Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™

Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™

11 juin - 11 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2010™

Première fausse note pour l'Allemagne

Arne Friedrich of Germany speaks to the media
© Getty Images

La déception peut se lire sur tous les visages. Après avoir défrayé la chronique dès sa première sortie en Afrique du Sud, la jeune équipe allemande est brutalement redescendue sur terre. Suite à la courte défaite (0:1) concédée face à la Serbie, vendredi après-midi, la frustration et le dépit étaient presque palpables dans les couloirs du stade de Port Elizabeth. Malgré ce revers, les protégés de Joachim Löw ont essayé de positiver, en se raccrochant notamment aux très bonnes choses réalisées contre l'Australie (4:0), lors de la première journée.

"C'est peut-être un mal pour un bien. Il vaut mieux perdre maintenant que pendant les matches à élimination directe", constate Arne Friedrich dans un entretien exclusif accordé à FIFA.com. Avec ses 74 sélections, le défenseur du Hertha Berlin compte parmi les joueurs les plus expérimentés du groupe. Il sait donc mieux que quiconque qu'une place en huitième de finale passe très probablement par un résultat positif contre le Ghana. "Maintenant, l'heure est venue pour nous de tout donner. Il faut absolument gagner ce match. C'est une des conséquences positives de notre situation : nous ne pouvons plus nous permettre de calculer."

Une situation difficile
Plutôt que de se lamenter sur le résultat, l'international allemand préfère revenir sur la manière. "Nous sommes bien rentrés dans le match. Nous avons été performants dans les duels et nous avons lutté jusqu'au bout. Cela prouve que nous ne manquons pas de ressource." Sans doute ces paroles sont-elles également destinées à ses jeunes coéquipiers, comme Mesut Özil ou Thomas Müller, qui doivent encore apprendre à gérer la pression. "Ce n'est jamais agréable de perdre mais la bonne nouvelle, c'est que nous allons avoir l'occasion de nous racheter très vite. Il faut se remobiliser sur la prochaine échéance."

Le meneur de jeu Mesut Özil s'est fait remarquer par son mutisme au sortir de la défaite face à une sélection serbe qui a su profiter de circonstances favorables. "Je pense que sur l'ensemble de la partie, nous étions clairement les plus forts", a simplement lâché le milieu de terrain du Werder Brême devant un parterre de journalistes. Très en vue contre l'Australie, le grand espoir du football allemand avait brillé à Durban par son aisance technique et sa vivacité. Vendredi à Port Elizabeth, le jeune prodige a paru plus emprunté.

Son coéquipier Thomas Mueller a quant à lui fait preuve de son volontarisme habituel : "Nous n'avons pas mal joué. Même en infériorité, nous avons concédé peu d'occasions. C'est pour cela que cette défaite est si énervante", explique l'attaquant du Bayern Munich, en exclusivité pour FIFA.com. "Tout ce que je peux vous dire, c'est que nous y croyons toujours et que nous avons hâte d'affronter le Ghana."

Equipe imprévisible
C'est sans doute cette insouciance qui fait de l'Allemagne une équipe si imprévisible. Lors de l'ultime conférence de presse avant le match contre la Serbie, Loew avait rappelé que ses jeunes pousses auraient sans doute besoin d'un peu de temps avant de pouvoir répéter les performances de très haut niveau. Le sélectionneur avouait ne pas savoir comment son groupe se comporterait dans des situations extrêmes. Maintenant, il attend sans doute une réaction de la part de ses protégés.

"Il faut vite évacuer cette défaite", glisse Bastian Schweinsteiger au micro de la FIFA. La jeune classe allemande, vaillamment tombée face à une formation serbe très expérimentée, a peut-être tout simplement besoin d'oublier ce match. En football, il faut parfois laisser l'instinct prendre le pas sur la réflexion. A l'heure actuelle, Özil et ses coéquipiers n'ont sans doute qu'une idée en tête : revenir le plus vite possible sur le terrain pour laisser définitivement derrière eux cette défaite frustrante.

Explorer le sujet

Articles recommandés