Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™

Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™

11 juin - 11 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2010™

Les qualifications en chiffres

Ivory coast striker Didier Drogba
© Foto-net

Dans deux semaines, au Cap, lors du tirage au sort de la phase finale de la Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010, ce seront des petites boules qui décideront du sort des 32 équipes qualifiées, à qui il reste désormais un chemin plus ou moins long à parcourir.

Le coup d'envoi des qualifications les plus longues de tous les temps a été donné le 25 août 2007 en Océanie, trois mois avant le tirage au sort de la compétition préliminaire. Le match de barrage du 18 novembre 2009 entre l'Uruguay et le Costa Rica a mis fin à ce tournoi unique qui nous a offert, comme tous les quatre ans, son lot de surprises, de faits marquants et de records. Voici le résumé de ces qualifications en quelques chiffres fascinants.

853

comme le nombre de matches nécessaires à la répartition des 31 places qualificatives, soit 6 de plus qu'il y a quatre ans. Il s'agit donc d'un nouveau record. La confrontation entre l'Egypte et l'Algérie, qui s'est avérée nécessaire pour départager les deux nations, a été prévue presque au dernier moment. L'Europe est le continent qui a disputé le plus de matches, presque un tiers de l'ensemble des qualifications (268 matches, soit 31 %), suivie par l'Afrique (202 rencontres) et l'Asie (145).

200

comme le nombre d'équipes alignées dans cette compétition préliminaire. C'est également un nouveau record : elles étaient 194 il y a quatre ans. Parmi ces équipes figurait le petit état insulaire de Tuvalu, qui n'est pas membre de la FIFA mais qui a pu prendre part aux débats en raison de sa participation aux Jeux du Pacifique Sud. L'Afrique du Sud était automatiquement qualifiée en tant que pays hôte du tournoi, mais elle a tout de même participé à l'épreuve pour tenter, en vain, se se qualifier pour la Coupe d'Afrique des Nations 2010.

2344

comme le nombre de buts inscrits, soit beaucoup moins que lors des deux précédentes compétitions préliminaires. La moyenne de buts par match est de 2,75. Elle n'avait pas été aussi basse depuis vingt ans. C'est sans doute la preuve que les performances des défenseurs se sont améliorées, mais cela ne présage pas une pluie de buts lors de la phase finale. C'est précisément il y a vingt ans, lors de l'édition 1990 en Italie, que le moins de buts ont été marqués…

20

comme le nombre de spectateurs, en millions. C'est un chiffre qui semble désormais accessible puisque 19,3 millions de personnes ont assisté à la compétition préliminaire dans les stades, un chiffre record. Ceci représente une impressionnante moyenne d'environ 23 000 fans par match. Le Mexique a atteint des sommets avec un total de presque 735 000 spectateurs, soit presque 82 000 par rencontre. Le parcours victorieux de l'Angleterre a quant à lui été récompensé par l'intérêt de 80 000 fans par match.

5600

comme le nombre de footballeurs présents sur les feuilles de match. Si 25 joueurs ont suffi aux Pays-Bas, il en a fallu deux fois plus (50) à l'Argentine. Seuls la Bolivie, la Colombie et le Pérou ont fait intervenir davantage de joueurs (56) lors de ces qualifications. Il ne faut pas oublier les 310 arbitres et plus de 650 assistants.

275

comme le nombre d'entraîneurs, venus de 135 pays différents, ayant dirigé les 200 équipes en lice. Dans ce groupe de sélectionneurs, les Français étaient les plus représentés (14), suivis des Néerlandais (12), des Brésiliens (10) et des Allemands (10).

348

comme le nombre de buts inscrits par des joueurs portant le numéro 9. Les numéros 10 ont signé presque autant de réalisations (334) et les numéros 11, un peu moins (257).

42

comme le nombre de buts marqués par les Etats-Unis au cours de leurs 18 matches, alors que 15 en huit rencontres ont suffi à la Nouvelle-Zélande pour se qualifier. C'est une équipe de la CONCACAF qui figure en tête des statistiques concernant les buts. Les réalisations de la sélection mexicaine ont été signées par 19 joueurs différents, cinq de ces buts ont été inscrits sur penalty et à onze reprises, c'est un remplaçant qui a fait trembler les filets, un chiffre atteint par aucune autre équipe.

16

comme le nombre de buts inscrits au cours du match le plus prolifique, dont le résultat est aussi la victoire la plus large : 16:0 pour les îles Fidji face à Tuvalu.

12

comme le nombre de buts marqués par Moumouni Dagano (Burkina Faso) et Osea Vakatalesau (Fidji). C'est deux fois plus que le chiffre atteint par le Grec Theofanis Gekas et le Chilien Humberto Suazo, les deux meilleurs buteurs des équipes qualifiées.

3,4

comme le nombre de buts par match de l'Angleterre, soit la moyenne plus élevée de toutes les sélections qualifiées. La RDP Corée a été beaucoup moins efficace, puisqu'elle a inscrit seulement 1,25 but par match.

20

comme le nombre de rencontres que l'Uruguay a dû disputer pour décrocher son billet pour l'Afrique du Sud, de même que le Costa Rica, qui a quant à lui finalement été éliminé à l'issue des barrages. Les Pays-Bas et la Nouvelle-Zélande n'ont joué pour leur part que huit matches.

18

comme le nombre de compétitions préliminaires disputées par le Portugal (soit toutes les qualifications depuis 1934), qui est la seule des équipes qualifiées à pouvoir se vanter d'un si grand nombre de participations. Seul le Luxembourg et la République d'Irlande font également partie du cercle restreint des équipes ayant pris part à toutes les phases qualificatives.

8

comme le nombre de sélections restées invaincues. Outre la Côte d’Ivoire, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne, la République de Corée, le Nigeria et les Pays-Bas, qualifiés la phase finale, il y a les Iles Vierges Britanniques, qui ont quitté la course la tête haute après deux nuls en raison de la règle des buts à l'extérieur.

6

comme le nombre de qualifications consécutives pour la Coupe du Monde de la FIFA obtenues par sept formations : l'Argentine, le Brésil, l'Allemagne, l'Italie, la République de Corée, l'Espagne et les Etats-Unis. Ces équipes étaient présentes lors de toutes les éditions de ces vingt dernières années.

164

fois, le match s'est achevé sur le score de 1:0, soit lors de 19 % de l'ensemble des rencontres. Avec le deuxième résultat le plus courant (2:0) et le troisième (2:1), cela représente un total de 50 % des matches. Seules 71 confrontations se sont terminées sur un score nul et vierge, soit 8 % de tous les duels.

43

ans et 1 mois, c'était l'âge du joueur Kenny Dyer de Montserrat durant ces qualifications : 29 ans de plus que le Somalien Abdi Abdifatah, qui avait tout juste 14 ans.

27

ans et 4 mois, c'est l'âge moyen des Italiens ayant disputé la compétition préliminaire. La sélection italienne était plus âgée en moyenne que toutes les autres équipes qualifiées pour la phase finale. Les Nord-coréens affichaient de leur côté une moyenne d'âge de 22 ans et 5 mois, soit cinq ans de moins que les champions du monde en titre.

Explorer le sujet

Articles recommandés