Coupe du Monde de la FIFA, Allemagne 2006™

9 juin - 9 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2006™

Que sont-ils devenus... Martin Dahlin ?

L'ancien international suédois Martin Dahlin évoque pour FIFAworldcup.com son "incroyable" expérience lors de la Coupe du Monde de la FIFA, Etats-Unis 94 et nous parle de sa nouvelle carrière d'agent.

Martin Dahlin sait décidément se servir de sa tête. Autrefois, l'ancien international suédois utilisait son efficacité dans le jeu aérien pour propulser les ballons au fond des filets adverses. Aujourd'hui, il fait appel à son cerveau pour encadrer les jeunes joueurs qui lui sont confiés et, peut-être, les guider vers les sommets qu'il a si souvent lui-même tutoyés.

Martin Dahlin, l'un des artisans de la troisième place décrochée par la Suède à la Coupe du Monde de la FIFA, Etats-Unis 1994, est devenu agent. Une carrière qu'il a choisie, comme il le confiait encore récemment à FIFAworldcup.com, pour rester au contact de ce sport qui lui a donné tant de plaisir lorsqu'il était joueur. "Je voulais rester dans le milieu mais je n'avais pas envie de devenir entraîneur. Le métier d'agent m'a paru une bonne solution pour continuer à travailler avec des footballeurs."

C'est une blessure au dos qui a mis un terme aux exploits de Dahlin alors qu'il n'avait que 29 ans. Tout au long d'une carrière impressionnante, le Suédois a parcouru l'Europe du nord au sud, de Malmö, où il a fait ses débuts avant d'être sacré meilleur buteur du championnat de Suède en 1988, à l'Italie, en passant par l'Angleterre et l'Allemagne.

Désormais, Dahlin passe le plus clair de son temps entre l'Angleterre et l'Espagne. Il possède deux maisons, l'une à Londres, l'autre en Andalousie, ce qui lui laisse le temps de se consacrer à MDM, son agence de joueurs. "Mes clients viennent principalement de Scandinavie. Nous avons des Suédois, des Danois, des Norvégiens et quelques Allemands, aussi."

Parmi ses protégés, on trouve Markus Rosenberg, le buteur de Malmö et de l'équipe de Suède, qui, selon Dahlin, "devrait probablement changer de club à l'intersaison et tenter sa chance à l'étranger." Deux autres Suédois font également l'objet de toutes ses attentions : Fredrik Berglund, "l'un des meilleurs attaquants du championnat danois", qui joue à Esbjerg, et Mikael Antonsson, de l'Austria de Vienne, "un défenseur robuste et puissant".

Dahlin a également fait ses premiers pas dans le monde de la mode en donnant son nom à une marque de vêtements de sport vendus dans toute la Scandinavie. "Deux fois par an, je fais une petite sélection en accord avec notre designer", précise-t-il. De temps à autre, Dahlin livre ses éclairages en tant que consultant sur la chaîne suédoise TV4. Présent lors de la Coupe du Monde de la FIFA, Corée/Japon 2002, il avait fait sensation parmi ses collègues en laissant éclater sa joie lors du match nul de la Suède face à l'Argentine.

Les Etats-Unis comme révélateur

Pourtant, il n'y a pas si longtemps, c'était lui qui faisait se lever les spectateurs de la Coupe du Monde de la FIFA. Si Dahlin ne compte que 29 buts en 60 sélections, l'extraordinaire parcours de la Suède aux Etats-Unis en 1994 n'aurait sans doute jamais été possible sans son incroyable efficacité devant le but.

Agé de 26 ans à l'époque, Dahlin avait inscrit quatre buts en cinq matches et permis à la Suède de réaliser sa meilleure performance en Coupe du Monde de la FIFA depuis sa finale perdue en 1958. Deux ans auparavant, Dahlin et ses coéquipiers avaient atteint les demi-finales du Championnat d'Europe des Nations. Comme il le fait lui-même observer, l'équipe était alors à son meilleur niveau.

"La plupart des joueurs étaient au sommet de leur art, des joueurs qui avaient quitté très tôt la Suède. Nous avons fait un excellent parcours et, par chance, nous n'avons pas connu de blessures sérieuses pendant la compétition. Notre entraîneur, Tommy Svensson, nous a permis d'exprimer pleinement notre potentiel."

Il poursuit en évoquant les personnalités marquantes du groupe suédois : "Nous avions Patrick Andersson en défense, qui a joué ensuite au Bayern Munich et à Barcelone. Au milieu du terrain, il y avait Jonas Thern, qui jouait en Serie A, et bien sûr Thomas Brolin. Sans oublier Kenneth Andersson et moi-même en attaque" !

Pour les Suédois, tout commence par un match nul (2-2) avec le Cameroun. Une rencontre au cours de laquelle Dahlin arrache l'égalisation en toute fin de partie. Le buteur suédois réalise un doublé quelques jours plus tard, à l'occasion de la victoire 3-1 sur la Russie : une reprise de la tête qui trouve l'angle opposé du but de Kharin, puis un second, toujours de la tête, sur un centre de Kenneth Andersson. "Ce doublé contre les Russes, sans parler du fait que c'est moi qui ai obtenu le penalty pour le troisième but, reste comme l'un des meilleurs moments de ma carrière", se souvient Dahlin.

Suspendu pour le dernier match de poule, contre le Brésil, Dahlin retrouve le chemin des filets dès le deuxième tour. C'est en effet lui qui ouvre le score lors de la victoire 3-1 de la Suède contre l'Arabie saoudite. Les Scandinaves doivent ensuite avoir recours aux tirs au but pour se débarrasser de la Roumanie, avant de retrouver le Brésil sur leur chemin en demi-finale, pour le résultat que l'on sait.

Dahlin manque ensuite la finale pour la troisième place, contre la Bulgarie, ce qui le condamne à terminer derrière son compère Kenneth Andersson au classement des buteurs, à deux longueurs de Hristo Stoitchkov et Oleg Salenko. "Tout le monde me demande ce qui se serait passé si j'avais pu jouer tous les matches. Peut-être que si j'avais pu jouer, j'aurais encore marqué deux ou trois buts et que j'aurais fini meilleur buteur."

"Mais je ne raisonne pas en ces termes. J'ai un ami, Jan Eriksson, qui s'est gravement blessé à deux semaines du début de la compétition et qui n'a pas eu la chance de disputer un seul match, alors je suis déjà très content d'avoir pu participer à l'événement. C'était déjà incroyable d'être à la Coupe du Monde, de marquer et de gagner."

Les coupes sourient à Dahlin

Si l'édition américaine de la Coupe du Monde de la FIFA constitue indiscutablement le sommet de la carrière internationale de Dahlin, c'est en Allemagne, au Borussia Monchengladbach, qu'il connaît ses meilleurs moments, inscrivant 60 buts en 125 matches sous le maillot vert et noir. "On ne manquait pas de stars avec des joueurs comme Patrick Andersson et Stefan Effenberg. On avait vraiment une belle équipe. En 1992, nous sommes arrivés en finale de la Coupe d'Allemagne, une compétition que nous avons finalement remportée trois ans plus tard."

Malheureusement, après son séjour au Borussia, Dahlin va connaître quelques difficultés. Alors que son contrat avec le club allemand arrive à expiration, il s'entend avec la Juventus de Turin, mais ses anciens employeurs réclament un dédommagement, en s'appuyant sur une clause du contrat de Dahlin qui prévoit une extension de 12 mois. "J'étais vraiment certain que nous allions arriver à un accord, alors j'ai refusé les offres de plusieurs autres clubs, le Bayern Munich, la Fiorentina et d'autres grands clubs européens. Nous avions signé le contrat mais au dernier moment, les deux clubs n'ont pas pu se mettre d'accord et c'est à ce moment que la Roma s'est manifestée."

Mais Dahlin ne portera le maillot romain qu'à trois reprises au cours d'une saison 1996/97 aux allures de cauchemar. Barré par quatre autres attaquants, Dahlin décide de retourner en Allemagne et se fait prêter au Borussia Monchengladbach, où il marque à dix reprises en 20 matches. L'été suivant, il rejoint l'Angleterre et les Blackburn Rovers. En moins de six mois, il contracte une grave blessure au dos qui va l'obliger à mettre un terme à sa carrière. Il quitte ensuite l'Angleterre pour tenter une dernière fois sa chance en Allemagne, à Hambourg, mais la douleur a raison de sa volonté. "J'avais seulement 30 ans lorsque j'ai dû arrêter de jouer, mais je suis tout de même très fier de tout ce que j'ai pu accomplir", précise-t-il.

Lui qui a connu de grands moments avec la Suède en 1994 n'a qu'un seul rêve : voir ses compatriotes faire aussi bien à l'occasion de la Coupe du Monde de la FIFA, Allemagne 2006. "Avec (Zlatan) Ibrahimovic et (Fredrik) Ljungberg, l'équipe peut compter sur de jeunes joueurs qui ont déjà beaucoup d'expérience. Sans oublier (Olof) Mellberg en défense. Il y a vraiment un bon groupe." Un groupe qui compte dans ses rangs Henrik Larsson, vétéran de la Coupe du Monde de la FIFA 94, tout juste remis d'une grave blessure au genou. "Je lui au parlé il y a deux semaines et il pense pouvoir retrouver son meilleur niveau. S'il est en pleine forme, il peut vraiment apporter quelque chose en plus à cette équipe", promet Dahlin.

"Je suis convaincu que nous allons nous qualifier mais il faudra sans doute procéder à quelques ajustements si nous voulons aller plus loin. Nous sommes parfois un peu trop prudents. Il va falloir apprendre à prendre des risques et à laisser davantage de liberté à des joueurs comme Ibrahimovic et Ljungberg."

Nom : Dahlin

Prénom : Martin

Date de naissance : 16 avril 1968

Lieu de naissance : Lund, Suède

Clubs : Malmö (Suède), Borussia Monchengladbach (Allemagne), Roma (Italie), Blackburn Rovers (Angleterre), Hambourg (Allemagne)

Sélections : 60

Buts : 29

Palmarès :

Coupe du Monde de la FIFA

  • Troisième place en 1994 (cinq matches, quatre buts)

    Championnat d'Europe des Nations de l'UEFA

  • Demi-finaliste en 1992

    Championnat de Suède

    • Champion avec Malmö en 1988

    Coupe de Suède

    • Vainqueur avec Malmö en 1989

    Coupe d'Allemagne

    • Vainqueur avec Monchengladbach en 1995