uruguay's captain Obdulio Varela (5).
© Getty Images

Les sourires sont équivoques. Leur absence, plus précisément. Il s'agit là d'une remise du Trophée de la Coupe du Monde de la FIFA™ sans pareil. Mais bien qu'étrange et chaotique, elle est quelque part le prolongement idéal de la finale 1950, qui vient de s'achever et qui restera pour toujours dans les annales sous le nom de Maracanazo.

Jules Rimet, qui est à ce jour le Président de la FIFA resté le plus longtemps en exercice, est chargé de remettre ce Trophée -renommé en son honneur quatre ans plus tôt - au capitaine de l'Uruguay Obdulio Varela. Le sacre du Brésil semblait pourtant ne faire aucun doute, dans les jours précédant le match comme lors de la majeure partie de celui-ci. Comme il l'avouera plus tard, Rimet n'a d'ailleurs préparé qu'un seul discours de félicitations, en l'honneur bien évidemment de la Seleção.

Dans son livre L'histoire merveilleuse de la Coupe du Monde, le Français révèle même qu'il n'a pas vu la Celeste marquer un deuxième but et ainsi plonger tout un peuple dans la détresse. "À quelques minutes de la fin du match, alors que les deux équipes étaient encore à égalité 1:1 (le Brésil n'avait besoin que d'un match nul pour être titré), j’ai abandonné ma place en tribune présidentielle pour préparer les micros. J’ai préféré descendre aux vestiaires tellement il y avait de bruit. En sortant du tunnel, à la place du vacarme de la foule, j’ai entendu un silence de morgue. Il n’y avait pas de garde d’honneur, pas d’hymne national, pas de cérémonie de remise des prix. Je me suis retrouvé tout seul, au milieu de la foule, bousculé de tous les côtés, avec la coupe sous le bras. J’ai quand même réussi à trouver le capitaine uruguayen et je lui ai remis le trophée en cachette."

Même parmi les vainqueurs, l'ambiance n'est pas particulièrement à la fête. "Je pleurais plus que les Brésiliens eux-mêmes", racontera un jour Juan Schiaffino, auteur de l'égalisation de l'Uruguay. "J'étais très triste de les voir souffrir comme ça. Nous étions tous très émus."

Pour toutes les personnes impliquées, le Maracanazo est resté un moment inoubliable, quelle qu'en soit la raison. Il demeure en tout cas l'un des chapitres les plus marquants et les plus célèbres de l'histoire de la Coupe du Monde.

Le saviez-vous ?
La Coupe Jules Rimet a été volée au Brésil en 1983 et n'a jamais été retrouvée. Son socle original, en revanche, a miraculeusement été découvert il y a trois ans. Il reposait tout simplement sur une étagère dans les archives de la FIFA où, pendant 60 ans, personne ne l'a remarqué. Il est aujourd'hui fièrement exposé au Musée du football mondial de la FIFA à Zurich.

Explorer le sujet

Articles recommandés

Brazilian forward Ademir (C) watches the ball go into the net as he scores his team's opening goal past Swedish goalkeeper Kalle Svensson during their World Cup final round match on July 09, 1950 at Maracana stadium in Rio de Janeiro. 

Archives de la Coupe du Monde de la FIFA

Ademir la merveille !

14 févr. 2018

Uruguay's Ghiggia scores the winning goal past the dive of Brazilian goakeeper Barbosa

Coupe du Monde de la FIFA 1950™

Un silence assourdissant

21 janv. 2010