Coupe du Monde de la FIFA, Allemagne 2006™

Coupe du Monde de la FIFA, Allemagne 2006™

9 juin - 9 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2006™

La nouvelle Allemagne

Deux jours après l'élimination de leur équipe en demi-finale de la Coupe du Monde de la FIFA 2006, les Allemands semblent éprouver un mélange de fierté et de regret.

Mardi soir, les hommes de Jürgen Klinsmann ont longtemps résisté aux attaques de leurs adversaires, mais la qualité et la rigueur des Italiens ont eu raison des forces de la Mannschaft. En toute fin de match, les Azzurri ont remporté une victoire méritée 2-0. Peu après le coup de sifflet final, le Président de la République fédérale d'Allemagne, Horst Köhler, a décrit avec justesse l'état d'esprit de toute une nation : "Cela n'a pas suffi pour atteindre la finale, mais la sélection nationale peut se réjouir d'avoir conquis le cœur des Allemands. Le pays tout entier est fier de cette équipe".

Avant cette Coupe du Monde de la FIFA, personne n'imaginait que le onze allemand, auteur de belles performances, susciterait un tel sentiment d'appartenance national. Pourtant, mardi soir, près d'un million de personnes se sont rassemblées dans la zone de retransmission publique de Berlin. Les supporters étaient là pour encourager leurs héros face à l'Italie. Sur l'ensemble de la compétition, quelques sept millions de supporters ont défilé entre la Porte de Brandebourg et la Colonne de la Victoire, afin de participer à la plus grande fête du football.

Portée par l'euphorie de tout un peuple, la sélection allemande n'a cessé d'améliorer ses performances. Il est vrai que l'équipe compte dans ses rangs de nombreux joueurs de talent. Profitant parfois d'un petit coup de pouce du ciel, elle est très vite devenue une candidate sérieuse pour le titre. Elle a gagné le respect à la fois de son public et des experts du monde entier.

Le lendemain de l'élimination, la Mannschaft a reçu plus de 3000 e-mails venant de 16 pays différents. Tous les continents sont représentés. Malgré leur immense déception, les supporters du monde entier font parvenir aux joueurs des messages d'encouragement. Certains viennent des Pays-Bas ou d'Angleterre, les deux grands rivaux de l'Allemagne. Tous souhaitent que Klinsmann reste à la tête de la sélection.

Bien avant le début du tournoi, "Klinsi" jouissait déjà d'une grande popularité, aussi bien dans son pays qu'à l'étranger. Ce Californien d'adoption a réussi à propulser son équipe au sommet du football mondial. Au final, ce n'est pas un hasard si l'Allemagne fait partie des quatre meilleures équipes du monde : la i>Mannschaft pratique aujourd'hui un excellent football. Peu après l'élimination de l'Angleterre, le quotidien britannique "The Daily Telegraph" faisait déjà l'éloge des Allemands : "Sur le terrain, ils ont montré de très belles qualités : leur sérénité et leur courage nous ont beaucoup impressionnés. Côté organisation, ils ont été remarquables et ont fait preuve d'un accueil très chaleureux. Ce tournoi a surtout permis à l'Allemagne de sortir librement ses drapeaux". En effet, les Allemands ont porté leurs couleurs noir, rouge et or avec fierté. Pendant le tournoi, les drapeaux ont proliféré sur les balcons, à bord des voitures et dans les restaurants. La ferveur de la Coupe du Monde de la FIFA a bel et bien envahi tout le pays.

Une réputation grandissante

L'Allemagne nous a étonnés bien au-delà du terrain. Le climat agréable, la fièvre du ballon rond et la folle ambiance des Fan Fest ont balayé tous les vieux clichés. Envolée, l'image de ces Allemands sérieux, grincheux, qui préfèrent discuter de leurs problèmes plutôt que d'aller se balader. L'Allemagne est devenue une destination à la mode. L'Allemagne est un pays moderne et accueillant. Elle ne manque pas une occasion de faire la fête.

Natif du Nigeria, Christian Nikolay (29) a grandi à Berlin, mais il vit à New York depuis 1997. De retour en Allemagne, il n'en croyait pas ses yeux : "Je suis épaté par l'ambiance et l'accueil chaleureux des Allemands. Ça me fait très plaisir, car ça ne s'était jamais produit en Allemagne", témoigne-t-il.

Ce supporter a beaucoup apprécié la folle ambiance du Stade de la Coupe du Monde de la FIFA de Dortmund, où s'est déroulée la demi-finale. Le succès n'a pas été au rendez-vous pour l'Allemagne, mais les supporters ont fait bonne impression : "Pour la première fois, j'ai le mal du pays. J'ai le sentiment que je vais louper quelque chose quand je ne serai pas là", explique Christian.

Avocat à Windsor, Steven Smith (37) a assisté à deux matches du premier tour : Ghana – Italie à Hanovre, et Argentine – Côte d'Ivoire à Hambourg. Lui non plus ne cache pas son enthousiasme : "C'était fantastique. Je m'étais souvent rendu en Allemagne pour mon travail et je m'attendais à ce que ce tournoi soit très bien organisé. Mais c'était encore mieux que je ne l'imaginais. Il est clair que les Allemands ont tout fait pour que le séjour de leurs visiteurs soit le plus agréable possible et que le tournoi soit un véritable succès. Et je dois dire qu'ils ont réussi".

Les organisateurs du prochain Championnat d'Europe de l'UEFA, prévu en 2008 en Autriche et en Suisse, se disent très impressionnés par cette Coupe du Monde de la FIFA. "Nous savions que l'Allemagne était championne du monde de l'organisation, mais quelle surprise de voir les Allemands si joyeux, si détendus et si sympathiques", raconte Ralph Zloczower, Président de la Fédération suisse de football (SFV).

Son homologue autrichien, Friedrich Stickler, rend lui aussi hommage aux organisateurs allemands : "L'Allemagne s'est montrée très accueillante. L'image de ce pays dans le reste du monde a profondément changé", déclare le Président de la Fédération autrichienne de football (ÖFB). Les deux responsables veulent s'inspirer de l'expérience positive des Fan Fest. Ils ont l'intention d'organiser ce type de manifestations dans deux ans. Que les supporters se réjouissent : la prochaine fête du football promet elle aussi d'être grandiose !

Explorer le sujet