Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™

Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™

12 juin - 13 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

Les Ticos égalent leurs héros

Costa Rica celebrate
© Getty Images

Tout supporter costaricain qui se respecte se souvient de cette action. Le long dégagement du gardien suédois Thomas Ravelli, l'intervention de la tête d'Alexandre Guimaraes qui se transforme en ouverture en profondeur pour Hernán Medford et la chevauchée du

Pelícan*, qui s'en va battre le portier d'une frappe croisée du droit.

Ce but, qui a porté le score à 2:1 face à la Suède à Italie 1990, a scellé le succès phare du football tico. Grâce à cette victoire, les hommes de Bora Milutinovic s'étaient qualifiés pour les huitièmes de finale de la Coupe du Monde de la FIFA™ pour la première et seule fois de leur histoire. Depuis, toutes les générations d'internationaux costaricains ont rêvé de rééditer cet exploit… Jusqu'à aujourd'hui.

En ce samedi 14 juin 2014, le Costa Rica a écrit un nouveau chapitre de son histoire, influencé par la génération 90 sur l'exploit réalisé à Fortaleza. "Je n'avais qu'un an à l'époque, mais je connais cette histoire par cœur", confie à FIFA.com Óscar Duarte, auteur du deuxième but, qui a mis les siens sur la voie de la gloire. "J'ai aussi été entraîné par des vétérans de cette Coupe du Monde, qui m'ont raconté tout ça. C'est une grande source de motivation."

Le longiligne défenseur nous fait bien comprendre l'importance de cette victoire face à la Suède, qui revêt une signification quasi-mythique pour le peuple tico. "Un film est sorti au Costa Rica au sujet de cette histoire", décrit-il. "Nous y avons puisé des petites choses que nous essayons de reproduire sur le terrain. En tout cas, cela nous est surtout utile sur le plan émotionnel. On se dit que si une sélection costaricaine l'a fait, alors on en est capables aussi."

Auteur de l'égalisation de la Sele et Homme du Match Budweiser, Joel Campbell reconnaît s'être nourri des heures glorieuses de 1990. "Avant cette Coupe du Monde, on s'est fixé comme objectif d'écrire notre propre histoire et de faire mieux que nos prédécesseurs. Cela nous a servi de déclic pour le match d'aujourd'hui", reconnaît l'attaquant d'Arsenal, qui a passé la saison en prêt à l'Olympiakos Le Pirée.

Soulagés d'un poids
Les visages des joueurs costaricains laissent entrevoir un léger soulagement. Il faut dire qu'en battant l'Uruguay, ils ont non seulement imité la génération dorée, mais se sont également débarrassés d'un fardeau. "C'est vrai que cela a plombé de nombreuses générations. Chaque sélection était comparée à cette équipe, ce qui n'était pas facile. Il fallait se battre contre les adversaires, mais aussi faire abstraction de nos bons souvenirs", reconnaît Cristian Bolaños, l'un des joueurs les plus en vue face aux Charrúas.

Cette victoire n'en est donc que plus savoureuse. LeTico se réjouit d'avoir suscité les mêmes émotions que ses illustres prédécesseurs. "J'étais enfant à l'époque, j'avais à peine six ans, mais j'ai encore des images plein la tête, c'était de la folie dans les rues", se souvient-il. "C'est magnifique de pouvoir créer le même enthousiasme."

Maintenant qu'ils ont évacué cette pression, les Centraméricains ne se fixent plus de limites. "Nous sommes satisfaits, mais nous ne perdons pas notre objectif de vue", prévient Marcos Ureña, auteur du troisième but des siens. "Le meilleur résultat du Costa Rica, c'est une qualification pour les huitièmes. Nous voulons aller aussi loin. Ce groupe est très relevé et il nous reste encore des adversaires de premier plan à affronter, mais ça nous aidera à rester mobilisés."

C'est justement cette réalisation qui restera le plus solidement ancrée dans la mémoire des supporters. Elle regroupe en effet plusieurs ingrédients du but de 1990 face à la Suède : une ouverture dans le dos de la défense, un sprint et un tir croisé pour battre le gardien. Cette action inspirera peut-être autant les petits Costaricains que le célèbre but de Medford. À la différence près que cette fois-ci, l'histoire ne fait que commencer...

Explorer le sujet

Articles recommandés

Head coach Jorge Luis Pinto of Costa Rica and his team celebrate

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

URU-CRC : Les déclarations

14 juin 2014