Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™

Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™

11 juin - 11 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2010™

La Roja, le style sans le résultat

PRETORIA, SOUTH AFRICA - JUNE 25:  Rodrigo Millar of Chile celebrates during the 2010 FIFA World Cup
© Getty Images

Malgré sa douloureuse défaite contre le Brésil, la sélection chilienne quitte la Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010 avec de bons souvenirs. Quant au public, il n'est pas près d'oublier la Roja, son style offensif, son désir de ne jamais lâcher la main à l'adversaire, ses supporters colorés et enthousiastes, et ses jeunes joueurs.

Dès leur premier match, les protégés de Marcelo Bielsa ont bien fait comprendre à tout le monde qu'ils n'étaient pas venus en Afrique pour faire acte de présence. Grâce à des prestations très convaincantes, les Andins ont pris la deuxième place du groupe, à égalité de points avec la grande Espagne. Hélas, ils ont retrouvé en huitième de finale leur bête noire, le Brésil, qui leur a de nouveau barré la route, comme lors de leur dernière participation, à France 1998.

Si la sélection chilienne s'est montrée brillante au cours de ce mois de juin, son avenir s'annonce encore plus radieux, comme l'a affirmé le défenseur Gonzalo Jara en exclusivité pour la FIFA. "On était la sélection la plus jeune de la Coupe du Monde. On a tous dans les 23-24 ans", dit-il, plein d'espoir. "Cette expérience va nous être très précieuse. On a déjà une Coupe du Monde derrière nous et on reviendra en 2014 pour tenir les premiers rôles."

Une phase de groupes quasi parfaiteLe Chili a débuté son parcours à Afrique du Sud 2010 face au Honduras. Favori avant la rencontre, il s'est montré à la hauteur à l'heure de confirmer cette étiquette sur le terrain. Loin d'être perturbés par leur faible vécu international, les jeunes Sud-Américains ont dominé la partie du bout en bout, leur court succès 1:0 ne traduisant pas le fossé entre les deux équipes.

Son rendez-vous suivant l'opposait à la Suisse, qui venait d'infliger une surprenante défaite à l'Espagne quelques jours auparavant. Face au solide bloc helvétique, la Roja a disputé une rencontre prolifique et s'est créé des occasions à la pelle. Comme face aux Catrachos, les hommes de Bielsa ont pourtant dû se contenter d'un succès 1:0, fruit d'un but de Mark González en seconde période.

Malgré ces deux victoires initiales, le Chili n'était certainement pas assuré de sa présence en huitième. Pour composter son ticket, il devait éviter la défaite contre l'Espagne ou, en cas de revers, espérer que la Suisse ne batte pas le Honduras. Au final, c'est le deuxième scenario qui s'est produit. Grâce au nul vierge entre la Nati et la Bicolor, les Andins n'ont pas fait les frais de leur défaite 2:1 contre des Espagnols qu'ils ont souvent mis en danger même s'ils ont évolué à dix pendant plus de 55 minutes.

Des perspectives prometteusesEn huitième, les Chiliens avaient rendez-vous avec la Seleçao, une équipe qui ne leur réussit généralement pas. Au cours de la première demi-heure pleine de courage, ils ont dominé les débats et personne n'aurait crié au vol s'ils avaient ouvert le score. Hélas pour eux, ils ont fini par céder devant la puissance de frappe des Auriverdes, qui leur ont infligé une défaite 0:3.

Malgré tout, les joueurs chiliens ont tenu à voir le côté positif de cette défaite. Pour eux, elle fait partie intégrante de leur processus d'apprentissage et portera ses fruits à l'avenir, comme l'affirme Jara. "C'est clair qu'on ne peut jamais être content après une défaite, mais l'équipe a laissé une très bonne impression sur la compétition et elle n'a jamais renoncé à son style, quel que soit l'adversaire en face."

Même son de cloche chez le capitaine Claudio Bravo, qui après la rencontre, dressait l'analyse suivante : "Peut-être qu'on n'a pas su mettre nos occasions au fond, mais on a joué contre une équipe qui s'est montrée supérieure. Je crois qu'on peut tirer un bilan positif de cette Coupe du Monde, d'autant plus que le pays n'y avait pas participé depuis 12 ans".

Le Chili aura donc laissé une trace indélébile sur Afrique du Sud 2010. Rapides, talentueux et déterminés, les membres de cette belle génération seront bien décidés à briller lors de la prochaine édition, dans quatre ans au Brésil.

Explorer le sujet

Articles recommandés

Brazil - Chile

Coupe du Monde de la FIFA™

Brazil - Chile

28 juin 2010

Carlos Dunga head coach of Brazil shouts instructions

Coupe du Monde de la FIFA 2010™

Les déclarations

28 juin 2010

Robinho of Brazil (L) in action against Arturo Vidal of Chile

Coupe du Monde de la FIFA 2010™

L’empire brésilien contre-attaque

28 juin 2010