Coupe du Monde de la FIFA, Allemagne 2006™

9 juin - 9 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2006™

Le mur, le magicien et le Mister

Le Musée du Football mondial de la FIFA de Zurich a déjà rendu hommage à de nombreux personnages de l'histoire de la Coupe du Monde de la FIFA™. Dans la galerie consacrée à l'épreuve mondiale, chaque édition a droit à sa propre présentation, à travers une série d'objets rares qui illustrent l'histoire du tournoi le plus populaire de la planète. Trois noms s'imposent à l'esprit des visiteurs qui s'attardent sur Allemagne 2006 : Gianluigi Buffon, Andrea Pirlo et Marcello Lippi.

Le mur
Buffon a disputé quatre Coupes du Monde : 2002, 2006, 2010 et 2014. Il a également été appelé en 1998, sans entrer en jeu. Toutefois, les performances réalisées sur le sol allemand tiennent une place à part dans sa carrière. Le célèbre maillot écarlate porté par le gardien italien tout au long de la compétition figure aujourd'hui en bonne place dans le musée, comme un témoignage.  

Au sommet de son art, Buffon ne va chercher le ballon qu'une fois au fond de ses filets suite à une action de jeu durant l'édition 2006 : un but contre son camp de Cristian Zaccardo contre les États-Unis, dans le Groupe E. On se souvient surtout de sa parade d'une seule main sur une tête de Zinedine Zidane en finale, alors que les deux équipes sont encore à égalité. Un peu plus tôt, *Zizou *a remporté son duel face au rempart italien sur penalty. En dehors des séances de tirs au but, la vigilance de Buffon ne sera prise en défaut qu'en ces deux occasions sur l'ensemble de la compétition.

Ses performances énormes lui valent d'être désigné meilleur gardien du tournoi. Compte tenu de ses statistiques éblouissantes, l'issue de l'élection n'a jamais vraiment fait le moindre doute.

*Le magicien *
La qualité de passe et la vision du jeu de Pirlo sont symbolisées par la paire de chaussures portée par le meneur de jeu pendant la Coupe du Monde 2006. Auteur de prestations marquantes, il terminera troisième meilleur joueur du tournoi, derrière Fabio Cannavaro et Zidane.

À 27 ans, Pirlo ne se contente pas de régler le jeu de son équipe ; il devient la principale arme offensive de la Squadra Azzurra. Il signe le premier but de son équipe sur une frappe longue distance contre le Ghana, avant d'offrir quatre passes décisives à ses partenaires au fil des matches. Il empoche au passage trois titres d'Homme du Match, dont celui décerné en finale. Sa passe à l'aveugle pour Fabio Grosso, à la 119ème minute de la demi-finale contre l'Allemagne, restera comme l'un de ses chefs-d'oeuvre. Suite à un corner mal dégagé et obtenu consécutivement à l'un de ses tirs, Pirlo enchaîne cinq touches de balle au milieu de quatre défenseurs adverses. Il temporise et patiente, à la recherche de la solution idéale.

Lorsque celle-ci se présente, sa passe traverse la défense allemande et termine dans la course de Grosso, seul au milieu de la surface de réparation. Le latéral place une frappe en pleine lucarne et célèbre son but avec un enthousiasme qui n'est pas sans rappeler celui de Marco Tardelli en 1982. Ce but somptueux porte la marque du pied droit d'Andrea Pirlo. Les passionnés de football en visite à Zurich peuvent désormais admirer la chaussure à l'origine de ce moment d'histoire.

Le Mister
Durant une Coupe du Monde, les yeux de la planète entière sont rivés sur le tournoi. Mais les sélectionneurs ont un point de vue à part sur l'action. Les lunettes de Marcello Lippi sont là pour le rappeler au public du musée. Mais une anecdote particulière se cache aussi derrière ces verres. 

Dix ans plus tôt, le technicien italien avait mené la Juventus en finale de la Ligue des champions de l'UEFA 1996. Ses *Bianconeri *avaient pris l'avantage en début de match contre l'Ajax, avant de se faire rejoindre pour l'emporter finalement aux tirs au but (4:2). Au milieu du chaos ambiant, Lippi avait perdu ses lunettes. Il les avait retrouvées un peu plus tard au milieu du terrain, totalement broyées.

En 2006, il se promet de ne pas répéter la même erreur. Lippi vient d'offrir à son pays son premier titre mondial depuis 24 ans, mais il accueille la nouvelle avec un flegme inattendu. Dès que Grosso a transformé le penalty décisif, ses joueurs se précipitent pour le congratuler. Il profite de ces quelques secondes de répit pour enlever tranquillement ses lunettes et les poser sur le banc des remplaçants.   

Cette anecdote en dit long sur la personnalité de cet entraîneur hors du commun : Lippi a toujours su tirer les leçons de ses erreurs et trouver des stratégies pour éviter de les répéter. Cet esprit d'analyse lui a permis de mener son équipe au titre mondial… et de sauver ses lunettes par la même occasion. Conservées au Musée du Football mondial de la FIFA, elles sont désormais à l'abri de tout danger.

Explorer le sujet

Articles recommandés

Coupe du Monde de la FIFA 2006™

Revivez une Coupe du Monde de légende

30 juin 2016

Coupe du Monde de la FIFA™

Pour ne rien oublier d'un tournoi inoubliable

29 juin 2016

Coupe du Monde de la FIFA 2006™

Interview de Marcello Lippi

26 mai 2016

Coupe du Monde de la FIFA 2006™

Classique : Italie - France (2006)

09 juil. 2014

Coupe du Monde de la FIFA 2006™

Un conte de fées sans happy end

04 mars 2010

Coupe du Monde de la FIFA™

Les trésors d'Allemagne 2006 au musée

04 juil. 2016