Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™

Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™

12 juin - 13 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

Le Japon droit dans le mur grec

Shinji Kagawa (L) and Yuto Nagatomo of Japan look on
© Getty Images

68 % de possession, 570 passes réussies, 62 attaques dangereuses pour seulement 16 tentatives : telles sont les statistiques du Japon après le match nul 0:0 avec la Grèce lors de la deuxième journée du Groupe C de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™.

Sur le sol brésilien, la victoire continue de se refuser aux Samouraïs bleus. Déjà lors de la Coupe des Confédérations de la FIFA l'an dernier, les Japonais avaient quitté la compétition dès la fin du premier tour, sans remporter le moindre succès. À l'Estadio das Dunas, ils auront tout tenté, en vain. "La Grèce a été très forte en défense. Quand ils se sont retrouvés à dix, ils ont resserré les rangs et nous avons eu beaucoup plus de difficultés à développer notre jeu", reconnaît Maya Yoshida au micro de FIFA.com.

L'exclusion de Konstantinos Katsouranis à la 38ème minute n'a pas forcément été une bonne nouvelle pour les hommes d'Alberto Zaccheroni, qui ont continué de bien faire circuler le ballon, mais sans jamais trouver la faille dans la muraille grecque. Ils se sont même exposés aux contres incisifs des Hellènes qui, malgré leurs 38 % de possession, ont quand même réussi à frapper neuf fois au but, soit plus de la moitié des tentatives nipponnes.

Seul le résultat compte
Le défenseur de Southampton a abandonné plusieurs fois l'arrière-garde pour aller prêter main-forte à ses attaquants et apporter son grain de sable sur les centres aériens, du haut de ses 189 centimètres. En vain. "Nous allons devoir changer notre style pour le prochain match", annonce-t-il. "Nous devons continuer ainsi, mais avec beaucoup plus de confiance dans notre jeu et en faisant encore plus d'efforts en attaque."

Analyse identique de la part de son capitaine Makoto Hasebe : "Le fait de se retrouver en supériorité numérique ne nous a pas aidés, au contraire. Ils ont fermé le jeu. N'avons pas été capables d'imposer notre jeu et ils ont bien neutralisé chacune de nos actions", affirme-t-il au sujet du match nul dans la nuit humide de Natal.

"C'est décevant de ne pas avoir réussi à trouver au moins une fois la faille. Il n'y a que le résultat qui compte. Peu importe tous nos efforts en attaque. S'il n'y a pas les trois points au bout, ça ne sert à rien", regrette Keisuke Honda. "Nous sommes tombés dans leur piège. Pourtant, nous avons essayé jusqu'au bout, sans jamais baisser les bras."

C'est cette mentalité que les Japonais devront avoir pour leur dernière sortie dans cette phase de groupes, contre la Colombie, déjà qualifiée pour les huitièmes de finale.

Explorer le sujet

Articles recommandés

Japon - Grèce en images

Coupe du Monde de la FIFA™

Japon - Grèce en images

19 juin 2014