Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™

Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™

12 juin - 13 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

Schneiderlin, de surprise en surprise

Morgan Schneiderlin of France falls after a challenge
© Getty Images

Invité-surprise dans le groupe de sept réservistes appelés par Didier Deschamps en vue de la Coupe du Monde de la FIFA 2014, puis convoqué contre toute attente dans les 23 pour pallier l’absence de Clément Grenier blessé, Morgan Schneiderlin a encore pris tout le monde à contre-pied ce 25 juin. Véritable coup de Trafalgar du sélectionneur français, le milieu de terrain de 24 ans a en effet obtenu une inattendue place de titulaire face à l’Equateur aux dépens de Rio Mavuba. Impeccable pendant 90 minutes, l’Alsacien a surpris tout le monde par son aisance.

Auteur de 65 passes réussies sur 70, d’une intervention décisive sur Antonio Valencia à la 45ème minute, d’un superbe enchaînement jongle-volée un petit peu trop enlevé (72’), ainsi que de précieux tacles, le nouveau venu chez les *Bleus *a tout simplement été l’un des meilleurs joueurs sur le terrain. Positionné dans un rôle de sentinelle, Schneiderlin a grandement contribué à contenir les incursions sud-américaines.

"J’ai essayé de donner mon maximum ! Cela faisait un mois que je n’avais plus de compétition dans les jambes. Il fallait reprendre le rythme, se remettre progressivement dans le match, et globalement ça a été", analyse-t-il au micro de la FIFA. "Mais je suis un perfectionniste, et malgré l’immense fierté d’être aligné pour un match de Coupe du Monde, je retiens ce ballon perdu qui aurait pu être à dangereux à la fin. La fatigue n’excuse rien. C’est le genre d’erreur que je dois impérativement gommer, et qui souligne l’étendue des progrès que j’ai encore à faire."

Si le bonhomme étonne autant par ses qualités balle au pied que par son humilité, son parcours professionnel est tout aussi déroutant. Après des débuts laborieux à Strasbourg en 2006 (cinq matches en deux ans de L1), le joueur a tenté sa chance en Angleterre à Southampton en 2008 et y a connu les affres de la relégation en troisième division l’année suivante. Mais Schneiderlin et son club ont réussi à remonter les échelons un par un, pour finalement s’installer confortablement en Premier League. Infatigable travailleur, ce redoutable tacleur (4,1 par match réussis cette année, deuxième ratio de Premier league derrière Lucas Leiva) a été élu meilleur joueur de son club cette saison.

De St Mary au Maracanã

D’ailleurs le chouchou du St Mary’s stadium a une nouvelle fois pu se rendre compte de tout l'amour que lui porte son club, huitième à l’issue du championnat anglais 2013/14. A l’occasion du match contre la* Tri *au Maracanã, le compte Twitter officiel de son club lui a réservé un fil rouge, commentant presque chacune de ses touches de balle. Une marque d'affection qui en dit long sur la popularité de Schneiderlin outre-Manche, et qui tranche grandement avec le relatif anonymat dans lequel il se trouvait dans l’Hexagone avant le coup d’envoi de l’épreuve reine.

"C’est incroyable ce qui m’arrive. Mais jouer ici est forcément un rêve qui se réalise pour n’importe quel joueur, pas seulement pour moi. On en a tellement parlé de ce stade…", savoure simplement l’intéressé. "Mais il fallait faire abstraction de tout ça et se concentrer sur le football. Je suis un peu déçu de ne pas avoir gagné ici mais nous nous sommes qualifiés pour les huitièmes de finale et nous sommes premiers du groupe, c’est ce qu’il faut retenir."

Et de poursuivre : "On ne peut pas gagner tous les matches 5:2 ou 3:0. Contre l’Equateur, il n’a manqué qu’un petit but pour que le contrat ait été pleinement rempli. Concentrons-nous maintenant sur ce match face au Nigeria qui ne va pas être facile. Mais malgré ce 0:0, notre match contre l’Equateur peut nous permettre de l’aborder en toute confiance". Avec le retour de suspension de Yohan Cabaye, il est difficile de prévoir si le milieu défensif va, à nouveau, avoir du temps de jeu dans cette rencontre, et plus largement dans cette Coupe du Monde. Mais au risque de le répéter, avec Schneiderlin, on n’est jamais à l’abri d’une surprise.

Explorer le sujet

Articles recommandés

Equateur - France en images

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

Equateur - France en images

25 juin 2014