Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™

Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™

11 juin - 11 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2010™

Les Bahamas à l'école brésilienne

Les natifs de Nassau connaissent bien les accents du rake n' scrape, mais l'intenable équipe nationale des Bahamas, dont le surnom découle de la populaire musique locale, se déhanche désormais sur un nouveau rythme, celui de la samba, sous la houlette de son entraîneur brésilien Neider dos Santos.

Le globetrotteur sud-américain, qui s'est promené à Botafogo (Brésil), au Simba Sports Club (Tanzanie), en Corée et en Guyane au gré de ses contrats, préside aujourd'hui aux destinées d'un football bahamien en plein essor.

"Ma priorité était de m'appuyer sur la jeunesse du pays pour construire mon projet, indique dos Santos, en poste depuis un peu plus d'un an et par ailleurs chargé des catégories de jeunes. En vue de notre premier rendez-vous des éliminatoires, face aux Iles Vierges Britanniques, l'ossature de la formation repose sur des joueurs que j'ai eus sous mes ordres avec les sélections de jeunes et l'équipe olympique (U-23)".

S'appuyant sur les réjouissants progrès obtenus par son prédécesseur Gary White, en poste de 1999 à 2006, dos Santos pourrait bien réussir son pari en misant sur la carte jeunes. Les U-23 ont atteint le deuxième tour des qualifications caribéennes pour Pékin 2008 grâce à une étonnante victoire contre la puissante Jamaïque. Ce résultat a valu aux Bahamiens les éloges de toute la région - y compris de la presse jamaïcaine - pour leur sérieux et leur grosses qualités balle au pied.

Un comportement de plus en plus professionnel et un soin accru porté à la technique individuelle : voilà deux motifs de fierté pour le technicien brésilien, qui a débuté dans le métier en 1990. Car son équipe est avant tout composée de semi-professionnels et d'étudiants basés aux Etats-Unis. Loin d'être évident pour travailler...

"Notre objectif, c'est de pratiquer un football qui plaît, comme mon Brésil adoré", explique cet amoureux de beau jeu à FIFA.com. "Je ne peux pas renier mes origines et au Brésil, on joue toujours au football avec le sourire. Les gens adorent assister à ce spectacle ou y participer".

"J'ai instauré une nouvelle philosophie dans cette équipe bahamienne. Maintenant, nous gardons le ballon à terre et nous procédons par passes courtes. L'accent est mis sur le style et l'élégance. Les joueurs adorent ça".

Cette nouvelle façon d'aborder le jeu constitue en fait la dernière étape d'une longue progression sur cet archipel comptant plus de 700 îles pour 300 000 habitants. En 2006, les Bahamas ont grimpé 55 échelons au Classement Mondial FIFA/Coca-Cola grâce à des victoires en éliminatoires de la Gold Cup face aux Iles Caïmans et à St. Kitts et Nevis.

Cette même année, les Rake n' Scrape Boys ont atteint le deuxième tour de la Coupe des Caraïbes pour la première fois de leur histoire. Cette progression est tout sauf anodine de la part d'un pays qui ne participait même pas aux éliminatoires de la Coupe du Monde de la FIFA en 1998.

La filière estudiantineSachant que son effectif ne compte quasiment aucun pro, dos Santos s'appuie sur un important contingent de jeunes qui évoluent dans un système universitaire américain rarement estimé à sa juste valeur. Au coup d'envoi du premier rendez-vous qualificatif, à domicile face aux Iles Vierges Britanniques, une bonne partie de son équipe sera donc composée d'étudiants basés aux Etats-Unis. Cette rencontre aura lieu le 26 mars et sera suivie du match retour, quatre jours plus tard.

"Nous sommes une équipe amateur avec de nombreux joueurs qui évoluent dans le championnat universitaire américain, résume le sélectionneur. Ce n'est pas le niveau professionnel, mais c'est souvent bien supérieur à ce que l'on peut voir dans des championnats amateurs caribéens".

Dos Santos a cité quelques joueurs qui pourraient se mettre en valeur lors de cette première double confrontation. Ayant prouvé sa fiabilité (et la qualité de sa matière grise) à l'Université de Yale, Dwayne Whylly est le numéro un incontesté dans les cages. Gabarit de poche, Lesley St. Fleur sera chargé de trouver le chemin des filets, tandis que Happy Hall aura à cœur d'animer les offensives avec sa créativité et son sens du but.

Malgré tous ces progrès, ce vieux briscard de dos Santos tient à remettre le clocher au centre du village.

"Pour l'instant, nous ne devons penser qu'aux Iles Vierges Britanniques. Tout ce que nous faisons aujourd'hui, c'est dans l'optique de notre match aller contre eux, indique cet ancien joueur professionnel. Nous devons être prêts à combattre et nous donner tous les moyens de réussir afin d'accéder au tour suivant. En qualifications de la Coupe du Monde, on n'a pas droit à l'erreur, sinon c'est l'élimination".

Si les Bahamiens parviennent à atteindre leur objectif, ils devront se frotter à une grosse cylindrée des Caraïbes, la Jamaïque. ReggaeBoyz contre Rake n' Scrape Boys, il y aura sûrement du son dans les tribunes...

"Nous n'allons pas conquérir le monde du jour au lendemain, rigole dos Santos. Il faut garder la tête sur les épaules. Avant de nous préoccuper de la Jamaïque, il va d'abord falloir s'occuper des Iles Vierges Britanniques".

Explorer le sujet

Articles recommandés

Coupe du Monde de la FIFA 2010™

Antigua mise sur ses expatriés

09 janv. 2008

Coupe du Monde de la FIFA 2010™

Un derby atypique

14 déc. 2007

The Bahamas learn to Samba

Coupe du Monde de la FIFA™

The Bahamas learn to Samba

09 janv. 2008

Coupe du Monde de la FIFA 2010™

Le petit secret du Suriname

15 févr. 2008

Bermuda took care of the Caymans over two legs

Coupe du Monde de la FIFA 2010™

Bermudes et Bahamas avancent

31 mars 2008