Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™

Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™

11 juin - 11 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2010™

On refait le match...

Gabriel Heinze of Argentina battles for the ball with Lukas Podolski of Germany
© Getty Images

Le parcours de l'Allemagne dans cette Coupe du Monde de la FIFA 2010 n'a rien du chemin semé de pétales de roses. Six jours après avoir écarté l'Angleterre (4:1), les hommes de Joachim Löw vont trouver sur leur route une ambitieuse Argentine. Il s'agit du sixième duel entre ces deux équipes dans l’histoire de la compétition - dont deux fois en finale (1986 et 1990). Les statistiques sont nettement favorables à une Mannschaft (trois victoires, un nul et une défaite) qui s'apprête à disputer son 15ème quart de finale consécutif. Mais sur le terrain, la différence entre les deux formations est ténue.

Pour le dernier quart, les champions d'Europe espagnols s'attaqueront à une muraille paraguayenne qui n'a encaissé qu'un seul but depuis le début du tournoi, comme l'Italie lors de son parcours victorieux en 2006.

Les matches du jour
Argentine - Allemagne, Le Cap, 16h00
Paraguay - Espagne, Johannesburg (Ellis Park), 20h30

L’affiche
Argentine - Allemagne

Quatre ans après un quart de finale conclu aux tirs au but, l'Argentine et l'Allemagne se retrouvent au même stade de la compétition. Mais cette fois le contexte est différent. Le collectif allemand emmené par Joachim Löw est parfaitement rodé et séduit tous les observateurs. L'osmose entre la nouvelle vague incarnée par Mesut Özil et Thomas Müller et la vieille garde s'est faite en douceur grâce à des cadres comme Bastian Schweinsteiger et Miroslav Klose. Puisqu'il s'agit de la plus jeune Mannschaft en Coupe du Monde de la FIFA depuis 76 ans, preuve est faite que le talent n'a pas d'âge. D'autant que ces joueurs sont déjà des vieux briscards dans leur club.

L'Argentine quant à elle reste fidèle à son histoire : une défense solide, deux milieux récupérateurs inlassables travailleurs, un petit génie à la distribution et une pléthore d'attaquants tous plus talentueux les uns que les autres. Saupoudrez d’une bonne dose du charisme de Diego Maradona et vous obtenez une équipe ambitieuse, complète dans toutes les lignes et qui aspire logiquement à soulever un troisième trophée. Reste à franchir l'obstacle allemand.

Le duel
Justo Villar (PAR) - la Furia offensive

En principe, la vie est belle pour Justo Villar, 33 ans, le gardien du Paraguay qui n’a encaissé qu’un seul petit but depuis le début du tournoi, l’œuvre des champions du monde sortant. Mais son inquiétude s'explique en raison de ses prochaines retrouvailles avec ses habituels bourreaux de la Liga. Depuis 2008, il est le gardien de Valladolid. Or, cette saison, il a encaissé la bagatelle de 13 buts contre Barcelone et Valence dont deux de David Villa, un de Xavi et un dernier de Pedro. Ce duel reflète assez fidèlement les données du match Paraguay - Espagne entre une formation guaraní attentiste, très solide en défense et qui prend un minimum de risques et des champions d'Europe au jeu vif à une touche de balle, disposant d'un grand pouvoir offensif. De quoi donner des migraines à Villar.

Entendu…
"J'ai perdu mon pari (avec Maradona) parce que je n'ai pas marqué. Mais maintenant j'ai l'intention de jouer à quitte ou double" - Lionel Messi, attaquant de l'Argentine


Paul a hésité du tentacule. Depuis le début de cette Coupe du Monde de la FIFA, l'Allemagne a les yeux de Chimène pour Paul, un poulpe de l'aquarium d'Oberhausen. Avant chaque match de la Mannschaft, on présente à Paul deux boites, remplies de nourriture, aux couleurs des deux équipes et installées au fond de l'aquarium. Avec beaucoup d’autorité, Paul a pronostiqué les trois victoires de l'Allemagne et la défaite contre la Serbie en s'enroulant autour de la bonne boîte. Mais problème. Avant le quart de finale Allemagne - Argentine, Paul a hésité du tentacule pendant 45 minutes avant de choisir la boîte allemande. Quelle conclusion faut-il en tirer ? Les experts sont perplexes…

Duel à distance. Avant de se retrouver éventuellement en demi-finale, l'attaquant argentin du Real Madrid Gonzalo Higuaín et le buteur espagnol du FC Barcelone David Villa vont se livrer un véritable duel à distance. Les deux vedettes de la Liga totalisent quatre buts depuis le début du tournoi en compagnie du surprenant Slovaque Róbert Vittek, qui lui a déjà plié bagages. La course au titre de Soulier d’Or adidas est lancée. Villa est déjà entré dans l'histoire du football espagnol en s’installant à la place de meilleur buteur en Coupe du Monde de la FIFA avec un total de sept réalisations, devant les légendes Emilio Butragueño, Fernando Hierro, Fernando Morientes et Raúl, tous scotchés à cinq buts.

Nettoyage de cartons.Pour la première fois dans l'histoire de la Coupe du Monde de la FIFA, les compteurs des avertissements seront remis à zéro après les quarts de finale. Auparavant, la règle voulait que les cartons jaunes soient "effacés" à l'issue du premier tour. Ce qui n'avait pas empêché l'Argentin Claudio Caniggia en 1990 et l'Allemand Michael Ballack en 2002 de manquer la finale pour avoir été averti une seconde fois en demi-finale. Cette mesure ne concerne bien sûr pas les cartons rouge.


Explorer le sujet