Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™

Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™

11 juin - 11 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2010™

Six experts jugent leur Afrique

Africa's best at the 2010 FIFA World Cup
© FIFA.com

Du Ghana, quart de finaliste malheureux face à l’Uruguay, au Cameroun, éliminé au premier tour après trois défaites en autant de sorties, les six représentants africains à la Coupe du Monde de la FIFA 2010 ont connu des fortunes diverses. Pour FIFA.com, un expert de chacune des six équipes revient sur leur parcours en Afrique du Sud.

Afrique du Sud : Clive Barker, sélectionneur des Bafana Bafana de 1994 à 97, vainqueur de la CAN en 1996Je pense sincèrement que nous aurions du mieux faire. J’étais très déçu de nous voir éliminés dès le premier tour. Le groupe était vraiment relevé et ç’eût été un exploit d’en sortir. Nous avons manqué d’expérience. Nous aurions du être plus réalistes, notamment dans le premier match face au Mexique que nous aurions du gagner. L’Uruguay est une grosse déception car nous sommes complètement passé au travers. Nous aurions du punir la France encore plus nettement, une victoire plus large aurait été méritée. Avec Itumeleng Khune, nous avons présenté l’un des meilleurs gardiens du tournoi. Je constate aussi que les meilleures équipes de la compétition possèdent des coaches locaux. Nous devrions nous en inspirer. Il est temps maintenant de nous tourner vers 2014 pour ne pas répéter les mêmes erreurs.

Algérie : Rachid Mekhloufi, sélectionneur des Fennecs en 1971/72, de 75 à 79 puis en 85. Témoin privilégié de la Coupe du Monde de la FIFA, Espagne 82C’est un bon parcours mais, comme souvent, on a le sentiment qu’ils auraient pu mieux faire. Avec un peu plus d’organisation, nos performances auraient été meilleures. Il aurait fallu mieux préparer la compétition, y aller un peu moins décontractés. Mais je pense que cette équipe avait atteint son pic en se qualifiant. La vraie performance a été de battre l’Egypte en barrage. Les joueurs s’étaient surpassés. On peut toutefois admettre que cette équipe a redonné espoir au peuple algérien, qui aime de nouveau son équipe nationale.

Mais selon moi, l’équipe a joué contre-nature. Nous sommes faits pour aller de l’avant. Je nous ai trouvé obnubilés par la défense. Le match contre l’Angleterre en est le parfait exemple : nous avions une chance de battre un grand et nous l’avons laissée passer. C’était comme si personne n’avait autorisé nos joueurs à tirer... Le pays a besoin de chambouler sa vision globale du football. Il faut travailler en profondeur, dans la formation des jeunes et des entraîneurs. Impliquons au maximum les joueurs de 1982 qui arrive à maturité et l’avenir du football algérien sera plus clair.

Cameroun : Alain Giresse, sélectionneur du Gabon de 2006 à 2010, adversaire des Lions indomptables en qualifications pour Afrique du Sud 2010 puis à la CAN en janvier dernierC’est décevant de n’avoir pas marqué le moindre point. Je pense qu’ils ont très mal abordé le premier match contre le Japon, qui semblait à leur portée. Après, les objectifs ne sont plus les mêmes. Votre approche de la compétition change. Face au Danemark je les ai trouvé meilleurs, ils se sont créé beaucoup d’occasions et auraient mérité de l’emporter. La défaite a mis fin à tous leurs rêves. Mais je n’ai pas été tant surpris. Ils ont affiché le niveau qu’ils avaient à la CAN, pas celui de la fin des qualifications, où ils étaient très puissants. Ils ne parviennent pas à franchir un cap. Le problème, c’est qu’aucune équipe-type ne se dégage depuis des mois. Malgré tout ce que l’on a dit, j’ai senti Samuel Eto’o concerné. Il a toujours essayé d’amener son équipe le plus haut possible. Le potentiel est là, ce groupe est compétitif. Je ne me fais pas trop de soucis pour leur avenir.

Côte d’Ivoire : Robert Nouzaret, sélectionneur des Eléphants de 1996 à 1998 et de 2002 à 2004Il y a du mieux par rapport à 2006. Dommage qu’ils soient encore tombés dans un si gros groupe. Je suis déçu car ils pouvaient mieux faire en osant plus. Je pense notamment au match contre le Portugal (0:0). Ils ont voulu rectifier le tir d’une CAN décevante sur le plan défensif. Résultat, ils ont oublié de jouer avec leur force essentielle : la puissance offensive. Quand on dispose d’une équipe aussi talentueuse, ce n’est pas la peine de s’adapter à l’adversaire. Ecarter Vahid Halilhodzic si près de la compétition était risqué. Il était le mieux à même de rectifier le tir. Son tort a été de ne pas gagner la CAN… Mais on ne peut pas tous gagner ! Malgré toute son expérience, Sven-Göran Eriksson arrivait un peu tard pour apporter un vrai plus. Son rêve était de prendre quatre points. Il l’a fait mais ça n’a pas empêché l’élimination. Aujourd’hui la génération des Jeux olympiques 2008 arrive à maturité. Entourée par les cadres, elle peut nourrir de grands espoirs. Mais il faut que la génération dorée dépasse sa frustration et fasse les efforts nécessaires pour enfin gagner. A commencer par la prochaine CAN.

Ghana : Claude Le Roy, sélectionneur des Black Stars de 2006 à 2008Je suis extrêmement triste pour eux… Dès la fin du match j’ai appelé quelques joueurs et leur ai dit qu’ils pouvaient être fiers. Ce doit être un sentiment terrible de manquer une demi-finale de Coupe du monde pour si peu. Cette équipe a montré beaucoup de maturité, présente un bel équilibre. Elle a produit le jeu que l’on attendait d’elle. Si Michael Essien avait été là, je suis certain que le Ghana serait allé en demi-finale. Il a manqué un joueur de sa trempe. C’est l’un des joueurs les plus complets au monde. Il ne sait pas seulement tout faire, il fait tout bien. J’ai été ébloui par Anthony Annan. Je l’avais déniché à Hearts of Oak alors qu’il évoluait ailier droit. Dès que je l’ai repositionné en milieu défensif, j’ai senti qu’il pouvait être un grand. C’est un joueur extrêmement intelligent. La défense a été très satisfaisante avec un Richard Kingson de haut niveau. C’est un gardien sous-coté. Ils doivent continuer à travailler, se remettre en question pour ne pas s’endormir sur ces lauriers. L’objectif maintenant est de remporter la prochaine CAN.

Nigeria : Bora Milutinović, sélectionneur des Super Eagles de 1997 à 1998 et notamment à la Coupe du Monde de la FIFA, France 98Je ne suis pas vraiment surpris d’avoir vu cette équipe échouer, je connais bien les problèmes qu’elle a l’habitude de rencontrer. Les Nigérians regorgent de talents mais sont très impatients : ils avaient effectué une bonne CAN en Angola en terminant troisièmes, mais ont tout de même décidé de changer de coach. Pourtant je pense que Shaibu Amodu avait très bien travaillé. J’ai beaucoup de respect pour Lars Lagerbäck mais il n’a pas bénéficié d’assez de temps pour transmettre son message aux joueurs. C’est très difficile de construire une équipe compétitive en si peu de temps. Les joueurs doivent rapidement intégrer une nouvelle philosophie, de nouvelles habitudes de travail… En termes d’individualités, Vincent Enyeama a prouvé qu’il était un grand gardien. Et la génération des Jeux olympiques 2008 s’est imposée : Chinedu Ogbuke Obasi, Victor Obinna, Peter Odemwingie ou Sani Kaita. Ils ont démontré que le Nigeria est bourré de talents.

Explorer le sujet

Articles recommandés

African review

Coupe du Monde de la FIFA™

African review

07 juil. 2010

South African fans 48 hours to kickoff

Coupe du Monde de la FIFA™

South African fans 48 hours to kickoff

09 juin 2010

Algeria show real face

Coupe du Monde de la FIFA™

Algeria show real face

19 juin 2010

Cameroon - Netherlands

Coupe du Monde de la FIFA™

Cameroon - Netherlands

24 juin 2010

Korea DPR - Ivory Coast

Coupe du Monde de la FIFA™

Korea DPR - Ivory Coast

25 juin 2010

Serbia - Ghana

Coupe du Monde de la FIFA™

Serbia - Ghana

13 juin 2010

Nigeria in SA

Coupe du Monde de la FIFA™

Nigeria in SA

11 juin 2010