Coupe du Monde de la FIFA, Allemagne 2006™

Coupe du Monde de la FIFA, Allemagne 2006™

9 juin - 9 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2006™

Les buts décisifs et leur minutage

Les buteurs ont le sens du spectacle. En effet, depuis le début de la Coupe du Monde de la FIFA, 34,43 % des buts ont été marqués soit dans les dix premières minutes (9,83 %) soit dans les dix dernières (24,60 %), histoire de tenir les spectateurs en haleine jusqu'au coup de sifflet final.

Cette statistique illustre bien le côté indécis de rencontres qui débutent souvent sur les chapeaux de roue et peuvent basculer jusqu'au dernier moment. Depuis le début du tournoi, seuls trois matches se sont terminés sur un score vierge (Trinité et Tobago - Suède, Mexique - Angola et France - Suisse) et les 61 buts inscrits en 25 matches depuis le début d'Allemagne 2006 s'inscrivent dans une bonne moyenne dans l'histoire du tournoi.

Les matches qui basculent dans les dernières minutes sont un peu une tradition dans les grandes compétitions. Cette Coupe du Monde de la FIFA n'a pas dérogé à cette règle avec seize buts inscrits dans les dix dernières minutes. Cela s'explique souvent par le fait que les équipes menant au score à l'amorce du dernier quart d'heure ont souvent tendance à défendre le résultat en se recroquevillant en défense. Cela a été le cas du Japon qui s'est fait rejoindre à la 84e par l'Australie avant d'encaisser deux autres buts (89' et 92') sans avoir eu le temps de se réorganiser. Même chose pour le néophyte de Trinidad et Tobago qui a fait douter l'Angleterre pendant 83 minutes avant d'encaisser deux buts en huit minutes (83' et 91').

Asamoah Gyan le plus rapide

Mais ce qui caractérise cette Coupe du Monde de la FIFA, c'est cette volonté affichée de se battre jusqu'à la dernière seconde pour essayer de faire basculer un match, en prenant le risque de se faire contrer. Vainqueurs de leur premier match, les Allemands, portés par leur public, ont pressé jusqu'au bout pour remporter un second succès. Le but d'Oliver Neuville à la 91e condamnait ainsi la Pologne mais permettait à Jürgen Klinsmann de démontrer à tout un pays que cette Mannschaft était digne de ses devancières. Même chose pour le but de Freddie Ljungberg à la 89e contre le Paraguay qui faisait également basculer un match longtemps indécis.

Les équipes ayant un palmarès moins fourni ont fait preuve de la même mentalité de gagneur. Ainsi l'Arabie saoudite, menée à la marque à la pause par la Tunisie a su renverser la situation en reprenant l'avantage à la 84e. Mais les hommes de Roger Lemerre ont trouvé les ressources à leur tour pour arracher un match nul inespéré à la 92e.

Pourtant, la principale nouveauté d'Allemagne 2006 est sans doute l'absence du traditionnel ‘round d'observation', cette volonté affichée d'entrer immédiatement dans le vif du sujet en essayant de réussir le KO d'entrée. En Allemagne, six buts ont été ainsi inscrits dans les dix premières minutes, dont trois dans les quatre premières. Ces buts "assassins" ont souvent été décisifs. Ainsi, l'Angleterre s'est contentée du but contre son camp du capitaine Paraguayen Carlos Gamarra dès la 3e minute. Même chose pour le Portugal qui a pu tranquillement poser son football contre l'Angola après le coup de patte de Pedro Pauleta à la 4e minute. Mais le record est actuellement détenu par le Ghanéen Asamoah Gyan qui a assommé la République tchèque en marquant dès la 2e minute. Les hommes de Karel Bruckner ont d'ailleurs été pris à leur propre jeu, eux qui avaient ouvert le score à la 5e minute par Jan Koller lors de leur premier match contre les Etats Unis.

Parfois, enfin, les buts rapides sont annonciateurs d'une véritable avalanche, comme cela a été le cas avec celui inscrit à la 6e par l'Argentin Maxi Rodriguez avant que Lionel Messi ne ferme le ban à la 88e. Les Argentins ont ainsi réussi une sorte de synthèse parfaite sur l'influence du minutage des buts sur le score final.