Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™

Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™

12 juin - 13 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

Quand la vieille garde porte les armes

Graham Zusi, Michael Bradley, Clint Dempsey, Jermaine Jones during a match between USA and Portugal
© AFP

Jusqu'à quel point une équipe est-elle capable de se renouveler en quatre ans ? Dans le cas des États-Unis, le processus de refonte imposé par Jürgen Klinsmann a entraîné une métamorphose totale par rapport à la formation alignée en 2010. Il n'est pas seulement question ici des absences de cadres comme Landon Donovan ou Carlos Bocanegra, mais aussi du replacement de deux vétérans de la campagne sud-africaine qui jouent un rôle-clé depuis le début de Brésil 2014.

Au sein des Stars and Stripes à la sauce Klinsmann, Michael Bradley et Clint Dempsey se sont vu confier une mission bien différente : se centrer sur l'attaque. Pour l'instant, le résultat ne pourrait pas être plus convaincant. Comme lors du succès sur le Ghana, tous deux ont contribué de façon décisive au match nul 2:2 obtenu face au Portugal, qui place les Américains en ballotage favorable pour une place en huitièmes de finale.

Reprenant à son compte une partie des tâches autrefois dévolues à Donovan, Bradley a oublié tout ce qui a trait au marquage pour mieux aller de l'avant. Face au Portugal, c'est lui qui a organisé le circuit créatif nord-américain, n'hésitant pas à se porter dans la surface adverse pour créer le danger, comme sur la tentative déviée in extremis par Ricardo Costa.

"Nos deux meilleurs joueurs"
Quant à l'ancien milieu offensif Dempsey, ce sont les fonctions anciennement occupées par Jozy Altidore, blessé lors de la première journée, qu'il exerce aujourd'hui. Et son but de la poitrine dans les six mètres prouve que le joueur n'ignore rien des attitudes d'un avant-centre de métier. "Ils sont vraiment étonnants. Clint se plie sans difficultés aux exigences du poste d'attaquant, tandis que Michael peut couvrir plusieurs postes. Mais il sait aller de l'avant et créer des occasions", analyse pour FIFA.com le très expérimenté Tim Howard, qui aura suivi de près l'évolution de ses deux coéquipiers depuis la Coupe du Monde sud-africaine. "Ce sont nos deux meilleurs joueurs et c'est grâce à eux qu'on se retrouve là," insiste le dernier rempart américain.

Kyle Beckerman a également eu tout loisir de constater cette métamorphose. "Michael s'améliore d'année en année. C'est sa deuxième Coupe du Monde et il assume ses responsabilités. Jürgen lui a demandé d'être plus offensif et il a su appliquer cette consigne", explique celui qui se charge aujourd'hui de remplacer Bradley à la récupération.

Passé par le Borussia Mönchengladbach, le Chievo Vérone et l'AS Rome, Bradley n'exerce pas une fonction fondamentalement différente de celle qui était la sienne à Heerenveen entre 2006 et 2008, où il avait un rôle offensif. "J'ai toujours été un milieu de terrain qui essaie d'avoir un impact positif sur le jeu. S'il faut être devant, j'y suis. Je sais que je peux être utile à l'équipe dans ce rôle", explique le joueur de Toronto à FIFA.com.

Retour aux sources ?
Contre le Portugal, Bradley a non seulement failli marquer un but, mais il a surtout largement contribué au renversement du score par les États-Unis en évoluant souvent dans la surface adverse. Ce fut peu de temps après son tir repoussé par la défense que Dempsey a trouvé le chemin des filets, confirmant ainsi les choix de Klinsmann. "Évidemment, la blessure de Jozy nous a un peu obligés à changer de tactique. C'est pour ça que j'ai joué un peu plus devant. C'est l'une des caractéristiques de notre équipe. Nous avons pas mal de joueurs polyvalents, qui savent concrétiser et ont de la personnalité", explique le nouveau goleador américain.

Maintenant, c'est peut-être le match le plus difficile du groupe qui attend les États-Unis. Contre l'Allemagne, les Américains auront besoin d'un match nul au minimum pour se qualifier en huitièmes de finale. Pour cela, Bradley et Dempsey devront peut-être revenir à leurs anciennes fonctions, et afficher l'esprit combatif que l'on connaissait à l'équipe américaine en 2010.

"Michael et Clint seront une nouvelle fois très importants dans notre schéma tactique, quelle que soit leur fonction. Nous allons devoir défendre à onze et attaquer à onze également. Ça va être un vrai combat, mais c'est la seule manière de passer", conclut Kyle Beckerman.

Explorer le sujet

Articles recommandés

USA - Portugal en images

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

USA - Portugal en images

22 juin 2014

Ghana - USA en images

Coupe du Monde de la FIFA™

Ghana - USA en images

16 juin 2014