Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™

Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™

12 juin - 13 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

Queiroz reprend les choses sérieuses

Iran's head coach Carlos Queiroz
© Getty Images

La Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™ n'est plus très loin et constitue peut-être la meilleure occasion pour l'Iran de franchir un palier. Dans les qualifications asiatiques, la Melli a terminé première du Groupe A, coiffant sur le fil la République de Corée, et envoyant l'Ouzbékistan en barrages.

"C'est le résultat de deux ans de travail. L'équipe a su rester unie, avec une mentalité fantastique et la conviction profonde qu'elle devait donner le meilleur d'elle-même à chaque match", explique le sélectionneur Carlos Queiroz au micro de FIFA.com. "Avec un peu de chance, ce qui est indispensable, nous avons obtenu tous les points dont nous avions besoin", poursuit le technicien portugais. "C'est une performance fantastique de terminer devant la Corée. C'est une qualification largement méritée, qui ne souffre aucune discussion. Je suis très satisfait."

L'entraîneur a réussi à mettre son groupe à l'abri des pressions externes. Aujourd'hui, l'heure est aux louanges: "Mon atout le plus précieux est que nous avons su rester unis, du Président de la Fédération à tous les joueurs, ceux qui ont pris part aux matches comme ceux qui sont restés sur le banc", estime Queiroz. "C'est la clé de notre réussite. Nous n'avons jamais paniqué. Nous avons ignoré les critiques, tout simplement parce que nous avions confiance dans la voie que nous avions choisie."

Pour parvenir à ses fins, Queiroz a quand même dû imposer plusieurs règles importantes, toujours avec la conviction que le collectif primait sur l'individuel. "Ça n'a pas toujours été facile, mais le message était clair : il n'y a rien au-dessus de l'intérêt collectif", confirme-t-il. "C'est pourquoi nous avons sélectionné des joueurs courageux et qui affichaient l'attitude souhaitée. Je voulais des joueurs au service de l'équipe, et non des joueurs servis par l'équipe. C'est comme cela que nous avons créé un groupe avec un fort capital de confiance en soi. La récompense, c'est d'avoir offert du bonheur à des millions d'Iraniens."

Franchir un palier
De fait, quels sont les objectifs de la Melli pour la Coupe du Monde de la FIFA™ ? "Est-il réaliste d'avancer que l'Iran peut gagner le tournoi ? Il est clair que pas une personne n'y croit", affirme Queiroz. "Nous ne boxons pas encore dans cette catégorie, car le football iranien est encore trop loin des grandes puissances de la discipline comme le Brésil, l'Espagne, l'Argentine, l'Allemagne, l'Angleterre ou l'Italie. Nous devons l'accepter", admet l'ancien entraîneur du Real Madrid. "Notre objectif est d'être dignes et crédibles, de réaliser un tournoi sérieux, dont nous et nos supporters pourrons être fiers. Comment allons-nous y arriver ? Avec une préparation complète et intensive."

"Si après la Coupe du Monde, le football iranien a franchi un palier qualitatif, cela voudra dire que nous aurons réussi notre tournoi", annonce l'ancien entraîneur du Real Madrid. "Ce que nous attendons de Brésil 2014, c'est tout simplement que notre prestation dans cette Coupe du Monde nous permette de devenir meilleurs qu'aujourd'hui. En résumé, notre objectif est de faire un énorme pas en avant, d'arriver au niveau du Japon et de la Corée et de faire définitivement partie des trois meilleures équipes asiatiques."

Pour joindre les actes à la parole en ce qui concerne une préparation réussie, Queiroz se rendra au Brésil en terrain connu, notamment si son équipe foule la pelouse du nouveau Maracanã, où il a assisté à la finale de la dernière Coupe des Confédérations de la FIFA. "Je suis allé au Brésil pour prendre le pouls de la Coupe du Monde", confie-t-il. "L'environnement va être très sérieux, vraiment exigeant. Il n'y aura pas de place pour les amateurs. J'en ai profité pour visiter les infrastructures de façon à pouvoir loger dans un hôtel convenable et bénéficier d'un bon centre d'entraînement lorsque nous arriverons au Brésil."

Lors de cette finale de la Coupe des Confédérations de la FIFA 2013 entre le Brésil et l'Espagne, Queiroz a eu un avant-goût de ce qui attend les 32 équipes l'an prochain. "L'atmosphère lors de la finale de la Coupe des Confédérations était absolument fantastique. Ça a permis de ressentir de très près à quoi ressemblera la prochaine Coupe du Monde", annonce-t-il.

Explorer le sujet

Articles recommandés