Coupe du Monde de la FIFA, Mexique 1986™

31 mai - 29 juin

Coupe du Monde de la FIFA 1986™

Le miracle de Stuttgart

© Foto-net

La *Selecção das Quinas, *qui avait donné des sueurs froides à Michel Platini et consorts en demi-finale de l'EURO 1984, a connu une baisse de régime lors des éliminatoires pour Mexique 1986. Après une défaite surprenante à domicile face à la Suède puis un nouveau revers en Tchécoslovaquie, les espoirs de qualification des Lusitaniens ont pris du plomb dans l'aile. D'autant plus que la dernière journée leur réserve un déplacement en terre allemande...

16 octobre 1985, Neckarstadion, Stuttgart
RFA 0:1 PortugalBut : Carlos Manuel

RFA : Harald Schumacher, Ditmar Jakobs (Heinz Gründel), Thomas Berthold, Karlheinz Förster, Andreas Brehme, Karl Allgöwer, Matthias Herget, Norbert Meier, Peter Briegel, Pierre Littbarski (Thomas Allofs), Karlheinz Rummenigge. Entr. : Franz Beckenbauer

Portugal : Bento, João Pinto, Frederico, Venâncio, Inácio, Carlos Manuel, Veloso, António Sousa, Jaime Pacheco, Fernando Gomes (José Rafael) and Manuel Fernandes. Entr. : Zé Torres

* A l'époque*C'est avec lenteur et tristesse, comme au rythme du fado, que les Portugais semblent préparer leur déplacement à Stuttgart, pour l'ultime rencontre du Groupe 2 des éliminatoires européennes. La RFA, finaliste lors d'Espagne 1982, n'a plus perdu à domicile depuis près de 36 ans. Les Portugais sont quant à eux dans l'obligation de l'emporter tout en priant pour une défaite de la Suède, le même soir à Prague face aux Tchécoslovaques, pour arracher son billet mondialiste. Mission impossible ? "Laissez-moi rêver", semble rétorquer le sélectionneur portugais José Torres en arrivant sur place. Et son rêve deviendra réalité...

Le match
Dans la fraîcheur de la nuit, les 55 000 spectateurs du Neckerstadion (aujourd'hui rebaptisé Gottlieb Daimler Stadion) vont être témoins du "miracle de Stuttgart". Le score bloqué à 0:0 à la 54e minute de jeu, Littbarski perd possession du cuir dans l'entrejeu face au pressing lusitanien. Carlos Manuel hérite du ballon aux trois quarts du terrain et se lance dans un raid en solitaire sur l'aile gauche, avant de repiquer dans l'axe. Tout proche de la demi-lune, le numéro 6 expédie alors un missile qui vient se nicher dans la lucarne d'un Schumacher incrédule.

Dès lors, le match prend une autre tournure : les Portugais se replient pour maintenir à tout prix la cage de Bento inviolée et défendre ce résultat porteur d'espoir, espoir alimenté par les bonnes nouvelles en provenance de Tchécoslovaquie. En effet, la défaite de la Suède entérine alors la deuxième qualification du Portugal pour l'épreuve phare, 20 ans après le fabuleux parcours de la sélection emmenée par Eusebio, troisième d'Angleterre 1966.

Le héros
Surnommé la Locomotora de Barreiro *(la locomotive de Barreiro), le milieu de terrain de Benfica Carlos Manuel sera affublé d'un nouveau sobriquet à la suite de son but historique : *le héros de Stuttgart. Cet infatigable travailleur de l'entrejeu a inscrit peu de buts en sélection (8 réalisations en 42 matches), mais beaucoup d'entre eux sont intervenus à des moments décisifs. Qu'on se souvienne des victoires au forceps face à la Pologne et l'Union Soviétique lors des qualifications pour l'EURO 1984, ou encore du triomphe face à l'Angleterre lors de Mexique 1986. Ses neuf saisons sous la tunique de Benfica ont été riches en succès, même si, plus d'une fois, son tempérament passionné et sa désinvolture lui ont joué des tours en dehors des terrains. Cela n'occultera jamais ses performances balle au pied.

Entendu
"Nous devions absolument l'emporter en Allemagne, qui restait invaincue à domicile depuis 36 ans. Ce tir n'a pas seulement servi à faire chuter un colosse mais également à nous ouvrir les portes de la Coupe du Monde. C'est la raison pour laquelle on continuera à en parler pendant les 100 prochaines années au moins. Je me souviens avoir inscrit un but tout aussi crucial en Pologne afin de nous qualifier pour l'EURO en France quelques années plus tôt. Et ça n'est pas tout. J'ai aussi marqué but de la victoire face à l'Angleterre de Bobby Robson à Monterrey (Mexique 1986)", Carlos Manuel, le héros de Stuttgart

Et après ?
Les deux formations ont empoché leur ticket pour Mexique 1986 mais ont connu une trajectoire bien différente au cours de l'épreuve qui a porté Diego Maradona sur le toit du monde. Tandis que les Allemands échouaient en finale face aux intouchables Albicelestes, les Portugais calaient en phase de poule, récoltant seulement un succès face à l'Angleterre (1:0) et deux revers contre la Pologne (0:1) et le Maroc (1:3) pour terminer bons derniers du Groupe F.

Explorer le sujet

Articles recommandés

Coupe du Monde de la FIFA 2002™

"L'Aztecazo" du Costa Rica

23 sept. 2008

Coupe du Monde de la FIFA™

Le miracle néo-zélandais de Riyad

17 sept. 2008

Coupe du Monde de la FIFA™

Triomphe et tragédie à Cardiff

22 oct. 2008