Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™

Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™

14 juin - 15 juillet

Coupe des Confédérations de la FIFA

Neto à son zénith en Russie

Luis Neto during the Portugal vs Netherlands friendly football match
© AFP

En battant la France en finale de l’UEFA EURO 2016 au Stade de France, la sélection portugaise a sans doute vécu le plus grand moment de son histoire. Partout dans le monde, des millions de Portugais ont fêté ce triomphe historique. Luis Neto ne fait évidemment pas exception à la règle. Le défenseur du Zénith Saint-Pétersbourg (28 ans) a été filmé bondissant de joie devant sa télévision, alors que son club se trouvait en Suisse pour un stage d’avant-saison.  

Neto n’a pas été retenu par Fernando Santos pour disputer la phase finale, mais il a pris part aux qualifications. l'intéressé n’est donc pas totalement étranger à la victoire du Portugal. "J’étais tellement content de voir mon pays remporter le titre", confie-t-il à FIFA.com. "L’émotion aurait sans doute été encore plus forte si j’avais été en France, mais je suis tout de même très fier de cette équipe. Tout le pays a nagé dans l’euphorie. C’est vrai, je n’ai pas été appelé cette fois-ci, mais ça n’a fait que renforcer ma détermination à me faire une place au sein du groupe." 

La réaction de Neto au but décisif d’Eder n’a pas tardé à faire le tour du monde sur Internet, grâce aux bons soins de ses coéquipiers du Zénith. "Je ne savais pas qu’ils me filmaient. Sur ces images, je suis donc parfaitement naturel. C’était la finale de l’Euro et nous venions juste de marquer un but fantastique. Franchement, à quelle de genre de réaction vous attendiez-vous ? Je reste le premier supporter de mon pays," raconte-il.

"Si le Portugal est arrivé en finale, c’est parce que l’équipe a su rester soudée" ajoute Neto. "À cause des blessures et des suspensions, tous les joueurs de champ ont eu du temps de jeu à l’Euro. Tout le pays a contribué à ce succès, en présentant un front uni. C’était un pour tous et tous pour un. Depuis plusieurs années, le talent était là mais la réussite nous faisait défaut. Aujourd’hui, nous sommes récompensés."

La Selecção das Quinas a essuyé de sévères critiques tout au long du tournoi, en raison de son style de jeu jugé trop défensif. Neto n’est évidemment pas du même avis. "Les meilleures équipes défendent dès la ligne d’attaque, afin de faciliter le travail des défenseurs. Qu’entend-on exactement quand on parle de beau jeu ? Le seul style qui vaille, c’est celui qui mène à la victoire. Dans dix ans, qui se souviendra de la manière dont le Portugal a gagné l’Euro en France ? Je pense que nous avons adopté la bonne stratégie pour remporter ce tournoi."

*Un guide pour Russie 2017*
Comme les autres nations européennes, le Portugal a fait ses premiers pas sur la longue route qui mène à la qualification pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™. Il participera en outre à la prochaine Coupe des Confédérations, en tant que champion d’Europe en titre. "J’ai deux bonnes raison de vouloir prendre part à cette compétition", rappelle le défenseur du Zénith. "Tout d’abord, je veux accumuler le plus de sélections possibles en équipe nationale ([Neto en compte actuellement 11). Ensuite, le tournoi a lieu en Russie, qui est un peu ma seconde patrie. Ce serait fabuleux de jouer ici avec le Portugal."

Et d'ajouter : "Je peux vous assurer que le Portugal va prendre cette compétition très au sérieux. Nous allons tout faire pour l’emporter, en proposant un jeu de qualité. Ce tournoi s’inscrit dans les préparations pour Russie 2018. Depuis 2000, nous n’avons plus manqué une édition de la Coupe du Monde ou de l’Euro. Le prochain rendez-vous mondial revêt une importance particulière à nos yeux, car nous serions présents en tant que champions d’Europe. C’est une responsabilité supplémentaire. Il faut donner une bonne image de nous-mêmes."

Les protégés de Fernando Santos ont déjà pu mesurer le poids de leur nouveau statut. En guise d’entrée en matière, ils se sont inclinés 2:0 en Suisse dans les préliminaires de l’épreuve suprême, une rencontre que Neto a suivie depuis le banc des remplaçants. Si le sélectionneur portugais rechigne encore à lui accorder toute sa confiance, force est de constater que Neto a énormément progressé depuis son arrivée à Saint-Pétersbourg. Un temps en difficulté, il vient d’être élu joueur du mois.

"J’ai eu du mal à m’adapter au début", reconnaît-il. "Mais une fois que j’ai découvert la ville, le pays et le club, tout a changé. J’étais assez jeune en débarquant ici mais j’ai beaucoup appris en trois ans et demi. Tout est différent aujourd’hui : je connais le championnat de Russie et depuis deux ans et il y a une superbe ambiance au Zénith. Je n’ai donc pas hésité bien longtemps au moment de prolonger mon bail. Et puis, la ville est magnifique. Il me reste des endroits à découvrir, mais je suis déjà allé deux fois à l’Ermitage et J’ai visité le palais de Peterhof pour la première fois cet été et j’étais stupéfait. Saint-Pétersbourg ne cesse jamais de vous surprendre et de vous ravir."

Pour Russie 2017, le Portugal a d'ores et déjà en Neto le guide idéal.

Explorer le sujet

Articles recommandés

Magazine Russie 2018 - Episode 12

Coupe du Monde de la FIFA 2018™

Magazine Russie 2018 - Episode 12

06 sept. 2016

Ronaldinho et la Coupe des Confédérations

Coupe des Confédérations de la FIFA

Ronaldinho et la Coupe des Confédérations

07 juin 2016

Un duo russe se projette en 2017

Coupe des Confédérations de la FIFA

Un duo russe se projette en 2017

03 févr. 2016