Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™

Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™

12 juin - 13 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

Niculae entre bons souvenirs et bel avenir

(From L) Romanian mildfielder Mirel Radoi, French midfielder Franck Ribery and Romanian forward Marius Niculae fight for the ball
© AFP

La Roumanie accueillera la Hongrie à Bucarest, le 6 septembre prochain, à l'occasion d'un match de qualification décisif pour la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™. L'ancien capitaine Marius Niculae espère que les supporters roumains donneront de la voix pour pousser les Tricolorii vers une quatrième victoire dans cette campagne. "On a la chance de pouvoir compter sur un très bon public", confie l'attaquant de 32 ans au micro de FIFA.com. "On avait déjà battu la Hongrie 2:0 à domicile lors d'un match de qualification pour la Coupe du Monde, en 2001. L'histoire peut se répéter."

En cas de victoire, l'équipe de Victor Piturca prendrait la deuxième place du groupe à la Hongrie, loin derrière les Pays-Bas, solides leaders. Il resterait alors aux Roumains trois matches à disputer, contre la Turquie, Andorre et l'Estonie pour s'assurer une place parmi les huit barragistes. "On croit en nos chances cette fois", assure Niculae. "On a les moyens de bien faire contre les grosses équipes. On a peut-être perdu deux fois contre les Pays-Bas, mais on a aussi décroché trois victoires et un nul."

Le Roumain n'a pas oublié le succès obtenu face à la Hongrie il y a 12 ans à Bucarest. Et pour cause, il avait inscrit ce jour-là les deux buts de son équipe. Il avait encore frappé au match retour, conclu sur le même score. Ces deux victoires contre le voisin hongrois avaient permis à la Roumanie de terminer deuxième de son groupe, derrière l'Italie, avant d'être écartée de Corée/Japon 2002TM lors d'un barrage aller-retour contre la Slovénie. "Toute l'équipe devra prendre ses responsabilités", annonce-t-il. "Si les joueurs font leur travail et que la chance est de notre côté, on devrait pouvoir voir le Brésil l'an prochain."

*Hagi, modèle et mécène
*
Quinze ans sans Coupe du Monde semblent être une éternité pour la Roumanie,qui n'a plus goûté à l'épreuve depuis France 1998. Dans le sillage de l'emblématique Gheorghe Hagi, les Roumains avaient atteint les quarts de finale en 1994, aux États-Unis, avant de tomber les armes à la main contre l'Argentine (3:2). Quatre ans plus tard, les *Tricolorii *étaient éliminés en huitième par la Croatie, sur la plus petite des marges.

"C'était l'âge d'or du football roumain", se souvient Niculae. "Il y avait dans l'équipe plusieurs joueurs de classe mondiale, comme Hagi ou Florin Raducioiu. La génération actuelle est différente. Les enfants ont plus de choix aujourd'hui en Roumanie en dehors du football. On est tout de même sur une pente ascendante depuis quelques années. On a réussi à se qualifier en 2008 pour notre troisième EURO et nos progrès sont constants d'année en année. On doit poser des jalons pour l'avenir et travailler à la base, auprès des jeunes. C'est pourquoi Hagi a décidé d'apporter son aide en finançant de sa poche la mise une place d'une académie de football. Tout le monde a hâte d'en voir les résultats. Hagi est un modèle pour tous les enfants roumains."

*Du tatami au terrain *
Avant de démarrer sa carrière de footballeur, Niculae, entraîné par son père, a été ceinture noire de judo et affirme que son expérience sur les tatamis lui a été précieuse lorsqu'il s'est tourné vers le football. "La première chose que l'on vous apprend dans le judo, c'est le respect de l'adversaire. Cette approche est essentielle aussi dans le football", explique le buteur. "Le judo requiert par ailleurs souplesse et agilité, des qualités qui peuvent aider les footballeurs à éviter les blessures. J'aime aussi beaucoup le kung-fu, un sport chinois qui véhicule des valeurs précieuses en Asie, comme le fair-play."

Après avoir joué en Belgique et en Allemagne, Niculae a justement mis le cap sur l'Asie au début de la saison, pour rejoindre l'une des plus grosses écuries du championnat chinois, Shandong Luneng. Mais l'acclimatation a été difficile et son expérience en Chine s'est achevée en juillet dernier. L'ancien joueur du Dinamo Bucarest a rejoint récemment l'Anorthosis Famagouste, en première division chypriote.

Mais pas question d'y voir une pré-retraite et Niculae entend continuer à apporter son expérience à la sélection. "Je ne suis pas certain de faire partie du groupe", reconnaît néanmoins le joueur, auteur de 15 buts en 42 matches sous le maillot roumain. "Notre entraîneur se base sur l'état de forme et les performances récentes. Je dois travailler dur pour gagner sa confiance. J'ai toujours très envie de défendre les couleurs de mon pays."

Surtout si c'est pour le faire sur la prestigieuse scène d'une Coupe du Monde de la FIFA...

Explorer le sujet

Articles recommandés