Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™

14 juin - 15 juillet

Coupe du Monde de la FIFA 2018™

Souvenirs d'un rêve Bleu

© Popper Foto

Tous les Français en âge de regarder un match de football en 1998 savent où ils étaient le 12 juillet de cette année-là. Qu'on ait été présent au Stade de France, dans un bar, en vacances ou chez soi, tout le monde se souvient de ces moments où Zinédine Zidane s'est élevé au-dessus des défenseurs brésiliens pour inscrire les deux premiers buts de la finale de la Coupe du Monde de la FIFA, France 1998.

Personne n'a oublié les commentaires de Thierry Roland après le but d'Emmanuel Petit. Chaque supporter des Bleus a ressenti une joie incommensurable au coup de sifflet final. Tous ont répété ces refrains "on est les champions", "et un, et deux, et trois zéro", et ont envahi les grandes artères françaises pour célébrer comme il se doit ce moment historique. Vingt ans plus tard, le souvenir de cette folle nuit de juillet est encore dans toutes les têtes. FIFA.com se remémore l'événement.

3 – Comme le nombre de buts d'écart en finale. Ce n'est arrivé que trois fois dans l'histoire de la compétition. La première en 1958 lorsque le Brésil a battu 5-2 la Suède. La deuxième en 1970 quand le Brésil a battu 4-1 l'Italie. Et 1998 : victoire française 3-0 face au Brésil.

6 – En 1998 la France a remporté la compétition à domicile, devenant ainsi la 6ème équipe à réaliser cette performance. Avant elle, l'Uruguay en 1930, l'Italie en 1934, l'Angleterre en 1966, l'Allemagne de l'Ouest en 1974 et l'Argentine en 1978 avaient fait de même.

75,8 – Ce soir du 12 juillet 1998, 75,8% des télévisions françaises étaient branchées sur la finale de la Coupe du Monde. Le pic d'audience a été enregistré en fin de match avec près de 23 millions de téléspectateurs.

Plus de stats : Le triomphe des Bleus en chiffres

Les acteurs de cette épopée ont voulu partager leurs souvenirs avec leur public et ont disputé un match anniversaire en juin 2018 à l’U Arena de Nanterre. FIFA.com en a rencontré quelques-uns.

"C'est quand même impressionnant 20 ans après de constater que ça dépasse le cadre sportif. C'est notre plus belle victoire. On s'est rendu compte de l'impact quelque temps après, lorsqu'on a vu ce déferlement, ce tsunami humain. Mais à aucun moment on ne peut prédire tout ça. On le prend en pleine figure, mais ce sont vraiment des émotions extrêmement positives, tellement intenses qu'on ne demande que ça finalement. C'est la chose la plus compliquée quand on est joueur de foot : conquérir le cœur des gens" - Emmanuel Petit, milieu de terrain

"20 ans après, on prend encore plus conscience de l'énormité du truc. 98, c'est encore complètement fou. Nous sommes toujours restés dans le cœur des gens 20 ans après, et il y a un truc qui est très fort entre nous. Sur le moment, on ne savait pas. Cela nous dépassait. On ne peut pas savoir ce que pensent des millions de gens. Nous, on fait un match, une Coupe du Monde, on essaye de gagner ces rencontres, de gagner pour nous, pour notre public et après ça ne dépend pas de nous ce que les gens pensent et ressentent" - Bixente Lizarazu, arrière gauche

"On a vraiment réussi en étant nous-mêmes à être heureux, à rendre 99% voire 100% d'un pays heureux. On a tous vécu ces émotions ensemble. J'y repense tous les jours" - Fabien Barthez, gardien de but

"Je pense qu'on a laissé de la joie, et la joie, c'est déjà pas mal. Quand l'arbitre siffle et que tu te dis 'on est Champion du Monde'... Ça parait basique et peut-être bête, mais je me suis dit : 'on est Champion du Monde'. Je regardais, je voyais bien qu'il restait une minute et tu te dis 'les Brésiliens vont peut-être revenir', et quand l'arbitre siffle c'est le moment où tu réalises" - Thierry Henry, attaquant

Interviews : Alain Boghossian / Laurent Blanc / Fabien Barthez

De 1998 à 2018
Vingt ans après, d'autres Tricolores sont en passe d'imiter les Bleus de 1998. Ils n'échappent d'ailleurs pas au jeu des points communs.

Quand les hommes d'Aimé Jacquet pouvaient s'appuyer sur la jeunesse d'un David Trezeguet ou d'un Thierry Henry, Kylian Mbappé illumine de son talent la Coupe du Monde 2018 à seulement 19 ans. Si l'on a également loué les vertus défensives de la France version 1998, on peut aussi adresser des louanges aux Bleus actuels en la matière. France 1998 avait permis à deux latéraux de se révéler : Lilian Thuram et Bixente Lizarazu. Que dire donc de Benjamin Pavard et Lucas Hernandez ? Enfin, il y a Stéphane Guivarc'h et Olivier Giroud. Peu avares d'efforts défensifs, les avant-centres de 1998 et 2018 respectivement partagent le paradoxe de n'avoir pas trouvé le chemin des filets dans l'épreuve reine.

Et puis il y a Didier Deschamps... Capitaine en 1998, sélectionneur en 2018, DD pourrait en cas de victoire face à la Croatie devenir le troisième homme, après le Brésilien Mario Zagallo et l'Allemand Franz Beckenbauer, à remporter la Coupe du Monde en tant que joueur puis en tant qu'entraîneur.

Il y a eu le 12 Juillet 1998, il pourrait bien y avoir le 15 juillet 2018.

Explorer le sujet

Articles recommandés

Coupe du Monde de la FIFA 2018™

La France dégaine son Umtiti

10 juil. 2018

Coupe du Monde de la FIFA, France 1998 ™

Boghossian : "Aucun regret sur ma Coupe du Monde"

15 mai 2018

Coupe du Monde de la FIFA 1998™

Classique : Brésil - France (1998)

12 juil. 2014

Coupe du Monde de la FIFA 1998™

Ambiance, souvenirs et anecdotes de France 1998

09 juin 2018