Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™

Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™

11 juin - 11 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2010™

Le meilleur est à venir

The Ghana team look on during the penalty shoot out
© Getty Images

Connu pour son ambiance détendue et son côté mélomane, le Ghana entonnait cette fois une oraison funèbre suite à son élimination en quart de finales de la Coupe du Monde de la FIFA 2010. Après leur défaite aux tirs au but face à l'Uruguay, les *Blacks Stars *ont eu du mal à masquer leur tristesse. Pourtant, on pouvait tout de même déceler une pointe d'optimisme chez les joueurs de cette équipe qui regorge de talent.

Les quadruples vainqueurs de la Coupe d'Afrique des Nations étaient, pour la deuxième fois consécutive, les seuls représentants du continent à être sortis des phases de poules. De plus, au cours de cette édition, la sélection ghanéenne est devenue la troisième nation africaine à atteindre les quarts de finale de l'épreuve suprême après le Cameroun de 1990 et le Sénégal de 2002. "C'est un moment très difficile", explique Abedi Pelé, la légende ghanéenne, dont le fils André Ayew a été l'une des révélations de la dernière CAN et d'Afrique du Sud 2010. "Mais nous devons en tirer les leçons et nous en servir pour l'avenir. Nous avons de très jeunes joueurs, c'est pour cela que mon objectif a toujours été 2014. Nous devrions avoir une équipe très forte à présenter lors de l'édition brésilienne".

Asamoah Gyan, triste hérosUn sentiment partagé par le sélectionneur Milovan Rajevac, qui a pris l'équipe en main en 2008 et l'a emmenée jusqu'en finale de la CAN début 2010. "Le futur de cette équipe s'annonce passionnant et brillant. C'est ce qui compte le plus pour le football ghanéen", affirme le technicien serbe, qui n'a pas hésité à intégrer 16 joueurs âgés de 25 ans ou moins dans son effectif. "Nous avons beaucoup de jeunes de bon niveau qui pourront former un noyau dur pour le Ghana en 2014. Et même si la défaite est douloureuse et reste en travers de la gorge, cette aventure sera une source d'expérience pour les joueurs. Ils ont le potentiel pour réaliser de grandes choses".

Rajevac a de quoi être fier de son équipe. Deuxième du Groupe D, le Ghana termine devant la Serbie et l'Australie et se défait des États-Unis en huitièmes de finale (2:1 a.p.). Ce soir-là, Asamoah Gyan, buteur en prolongation, devenait le héros de tout un pays. Malheureusement, c'est finalement son penalty manqué en toute fin de quart de finale qui risque de marquer les esprits. On joue la dernière seconde de la prolongation, le joueur de Rennes a le ballon de la qualification au bout du pied mais sa frappe trouve la transversale uruguayenne. Malgré ce final catastrophe, avec trois buts à son actif, il* *s'est imposé comme le pilier de l'attaque ghanéenne et, comme il l'a affirmé en fin de rencontre, Gyan est "prêt à rebondir".

Cependant, la véritable force de cette équipe repose sur son organisation, sa patience et sa sérénité. Dans l'édition 2010 de l'épreuve reine, le Ghana était de loin l'équipe africaine à avoir su le mieux poser le jeu. Les *Black Stars *n'ont peut-être pas réussi à gérer leur avance aussi bien qu'ils ne l'avaient fait en Angola, lors de la dernière CAN, mais ils ont tenu bon jusqu'au bout face à l'Allemagne, aux États-Unis et à l'Uruguay. Par ailleurs, Rajevac a réalisé une très bonne opération en intégrant récemment Kevin-Prince Boateng. Il fallait en effet toute la puissance du Germano-ghanéen pour pallier l'absence, au milieu de terrain, de Michael Essien, blessé avant le début du tournoi.

Place aux champions du monde
Après la défaite de ses hommes face à la Celeste, Rajevac déplorait la malchance des Ghanéens et reconnaissait que les choses auraient pu être différentes s'ils avaient pu compter sur le joueur de Chelsea. "Il nous a peut-être manqué un petit quelque chose, peut-être qu'avec Essien...", analysait-il avant de reprendre : "Rater ce type de penalty, ça peut arriver à tout le monde. L'Uruguay a eu plus de chance. Je suis désolé pour le peuple ghanéen, qui nous a énormément soutenus. Je suis fier de nos joueurs mais triste car, comme en finale de Coupe d'Afrique, nous avons été malchanceux".

Malgré tout, le Ghana peut s'appuyer sur un effectif jeune et prometteur, vainqueur de la Coupe du Monde U-20 de la FIFA en 2009. Même sans Essien, l'entrejeu de ce pays d'Afrique de l'ouest pourrait bien devenir l'un des meilleurs au monde. Ayew (suspendu face à l'Uruguay), Boateng, Anthony Annan et Kwadwo Asamoah devraient unir leurs forces pour former un bloc talentueux et solide. De son côté, le dynamique Samuel Inkoom s'est montré aussi efficace au poste de milieu droit qu'à celui d'arrière latéral, position qu'il occupe habituellement.

Stephen Appiah, le vétéran des Black Stars, ne tarit pas d'éloge sur la nouvelle génération. "Ils ont été fantastiques", affirme-t-il. "Ils sont champions du monde chez les jeunes et ça se voit qu'ils ont un truc en plus, ils n'ont peur de rien. Ils en veulent, ce sont des morts de faim et ils tiennent à prouver qu'ils ne sont pas là pour rien... Je crois que le Ghana tient un grand groupe car il y a de très bons jeunes prêts à assurer la relève".

Explorer le sujet

Articles recommandés

Uruguay - Ghana

Coupe du Monde de la FIFA™

Uruguay - Ghana

02 juil. 2010