Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™

11 juin - 11 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2010™

Le Nigeria veut encore y croire

La courte défaite (1:2) concédée face à la Grèce a fait beaucoup de mal au Nigeria. Les joueurs pensaient pourtant avoir fait le plus difficile en ouvrant le score mais la victoire leur a échappé au fil des minutes. L'exclusion de Sani Kaita et les deux buts inscrits par la Grèce ont coûté cher aux hommes de Lars Lagerback, déjà battus par l'Argentine à l'issue de la première journée. Malgré ce coup du sort, les Africains refusent de capituler.

De fait, tout reste possible. Une victoire par un but d'écart contre la République de Corée associée à un revers de la Grèce contre l'Argentine, même sur la plus petite des marges, suffirait en effet à envoyer les *Super Eagles *en huitièmes de finale, à la différence de buts. Pourtant, l'histoire montre qu'aucune équipe n'a jamais réussi à franchir le cap du premier tour après avoir concédé plus d'une défaite en poules. Connus et appréciés pour leur optimisme, les Nigérians eux-mêmes semblent éprouver quelques doutes au moment d'engager l'ultime bataille.

C'est la manière, plus que le résultat, qui a touché les joueurs au cœur. Le Nigeria a nettement dominé les échanges pendant la première demi-heure et l'ouverture du score de Kalu Uche est longtemps apparue comme une juste récompense. Malheureusement, le carton rouge du milieu de terrain de Vladikavkaz a sérieusement grippé la machine. De leur côté, les Grecs ne se sont pas fait prier pour profiter de l'aubaine. Si la défaite nigériane ne souffre aucune contestation, force est de constater que les deux buts de la Grèce sont intervenus sur un tir dévié et une erreur du gardien. Autant dire que le résultat aurait pu être tout autre, indépendamment de la sortie prématurée de Kaita.

Changer le cours de l'histoire
"Nous sommes vraiment très tristes", confie le pauvre Uche au micro de la FIFAà l'issue de la partie. "C'est tout ce que je peux vous dire. C'est vraiment dommage. Nous avons lutté après la pause mais avec un joueur en moins, c'était difficile. Nous avons souffert en défense."

Danny Shittu, titulaire à deux reprises pour sa première Coupe du Monde de la FIFA, rappelle quant à lui que le Nigeria a eu le match en main jusqu'à l'exclusion. "Nous étions venus pour gagner. Nous ne voulions pas nous contenter de partager les points. A 1:0 et avec 11 hommes sur le terrain, nous avons continué à attaquer. Nous contrôlions parfaitement la situation. Nous avons peut-être le tort de croire que le match était fini. En défense, nous avions l'impression de pouvoir repousser toutes leurs attaques. Seulement, le carton rouge a tout changé. Les Grecs ont repris espoir et ils ont commencé à nous mettre la pression."

Son capitaine Joseph Yobo était sans doute le plus critique à l'issue de la rencontre. Le défenseur d'Everton a même évoqué un manque de professionnalisme sur l'action qui a amené la sortie de Kaita. "Nous avons montré nos limites actuelles. Certains joueurs ne sont pas très expérimentés et cela s'est vu. Nous avions fait le plus difficile. Nous n'avons aucune excuse à présenter pour cet échec."

Ce nouveau revers porte la série du Nigeria à sept matches sans victoire, dont six défaites. Les *Super Eagles *n'ont plus gagné depuis France 1998. Malgré ce bilan médiocre, Lars Lagerback a une fois de plus félicité ses joueurs. Le technicien suédois a également souligné que son équipe pouvait encore se qualifier pour le prochain tour, à condition de battre la République de Corée, mardi à Durban. Pour ce faire, les Nigérians devront commencer par se remobiliser.

"Ne pas baisser les bras"
"Le sélectionneur nous a dit de nous serrer les coudes et de ne pas baisser les bras", explique Uche, interrogé sur la situation de son équipe. "Nous sommes mal partis, c'est vrai. Mais en football, tout peut arriver. C'est triste mais il faut garder le moral. Nous avons bien joué et nous avons perdu deux fois. Il faut continuer à travailler pour être prêt mentalement et physiquement. Ce ne sera pas simple."

Shittu veut pourtant y croire. Alors que la République de Corée se profile à l'horizon, le défenseur de Bolton essaye de battre le rappel des troupes. "Pour le moment, tout le monde dans le vestiaire est très déçu. Mais il nous reste encore un match décisif à jouer dans quelques jours. Cette rencontre, nous avons les moyens de la gagner. Il va falloir rassembler nos forces, rassembler notre courage, revenir sur le terrain et tout faire pour l'emporter."

Explorer le sujet