Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™

Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™

12 juin - 13 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

Les opérateurs des stades discutent de développement durable

En théorie, le développement durable est un sujet d'intérêt pour les 12 villes hôtes de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™ depuis la phase de planification initiale ; dans la pratique, un certain nombre de projets se sont déjà matérialisés. Mais comment garantir que ces initiatives deviennent pérennes, en particulier à l'intérieur des stades ?

Pour répondre à cette question, la FIFA et le Comité Organisateur Local (COL) ont investi dans un Programme de formation au développement durable pour les opérateurs des 12 stades qui seront au centre de l'attention en 2014. La plupart d'entre eux ne sont pas experts en développement durable et ressentent le besoin d'approfondir leurs connaissances sur le sujet, afin de pouvoir endosser la responsabilité de gérer des édifices aussi complexes.

"Au moment du processus de candidature de la Coupe du Monde, nous avons décidé que la FIFA soutiendrait des projets de développement durable, à condition qu'ils ne se limitent pas à la construction des stades", explique Federico Addiechi, Directeur de la Responsabilité sociale pour la FIFA. "Pour nous, l'important est de soutenir les opérations et la gestion future de ces installations de manière durable."

"Ce qui est en jeu ici, ce n'est pas seulement la Coupe du Monde, mais la vie du stade au-delà de l'événement", complète le Directeur du COL, Ricardo Trade. "Nous laisserons un héritage non seulement sous forme de nouveaux stades, mais également en termes d'administration pour la gestion future."

Six des 12 stades prévus sont déjà terminés. Les représentants des villes hôtes peuvent donc parler en connaissance de cause des défis qu'ils ont rencontrés aux différentes phases. Parmi les participants, nombreux sont ceux qui sont parvenus à la conclusion qu'il n'est pas toujours facile de réussir la transition entre les plans de développement durable durant la construction et la nouvelle "réalité" après l'inauguration des stades. Chacun convient que ces réalisations n'auraient pas été possibles sans la Coupe du Monde de la FIFA™.

"L'État du Mato Grosso a la réputation d'être responsable pour la plus grande partie de la déforestation du pays, en raison principalement des plantations de soja et de maïs. Nous avons voulu changer cette image. Nous avons alors décidé de profiter de l'avantage d'accueillir la Coupe du Monde de la FIFA ici", explique Joao Paulo Borges, conseiller spécial du Secrétariat extraordinaire de la Coupe du Monde de la FIFA™ à Cuiabá. "Nous avons été la première ville hôte à penser au développement durable, à tel point que la construction de l'Arena Pantanal s'est appuyée sur des études environnementales dès le début, afin d'obtenir un certificat LEED."

Grâce à l'encouragement du Gouvernement fédéral, d'autres stades ont emboîté le pas, étant donné que le financement de la BNDES (Banque brésilienne de développement national) est soumis à l'obtention d'une certification environnementale. "Pour le gouvernement brésilien, la question du développement durable était liée de façon inextricable aux préparatifs pour la Coupe du Monde de la FIFA, aussi bien en ce qui concerne les stades qu'en termes d'héritage de la Coupe du Monde pour notre pays", précise Ricardo Gomyde, Directeur du Football professionnel au Ministère des Sports. L'initiative a si bien fonctionné que la certification environnementale figure désormais dans le cahier des charges de la FIFA pour la prochaine Coupe du Monde de la FIFA™, qui aura lieu en 2018 en Russie.

Être écologique et durable
Pendant deux jours, des représentants des 12 villes hôtes ont partagé leur expérience concernant ce qui avait été fait en termes de développement durable. Ils ont par ailleurs travaillé sur les aspects qui peuvent encore être mis en œuvre, à la fois sur le plan environnemental et social.

"Nous avons essayé de transmettre les notions fondamentales du développement durable. Nous avons parlé de façon détaillée de l'environnement, de la sensibilisation à la consommation d'énergie et d'eau, ainsi que de la responsabilité sociale, de l'interaction avec la communauté, des questions d'emploi et des relations au travail", affirme Marcia Menezes dos Santos, Instructeur en chef du Programme de formation et Directeur de l'Unité des projets spéciaux au Centre pour les technologies de la construction (CTE), un cabinet de conseil spécialisé dans la durabilité des bâtiments.

Et de poursuivre : "L'objectif au cours des trois ateliers est que les opérateurs des stades des 12 villes hôtes comprennent les processus et les concepts et les intègrent dans leurs activités de manière évolutive."

"Notre ville est déjà connue comme ville écologique. Nous travaillons maintenant pour la rendre durable également", déclare le Secrétaire du Secrétariat extraordinaire de la Coupe du Monde de la FIFA™ à Curitiba, Reginaldo Cordeiro, qui représentait le maire de la ville, Gustavo Fruet. "Dans la mobilité urbaine également, nous avons travaillé dur sur le développement durable, avec par exemple les investissements consentis pour les pistes cyclables."

Le Programme de formation des opérateurs des stades a reçu le soutien du CTE, ainsi que du Ministère des Sports et de la municipalité de Curitiba. Des experts brésiliens et étrangers ont effectué des présentations. Les prochains ateliers sont prévus pour novembre 2013 et février 2014, dans des lieux qui n'ont pas encore été confirmés.

Documents connexes

Explorer le sujet

Articles recommandés

Programme de formation au développement durable

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

Programme de formation au développement durable

16 août 2013