Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™

11 juin - 11 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2010™

Les légendes en chiffres et en détails

© AFP

Les joueurs qui s'apprêtent à participer à leur deuxième, voire leur troisième Coupe du Monde de la FIFA se fixent inévitablement comme objectif de faire mieux que lors de leurs précédentes apparitions sur la prestigieuse scène mondiale.

À l'approche d'Afrique du Sud 2010, un homme sait déjà qu'il devra redoubler d'efforts pour être plus efficace qu'il y a quatre ans. À Allemagne 2006, Gianluigi Buffon ne s'était incliné qu'à deux reprises au cours de la compétition, une fois sur un but contre son camp d'une défense pourtant parcimonieuse, l'autre sur penalty. Durant l'épopée qui avait conduit l'Italie sur le toit du monde pour la quatrième fois de l'histoire, le portier transalpin avait repoussé 93 % des tentatives adverses. Vertigineux !

Ces statistiques sont le fruit d'un travail réalisé par Castrol. Le sponsor de la Coupe du Monde de la FIFA 2010 a mis au point un système innovant d'évaluation des joueurs. Pour la première fois dans l'épreuve suprême du football mondial, ce nouvel outil technologique jaugera la performance chaque joueur des 32 équipes participantes. Dans le cadre du lancement de l'Indice Castrol cette semaine, Castrol publie les scores des footballeurs ayant pris part aux 11 dernières éditions du tournoi, c'est-à-dire depuis Angleterre 1966. On apprend ainsi que la solidité de Buffon sur sa ligne à Allemagne 2006 équivaut à une note de 9,61/10. L'Indice Castrol révèle également que l'un des scores les plus élevés a été réussi par un certain Franz Beckenbauer, en 1966 justement.

Alors âgé de 20 ans, le Kaiser avait inscrit quatre buts, s'était créé neuf occasions et avait réussi 17 tacles tout au long du parcours qui avait conduit l'Allemagne de l'Ouest en finale. Beckenbauer est crédité d'une note de 9,83/10 pour ses performances lors de cette Coupe du Monde de la FIFA. L'Indice Castrol nous apprend également que le plus gros score des 11 dernières éditions de l'épreuve reine est l'œuvre du Brésilien Ronaldo (9,87), talonné d'un centième de point par Gerd Müller (9,86).

Festival offensifLa Coupe du Monde de la FIFA 2002 a été le tournoi le plus animé depuis 2006 dans le secteur offensif. En Asie, 11,4 pour cent des tentatives ont terminé leur course au fond des filets, Ronaldo se distinguant en cadrant plus de 50 pour cent plus souvent que n'importe quel autre joueur pendant la compétition. O Fenômeno est le meilleur buteur de tous les temps en Coupe du Monde de la FIFA, avec 15 réalisations, dont huit à Corée/Japon 2002. Tandis que son pays raflait sa cinquième couronne mondiale, le phénoménal avant-centre signait un score de 9,87, à la faveur de ses 28 tentatives et 13 passes presque décisives à destination de ses coéquipiers.

Les huit buts de Ronaldo il y a huit ans représentent le meilleur total depuis les 10 réalisations de Müller pour l'Allemagne de l'Ouest en 1970. Avec une moyenne de 42 tirs par match, Mexique 1970a été l'édition la plus prolifique entre 1966 et 2006. En terre aztèque, Müller a également réussi trois passes décisives. Là encore, il détient un record sur la période 1966-2006. Sur ces 10 buts, quatre ont été inscrits de la tête, autre record dans une même édition. Der Bomber est en outre le deuxième joueur de l'histoire à avoir signé un triplé dans deux matches consécutifs de Coupe du Monde de la FIFA, après le Hongrois Sandor Kocsis en 1954.

Naturellement, les plus grands joueurs de l'histoire affichent des scores impressionnants à l'Indice Castrol. Johan Cruyff a bouclé Allemagne 1974 avec 9,82/10. Le Hollandais volant détient par ailleurs le record du nombre de dribbles fructueux, avec 55 unités. Auteur de trois buts, il s'est créé des occasions au rythme époustouflant d'une toutes les 22 minutes. En phase de groupes, lors de la victoire des Pays-Bas sur la Bulgarie (4:1), il a mis l'un de ses coéquipiers en position de marquer à 11 reprises.

Quand Diego s'y metÀ deux centièmes de Cruyff, on reste dans la légende avec Diego Maradona, qui obtient une note de 9,80 pour l'ensemble de son œuvre à Mexique 1986. El Pibe de Oro a contribué directement ou indirectement à 71 % des buts de l'équipe championne du monde à cette occasion. Dribbleur à 90 reprises, trois fois plus que son premier poursuivant, il a réalisé 19 tours de passe-passe lors du quart de finale contre l'Angleterre, remporté 2:1 par l'Albiceleste, Encore un record pour 1966-2006.

En 1974, le Polonais Gregorz Lato a impressionné le monde entier non seulement par son réalisme, avec sept buts dont celui de la victoire contre le Brésil dans le match pour la troisième place, mais aussi par son efficacité : 28 % de ses tentatives ont fait mouche, pour une note de 9,81 à l'Indice Castrol.

Pour gagner un match de football, il faut aussi de bons défenseurs, ou d'excellents dans le cas du duo Marcel Desailly-Lilian Thuram à France 1998. Desailly se situe à 9,71 grâce à ses 38 interceptions et 132 récupérations de balle. Thuram, de son côté, a gagné 75 pour cent de ses duels, ce qui mérite bien un 9,78.

Toutes ces stars conviendront cependant que si les statistiques en disent long sur la qualité de leur jeu, les chiffres ne sont pas tout. Pour atteindre le pinacle du football mondial, il faut également une bonne dose d'ingrédients non quantifiables. C'est toute la beauté du football, de la Coupe du Monde de la FIFA et, à n'en pas douter, la 19ème édition ne dérogera pas à la règle.


Explorer le sujet

Articles recommandés